En direct

Disparition de l’un des derniers bidonvilles de France

Defawe Philippe |  le 18/05/2005  |  CorseAlpes-MaritimesPyrénées-OrientalesBouches-du-RhôneAude

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Corse
Alpes-Maritimes
Pyrénées-Orientales
Bouches-du-Rhône
Aude
Alpes-de-Haute-Provence
Hautes-Alpes
Lozère
Hérault
Var
Vaucluse
Gard
Principauté de Monaco
Aménagement
Politique sociale
France
Architecture
Valider

Mardi 17 mai, des bulldozers ont entrepris de raser une quarantaine de baraques de fortune où habitaient depuis 33 ans quelque 90 Tunisiens. Le projet prévoit qu’ils soient tous relogés, ensemble, sur le site.

"C'est un premier pas gigantesque pour les Tunisiens. Plus qu'une espérance, ils ont désormais la certitude d'être relogés", a commenté Jean-Pierre Teisseire, maire UMP de la station balnéaire située au coeur du massif des calanques, courue des touristes du monde entier.
"Il s'agit d'une opération exemplaire de coopération et d'intégration pour ces immigrés qui ont vécu là dans la dignité et le respect", s'est félicité le consul général de Tunisie de Marseille, Fakhreddine Messai, venu pour assister au lancement officiel des opérations de démolition.

Le chantier du bidonville de deux hectares, apparu en 1972 dans une carrière désaffectée située à l'écart du coquet centre-ville de Cassis et de ses luxueuses villas, doit se dérouler en trois étapes.
Dans un premier temps, une quarantaine de cabanes seront démolies et des travaux de terrassement réalisés. Leurs habitants sont déjà relogés depuis quelques jours dans une résidence hôtelière voisine.
A l'automne, la quarantaine d'habitants restants seront relogés dans des mobiles homes installés sur la partie aménagée. L'autre moitié du site sera alors réhabilitée.
Enfin, en 2006, Erilia, la société HLM choisie par la mairie pour construire un ensemble de trois immeubles comportant 130 logements sociaux, dont 30 (soit 90 chambrées) destinés aux Tunisiens, tous originaires de Mareth (sud), commencera les travaux de construction qui devraient s'achever en 2007.
Car il s'agit d'une "opération de résorption de l'habitat insalubre qui nous permet de créer du logement social" dans une ville qui en est quasiment dépourvue (quelque 250 demandes sont en souffrance), a poursuivi M. Teisseire cité par l'AFP. "Nous allons créer un nouveau quartier urbain tout en évitant le ghetto".

"L'étape de relogement provisoire permettra aux Tunisiens", dont la quasi-totalité des revenus part au pays où sont restés femmes et enfants, de "s'habituer à gérer des loyers et des consommations d'eau et d'électricité", a expliqué à l'AFP Luc Vanespen, de l'API, association spécialisée dans le RHI partie prenante au dossier.
En attendant, les Tunisiens, en situation régulière, dont l'immense majorité est à la retraite après avoir travaillé des années comme maçon ou jardinier, osent à peine y croire. "On en a vu du monde ici, toujours, toujours ils parlent", confie Mohamed El Monsri, 59 ans, un des premiers habitants. "J'espère que cette fois ça va marcher car ici c'est la misère noire".

Repères


- Pendant de longues années, les Tunisiens ont vécu "invisibles", dans une sorte d'indifférence polie, au côté des 8.000 autres habitants de Cassis, refusant toute séparation ou retour au pays, synonyme parfois de perte des revenus sociaux.
- L'Etat avait fini par prendre en 2001 un arrêté d'insalubrité prévoyant "l'éradication complète du bidonville".
- Le coût du projet, hors terrain mis à disposition par la commune, est de 4 millions d’euros, pris en charge par l'Etat au titre notamment de la réhabilitation de l'habitat insalubre (RHI), selon des sources municipales. La construction des logements définitifs est estimée à quelque 13 millions d’euros, financée par le constructeur.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil