En direct

Diagnostic immobilier : la prestation du diagnostiqueur n’est pas liée à la vente du bien

le 02/12/2011

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider
Contrat -

Réponse ministérielle du 8 novembre 2011- Ministère du Logement Question n° 96641- JO Ass. Nat. du 21/12/2010 - Réponse du 8/11/2011

Question: M. Arnaud Robinet attire l’attention de M. le secrétaire d’État auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé du logement, sur les difficultés financières que rencontrent les gérants de société de diagnostic. En effet, ces derniers assurent les diagnostics immobiliers indispensables à la signature de compromis de vente mais exercent cette mission généralement sans la présence du propriétaire. Les chargés de diagnostic ne sont également pas tenus d’assister à la signature des actes authentiques chez le notaire, contrairement aux agents immobiliers qui sont systématiquement convoqués par le notaire. Conséquence de cette situation, il est fréquent pour les sociétés de diagnostic de ne jamais rencontrer les propriétaires tout au long de la vente et de subir des impayés qui entraînent 45 à 60 jours de chiffre d’affaire en attente de règlement. Il tient donc à l’interroger sur les dispositions qui pourraient être prises pour clarifier et fixer les conditions de paiement des honoraires pour les diagnostics immobiliers.

Réponse : La différence entre les agents immobiliers et les personnes établissant les diagnostics techniques tient à la nature de leurs prestations. La loi Hoguet prévoit que l’agent immobilier ne peut être payé que si la vente est effectivement conclue. Sa rémunération est directement liée à l’acte notarial. En revanche, les conclusions des rapports de diagnostics font partie des critères de choix des acquéreurs. La prestation du diagnostiqueur n’est donc pas liée à la conclusion de la vente. De plus, depuis l’instauration de l’obligation d’affichage du diagnostic de performance énergétique dans les annonces immobilières, celui-ci doit être réalisé en amont, au moment de la mise en vente du bien, et l’ensemble des diagnostics obligatoires doivent être annexés à la promesse de vente (ou, à défaut, à l’acte authentique de vente). Ainsi, quelque soit l’issue de la mise en vente, le diagnostiqueur doit être rémunéré pour les prestations qu’il a effectuées. Il ­pourrait même être contre-productif pour le diagnostiqueur de lier la rémunération de la prestation à la vente ­hypothétique du bien. La prestation de diagnostic immobilier résulte d’un contrat de droit privé passé entre un vendeur, un bailleur ou un mandataire de ces personnes et une entreprise de diagnostic immobilier. Lorsque le diagnostiqueur éprouve des difficultés pour percevoir la rémunération qui lui est due à la suite de son intervention, il dispose de toute latitude pour engager une action judiciaire à l’encontre de son client.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur