En direct

DIALOGUES SUR LES RIVES FRANCO-SUISSES

le 08/10/2018  |  Haute-SavoieParisFrance entièreEurope

Autour des multiples approches des relations entre l'architecture et les lacs alpins, le CAUE de Haute-Savoie présente une quarantaine de projets : références iconiques, réalisations ou projets prospectifs, de 1930 à 2030. Un parcours sensible qui, au-delà de la problématique de l'eau, revient aux fondamentaux de la réflexion architecturale.

S'il fallait résumer le sujet de « Franchir la berge », exposition présentée à Annecy par le conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE) de Haute-Savoie, il suffirait de reprendre son sous-titre : « les Alpes, les lacs, des architectures ». Les organisateurs ont fait le choix d'un accrochage modeste, compte tenu d'un espace restreint, et accessible à un public de non-spécialistes, à travers un ensemble de textes et photographies. Des cimaises de bois jouant sur la juxtaposition de cadres de tailles différentes composent une scénographie élégante. Et le journal de l'exposition, gracieusement proposé aux visiteurs, n'a pas été conçu comme un simple support de la visite mais comme un véritable complément de lecture.

Le parcours suit un cheminement progressif, résumé en quatre verbes : contempler, tutoyer, chevaucher, investir ; autant d'étapes du rapport de l'architecture à la berge, du plus lointain au plus proche.

Chaque partie est conçue à partir d'une dizaine de projets, historiques ou contemporains. Ceux-ci se répartissent autour d'une large image centrale, illustrant un projet iconique, volontairement choisi en dehors de l'arc alpin. Car, et comme le glisse Dominique Amouroux, commissaire de l'exposition, critique et historien de l'architecture du XXe siècle : « le point de vue est régional, non pas régionalisant ». C'est donc la mythique villa E1027 d'Eileen Gray et Jean Badovici, édifiée entre 1926 et 1929 face à la baie de Roque-brune Cap-Martin qui ouvre la première section autour de l'idée de contemplation. Le point de vue de l'image, légèrement de trois quarts par rapport à une vue frontale, permet d'embrasser à la fois la façade d'entrée de la maison mais aussi son ouverture vers l'horizon méditerranéen. « La recherche iconographique s'est avérée compliquée car les bâtiments sont souvent photographiés depuis le plan d'eau, ce qui ne permet pas d'apprécier leur relation à l'environnement lacustre », précise d'ailleurs Dominique Amouroux.

Question de seuil

C'est souvent un plaisir purement visuel qui guide l'implantation architecturale sur les [...]

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

DIALOGUES SUR LES RIVES FRANCO-SUISSES

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur