Chantiers

Deux kilomètres d’enveloppe technique innovante à Pantin

Mots clés : Architecture

Pour ce chantier d’une ampleur exceptionnelle, les concepteurs ont poursuivi deux objectifs : renforcement de l’isolation thermique des parois et recherche esthétique valorisant ce bâtiment caractéristique de l’architecture des grands ensembles construits après guerre. 

Construit dans les années 50 par l’architecte Emile Aillaud, le Serpentin, quartier des Courtillières à Pantin (93), est l’un des bâtiments les plus longs d’Europe : R+5 sur 960 m de longueur, 58 cages d’escaliers et 635 logements. Depuis 2007 et jusqu’à fin 2013, il fait l’objet d’une profonde rénovation. L’un des aspects les plus spectaculaires de cette rénovation porte sur les façades avec un renforcement de l’isolation thermique par l’extérieur (ITE) existante. Un projet simple au départ, mais il s’agissait aussi de répondre aux vœux de l’architecte des Bâtiments de France, lequel a souhaité que la rénovation du bâtiment soit l’occasion de lui redonner son esthétique d’origine.

L’entreprise en charge de la rénovation, GTM Bâtiment (92), a donc développé un système de vêture innovant – une Atex du CSTB a été attribuée –, constitué de plaques ciment recouvertes d’émaux de verre. Le tout dans un dégradé de tons bleu gris savamment orchestré.

 

Bardage sur ossature bois

 

Le principe technique du projet revient à réaliser une nouvelle enveloppe sur l’ITE existante, à savoir un complément d’isolation et d’un parement collé d’émaux de verre. Après réflexion, le système retenu se compose d’un bardage sur ossature bois de plaques de ciment (Aquapanel Outdoor de Knauf) recouvert d’une finition mosaïque d’émaux de verre de chez Ezzarri.

Avantage : la plaque de ciment bénéficiait déjà d’un avis technique pour une mise en œuvre en bardage sur ossature bois. Comme l’immeuble est cintré, l’ensemble a été testé à la rupture. Seront soumises également à essai les colles utilisées (Cegecol) pour les émaux de verre.

Tout aussi importants, les coefficients d’absorption solaire des émaux. Ainsi, après étude très détaillée de l’Atelier Pierre di Sciullo (93), les couleurs ont été adaptées en fonction de l’orientation des façades et tout a été calpiné de manière très précise, en respectant un dégradé de couleurs.

 

Enduit amianté

 

A la mise en œuvre, l’ossature secondaire en bois a été fixée sur le mur porteur à l’aide de pattes d’équerres et d’étriers. La pose des fixations a nécessité la réalisation d’un empochement sur l’ITE existante. Problème : cette dernière se composait d’une couche d’isolant polystyrène de 60 mm et d’un enduit amianté non friable. Les opérations ont donc été effectuées selon la réglementation en vigueur – le protocole exige un récupérateur des poussières d’un diamètre de 150 mm, relié à un aspirateur à filtre absolu, via une aspiration externe placée sur l’ITE existante…

Avant la mise en place du nouveau complexe isolant – laine minérale, Isofaçade 38R largeur 60 cm, certifiée Acermi, de conductivité thermique de 0,038W –, tous les empochements sur ITE existante ont été rebouchés avec un isolant polystyrène blanc (épaisseur 60 mm).

 

24 000 m2 de céramique


La position finale des chevrons de l’ossature a permis d’obtenir la planéité du parement, un rayon de courbure constant et une lame d’air de 25 mm. Les plaques ciment y ont ensuite été fixées avec des vis double filet à tête conique et pointe clou, protégées de la corrosion. Un enduit a été appliqué sur l’ensemble des joints et têtes de vis avant la mise en place des bandes de joint. Puis, les plaques ont été entièrement enduites en deux passes, avec marouflage d’un treillis de renfort pour recevoir les plaques de mosaïques de pâte de verre. Ces dernières ont été collées avec un mortier-colle C2S1 par simple encollage.

Un travail de longue haleine puisque cela a représenté la mise en œuvre 24 000 m2 de céramique sur 2 km de développé, soit 32 millions de petits carreaux d’émaux de verre collés sur plus de 180 000 plaques avec plus de 1887 dégradés de couleur !

 

Focus

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Pantin Habitat (93)
Maître d’œuvre : R.V.A Mandataire et Arcoba (93)
Fabrication des plaques : société Knauf (68)
Fabrication du mortier-colle : Cégécol-SNL (92)
Fabrication des émaux de verre : société Ezarri (Espagne)
Assemblage des émaux et pose : société GTM Bâtiment (92)
Bureau de contrôle : Alpha Contrôle (78)

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X