En direct

DEVELOPPEMENT DURABLE Une sensibilisation par l'exemplarité de l'Etat

le 24/10/2003  |  Evénement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Evénement
Valider

Interview de Michèle Pappalardo, présidente de l'Ademe (Agence pour le développement et la maîtrise de l'énergie).

Comment la volonté de l'Etat peut-elle être autre chose qu'un catalogue de bonnes intentions ?

La responsabilité « politique » de l'organisation est déjà mise en place : un haut fonctionnaire a été désigné dans chaque ministère, les préfets déclinent les actions au sein des services déconcentrés. Je crois beaucoup en l'étendue et en la diversité des gisements latents « d'économies de flux » dans le parc dont les administrations ont la charge. Pour les agents de l'Etat, comme pour beaucoup de Français, le développement durable reste une préoccupation lointaine. Faire évoluer leurs comportements professionnels, c'est faire en sorte que, quotidiennement, dans l'exercice de ses fonctions et à son niveau, chacun adopte un comportement compatible avec le développement durable. Il faut donc encourager le développement de séminaires de sensibilisation et de formation sur les différents thèmes liés à l'exemplarité de l'Etat, notamment. Il faudra enfin partir d'un « état zéro » pour hiérarchiser les priorités du futur plan d'action.

Comment l'Ademe accompagne- t-elle l'Etat dans sa démarche d'exemplarité ?

L'Ademe accompagne les démarches éco-responsables en assumant :

- la fonction d'observatoire, afin de favoriser la connaissance des expériences engagées et de participer au changement des comportements ;

- la formalisation d'un accompagnement technique ;

- un soutien à des opérations exemplaires ;

- sa participation à la politique de formation.

L'efficacité de la haute qualité environnementale (HQE) suppose une évaluation après livraison. Les bâtiments publics seront-ils audités ?

Pour 2005, 20 % des nouvelles constructions de l'Etat devront répondre à la démarche HQE ou au label haute performance énergétique (HPE) ou à une référence équivalente, 50 % à compter de 2008. Appliquer la HQE aux bâtiments de l'Etat, comme aux autres d'ailleurs, suppose la mise en place d'un véritable « management » d'opération. Le projet de certification actuellement développé par le CSTB va clairement dans ce sens et on pourrait envisager à terme une étape d'audit, après quelques années d'occupation. L'enjeu étant de pérenniser, voire d'accroître, les performances environnementales des opérations.

Faire évoluer les comportements professionnels, c'est faire en sorte que, quotidiennement, dans l'exercice de ses fonctions et à son niveau, chacun adopte un comportement compatible avec le développement durable.

Michèle Pappalardo, présidente de l'Ademe.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur