En direct

Deux déchirures en deux semaines dans la couverture du Centre Pompidou-Metz
La couverture du Centre Pompidou-Metz, endommagée par la neige le lundi 20 décembre 2010 - © © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN / Maury GOLINI

Deux déchirures en deux semaines dans la couverture du Centre Pompidou-Metz

MILENA CHESSA |  le 21/12/2010  |  ArchitectureMoselle

La membrane d'étanchéité qui chapeaute le Centre Pompidou-Metz, en Moselle, s'est déchirée une seconde fois lundi 20 décembre à cause de la neige, deux semaines tout juste après un incident similaire.

"En raison des chutes de neige exceptionnelles de ces derniers jours, la membrane du pilier droit situé à l'avant du Centre Pompidou-Metz s'est déchirée lundi 20 décembre en fin de soirée, et ce malgré le déneigement intensif réalisé par les équipes techniques", a communiqué mardi la communauté d'agglomération Metz-Métropole, propriétaire du bâtiment. Selon elle, cet "incident mineur" qui ne remet pas en question la solidité globale du toit, devrait être réparé "dès que les conditions climatiques le permettront".
Antoine Fonté, adjoint à la culture de la Ville de Metz, a indiqué à l'AFP que "les parties déchirées vont être remplacées de manière provisoire avec une toile renforcée. Cela se fera comme le remplacement d'un lé de tapisserie". L'adjoint messin parle au pluriel car un dommage identique s'est produit le 6 décembre dernier sur le pilier situé à gauche de l'entrée du musée (voir article ci-contre).

Solution à l'étude

Le 7 décembre, après s'être rendu sur place pour constater les dégâts, l'architecte Jean de Gastines - co-auteur du projet avec Shigeru Ban - avait détaillé au Moniteur.fr les causes de l'incident. Réinterrogé le 21 décembre, celui-ci affirme que "c'est exactement le même problème". Alors, retour sur son explication : "Une épaisse couche de neige s'est accumulée au niveau des descentes d'eaux pluviales, exerçant une pression extrêmement forte sur la membrane." Le "cordon chauffant [n'est] pas assez puissant" pour faire fondre cette neige et lui permettre d'être évacuée dans les canalisations. Alors la membrane d'étanchéité en polytétrafluoroéthylène (PTFE) se déchire et "la charge glisse comme sur un toboggan".
Jean de Gastines compare cette situation à celle d'un "pantalon décousu qu'il faut renforcer". "Le nœud du problème se situe au niveau du cône dans lequel se déverse l'eau, commente l'architecte. Plusieurs solutions sont possibles, mais il ne faut pas agir dans la précipitation. Les intervenants du projet, dont le fabricant de la membrane (Taiyo) et l'entreprise générale (Demathieu & Bard), doivent décider ensemble du système destiné à perdurer des années. Et cela ne se fait pas en un jour." De son côté, Metz-Métropole indique que les frais engendrés sur le bâtiment par les intempéries seront pris en charge par les assurances.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 10.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur