En direct

Deux tunnels, deux méthodes
Le levage des modules a impliqué la création d’une plate-forme de 2 m d’épaisseur pour installer la grue d’une capacité de 750 tonnes - © PHOTOS : DENIS SUTTON / RATP

Deux tunnels, deux méthodes

Bernard Reinteau |  le 14/09/2018  |  Grand ParisSeine-Saint-DenisTravauxOuvrage d'artGrand Paris Express

Génie civil -

Réalisés à proximité de Paris, des projets comparables ont fait l'objet d'exécutions radicalement différentes.

Délais et volume de travaux obligent, la période estivale est propice à la mise en œuvre d'ouvrages du Grand Paris Express demandant des interruptions temporaires de lignes ou de voies de circulation. Cet été, la RATP a ainsi mené deux opérations sensibles. La première consistait, dans le cadre du prolongement de la ligne 11 du métro, en l'installation d'un tunnel de franchissement sous l'A86, l'une des bretelles autoroutières les plus chargées du réseau parisien, à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Soit l'insertion par ripage d'un énorme monolithe de béton dans une tranchée. L'autre opération d'envergure concernait un tunnel de correspondance piéton entre la ligne 8 du métro, à hauteur de la station Créteil-L'Echat (Val-de-Marne), et la future ligne 15 sud. Ici, l'ouvrage souterrain a été préfabriqué sur place par tronçons. Une fois les voies ouvertes et le talus déblayé, les modules ont été mis en œuvre à la grue.

Ces travaux ont donc fait appel à des techniques différentes, dictées par le contexte urbain, la configuration des sites, le planning à respecter et les dimensions des ouvrages à installer. « Il s'agit toujours de défis techniques, qui nécessitent une grande rigueur dans l'organisation et la planification », explique Claire-Hélène Coux, directrice déléguée à la maîtrise d'ouvrage des projets de la RATP.

Préfabrication en six éléments. Du 13 au 17 août, la gare de Créteil-L'Echat a été fermée, et la ligne 8 interrompue pour installer le tunnel, un ensemble de 18 m de long, 6 m de haut, de 6 à 11 m de large pour un poids total d'environ 600 tonnes. « Nous étions sur un site très étroit, avec des façades à 20 m du chantier !, décrit Claire-Hélène Coux. Il n'était pas possible de préfabriquer ce module d'un seul tenant pour le riper ensuite. Nous avons opté pour une préfabrication en six éléments, puis une mise en place par levage avec une grue adaptée [lire page 77] . Un [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Deux tunnels, deux méthodes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX