En direct

Deux groupements en finale pour le projet d’extension en mer de Monaco
Image virtuelle représentant l'extension prévue au pied du casino de Monte-Carlo (verte et bleue) (c) AFP - ©

Deux groupements en finale pour le projet d’extension en mer de Monaco

Pouthier Adrien |  le 30/09/2008  |  Alpes-MaritimesPyrénées-OrientalesBouches-du-RhôneCorse-du-SudAude

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Alpes-Maritimes
Pyrénées-Orientales
Bouches-du-Rhône
Corse-du-Sud
Aude
Haute-Corse
Alpes-de-Haute-Provence
Hautes-Alpes
Lozère
Hérault
Var
Vaucluse
Gard
Principauté de Monaco
Réalisations
Architecture
Valider

Jean-Paul Proust, ministre d’Etat de la Principauté de Monaco, a annoncé que le groupement lauréat de la consultation internationale lancé en 2006 pour créer un nouveau quartier urbain de 275.000 m² s’étendant une quinzaine d’hectares en mer dans la zone du Portier, sera désigné en fin d’année ou au plus tard en février 2009.

Il vient également de révéler que parmi les cinq groupements en lice, deux ont été placés sur une "short list" car répondant parfaitement au cahier des charges fixé par la Principauté, notamment sur le plan de l’insertion dans l’environnement. Il s’agit des projets de deux groupements monégasques : Monte Carlo Developpement Company et Monte Carlo Sea Land. Le premier regroupe des investisseurs monégasques (Toufic Aboukhater, Michel Pastor, Gérard Brianti) associés à Bouygues TP et Saïpem et à Norman Foster, Arquitectonica et Michel Desvignes, côté architectes. Le second rassemble les familles Marzocco, Segond, Schiriqui, les constructeurs Van Oord, Dragados et Besix, les architectes Daniel Libeskind, Arata Isozaki, Jean Mus.

Une extension sous la forme d’un cap
Un petit bout de voile a également été levé sur leurs caractéristiques techniques et la forme d’urbanisation retenue. S’inspirant des nombreux caps et péninsules de la Côte d’Azur, ces projets proposent l’aménagement d’iles traversées par des chenaux et formant, face au Larvotto, une nouvelle baie se refermant à l’est. Au plan technique, le principe de "méga caissons" préfabriqués puis remorqués en Principauté avant d’être posés sur une assise sous marine -la solution jugée la plus fiable- a été retenu. "Si un parti général est fixé, pour autant personne n’est éliminé de la consultation" s’empresse d’ajouter Jean-Paul Proust. La crise financière internationale qui secoue la planète vient en effet aujourd’hui compliquer la réalisation de cette opération hors norme, confiée au secteur privé. Evalué entre 5 à 10 milliards d’euros sur une dizaine d’années, l’investissement requiert des capacités financières très importantes de la part des opérateurs, capacités que la Principauté de Monaco va examiner à la loupe dans les prochaines semaines. "On va demander aux groupements de privilégier l’apport en fonds propres par rapport aux emprunts bancaires. Et il est hors de question que Monaco investisse un milliard d’euros dans cette opération ou touche à son fonds de réserve. C’est notre bouclier face à la crise" commente Jean Paul Proust. Cette cagnotte s’élève actuellement à près de 5 milliards d’euros.

Rémy Mario (bureau du Moniteur de Marseille)

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur