En direct

DOMEAU & PÉRÈS, ARTISANS VISIONNAIRES

Mikael Zikos |  le 08/10/2018  |  ParisFrance entièreEurope

Depuis plus de vingt ans, le duo Domeau & Pérès repousse les limites des savoir-faire traditionnels appris des compagnons, afin d'incarner un mobilier contemporain innovant. Son modus operandi pionnier - s'associer à des designers, architectes et artistes - en fait un artisan d'art, éditeur de référence, en France comme à l'étranger.

Formés à l'école du compagnonnage, Bruno Domeau, sellier, et Philippe Pérès, tapissier, ont constitué un tandem original d'artisanat d'art, qu'ils ont poussé vers une grande modernité formelle. Leur atelier d'édition de meubles et d'objets, situé en région parisienne depuis 1996, a grandi avec eux, au fil de leurs collaborations, pour connaître une diffusion internationale. Cet itinéraire repose sur plusieurs piliers : l'exigence de qualité, des relations de confiance, l'écoute. Surtout, doté d'une intuition porteuse, le tandem sait élire des partenariats artistiques et se nourrit de rencontres interdisciplinaires.

Un état d'esprit définit le duo complice, qui défriche les champs de la matière, en particulier le cuir. Une profonde curiosité et un goût sûr, qui a fait d'eux des découvreurs, s'associant spontanément avec des talents émergents, Ronan Bouroullec dans les années 1990 pour l'une de ses premières pièces d'édition ( Safe Rest ), puis Eric Jourdan ou le plasticien Fabrice Hyber depuis 2002. Mais aussi l'audace de relever les défis de créateurs de renom, d'expérimenter, tout en se glissant dans les exigences de la commande ; à l'instar de l'intérieur des avions privés Falcon jet de Dassault, dont les questions d'ingénierie priment celles de l'ergonomie. Visionnaires, ils accompagnent les créateurs qu'ils invitent, mettent leur savoir-faire au service de l'esquisse initiale, faisant disparaître la complexité de la structure. « Nous déterminons la faisabilité d'un projet et demandons aux créateurs de rester fidèle à leur écriture, explique Bruno Domeau. Certains designers nous donnent des indications précises : Andrée Putman ne voulait travailler qu'avec certaines teintes ; d'autres, comme Martin Szekely, nous envoient juste quelques mots, à interpréter en croquis et en maquettes jusqu'au produit final. C'est grâce à ces échanges que nous grandissons en tant que fabricants et éditeurs et que nous nous remettons toujours en question. » Ainsi, la forme ultrarectiligne de l'assise de Martin Szekely Domo (2005) surprend, quand elle révèle un dossier à bascule légère et un rembourrage de différentes qualités de mousse répondant à l'injonction du designer : « Je veux m'asseoir sur du mou ! »

Chaque année, l'atelier peut fabriquer jusqu'à 1 000 pièces à destination de particuliers et d'architectes d'intérieur, principalement des assises (canapés et fauteuils), quelques tables et rangements, produits en pièces uniques, en édition limitée ou sur commande. Cette production se caractérise par le grand écart : le dispositif de literie de Matali Crasset Quand Jim monte à Paris (1998), « colonne » dépliable en lit d'invité, avec lampe de chevet et réveil, contient déjà l'idée de nomadisme et du couchage alternatif, tandis que le confortable Bumper Bed de Marc Newson (2013), véritable extension du matelas, allie une mousse polyuréthane avec un cuir aux coutures soignées.

Décors de cinéma

De grandes maisons du secteur du luxe les sollicitent - Hermès pour le travail du cuir, ou Berluti et Dior, pour l'aménagement de boutiques. Cela les conduit à des aventures singulières aux côtés de figures célèbres et iconoclastes du monde du spectacle. Avec Macha Makeïeff, ils reprennent en 2009, pour l'exposition « Bonjour Monsieur Hulot » qu'ils organisent dans leur galerie située dans leur atelier à La Garenne-Colombes, la modernité revisitée par Jacques Tati dans le film Mon Oncle (1958). La collection Tati reproduit trois sièges du décor de la villa Arpel, témoins de la superficialité du monde moderne. [...]

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur