En direct

Détecteurs de fumée : où, quand, quoi et comment ?
Détecteurs autonomes avertisseurs de fumée. - © © EI-Electronics

Détecteurs de fumée : où, quand, quoi et comment ?

Elodie Cloâtre |  le 14/03/2013  |  ImmobilierRéglementationTechniqueBâtimentdetecteurs

À compter du 8 mars 2015, tous les logements devront être équipés d’au moins un détecteur de fumée normalisé. Un arrêté du 5 février 2013 précise les exigences techniques auxquelles doivent répondre ces détecteurs, ainsi que leurs conditions d’installation et d’entretien. Et souligne que l’installation de détecteurs dans les parties communes sera interdite.

On en sait plus sur les caractéristiques des détecteurs de fumée qui doivent être installés d’ici au 8 mars 2015. A cette date, tout logement devra être équipé d'au moins un détecteur de fumée conforme à la norme européenne harmonisée NF EN 14604 (les détecteurs avertisseurs autonomes de fumées (Daaf) mis sur le marché français sont conformes à cette norme depuis 2006). Concrètement, l’appareil doit détecter les fumées produites dès le début d’un incendie et émettre immédiatement un signal sonore suffisant permettant de réveiller une personne endormie dans le seul logement où la détection a eu lieu. Un arrêté du 5 février 2013, publié au Journal officiel du 14 mars, précise les exigences auxquelles doit répondre le détecteur de fumée normalisé, les conditions de son installation, de son entretien et de son fonctionnement (voir Focus ci-dessous).

Les détecteurs de fumée interdits dans les parties communes des immeubles collectifs

Autre précision et non des moindres, il est interdit d’installer des détecteurs autonomes avertisseurs de fumée dans les parties communes des immeubles collectifs d’habitation. Si cette décision peut étonner, le ministère la justifie en précisant que « une détection de fumée dans les parties communes déclencherait l’alarme et inciterait les gens à sortir de leur logement et à entrer dans les fumées ; or ce sont les fumées qui tuent. En effet, 75% des décès sont dus à l’intoxication ». Les mesures prévues par l’arrêté du 5 février 2013 visent à éviter la propagation du feu dans les dégagements et circulations des immeubles, notamment dans les cas où le départ de feu intervient dans les locaux à risques. Ainsi la mise en place de portes pour séparer les locaux poubelles du reste du bâtiment est notamment prévue.

Consignes de sécurité

L’amélioration de la sécurité, préoccupation majeure du Gouvernement, passe par la sensibilisation des personnes aux risques incendie. L’arrêté comporte en annexe l’obligation d’afficher dans les halls d'entrée de certains immeubles collectifs d'habitation, près des accès aux escaliers et aux ascenseurs, les plans des sous-sols et rez de chaussée, ainsi que les consignes de sécurité pour prévenir le risque d'incendie. Par exemple : « N’entrez jamais dans la fumée », « ne prenez jamais l’ascenseur, prenez les escaliers », « adaptez votre comportement à la situation : si l’incendie se déclare chez vous et que vous ne pouvez pas l’éteindre immédiatement, si l’incendie est au-dessous ou sur votre pallier, si l’incendie est au-dessus », etc.

Notification de l’installation à l’assureur

En pratique, pas de sanction pour défaut d’installation, mais une mesure incitative : l’assureur du logement peut prévoir une minoration de la prime ou de la cotisation prévue par la police d'assurance garantissant les dommages incendie lorsqu'il est établi que l'assuré équipe son logement d'un détecteur de fumée, conformément aux dispositions de l'article L.122-9 du Code des assurances. A cet effet, l’article L129-8 du Code de la construction et de l’habitation prévoit qu’une attestation d’installation du détecteur de fumée devra être notifiée à l’assureur. L’arrêté du 5 février apporte des précisions quant à la notification de l'installation du détecteur de fumée normalisé qui doit être réalisée entre occupant et assureur.

Cécile Duflot, ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, s'est félicité de la parution de cet arrêté. Fortement mobilisée sur la question de la prévention des risques liés aux incendies domestiques, elle participera jeudi 28 mars 2013 à un « fire test ». Un tel exercice organisé par les pompiers, qui déclenchent un incendie dans un bâtiment voué à la démolition, permet d'illustrer les avantages des détecteurs de fumée en termes de gestion des secours.

Pour consulter l'arrêté du 5 février 2013 (NOR: ETLL1126574A), cliquez ici

Caractéristiques techniques des détecteurs de fumée

Le détecteur de fumée doit :

? comporter un indicateur de mise sous tension ;
? être alimenté par piles, batteries incorporées ou sur secteur ; dans le cas où la batterie est remplaçable par l'utilisateur, sa durée minimale de fonctionnement est de un an ;
? comporter un signal visuel, mécanique ou sonore, indépendant d'une source d'alimentation, indiquant l'absence de batteries ou piles ;
? émettre un signal d'alarme d'un niveau sonore d'au moins 85 dB(A) à 3 mètres ;
? émettre un signal de défaut sonore, différent de la tonalité de l'alarme, signalant la perte de capacité d'alimentation du détecteur ;
? comporter les informations suivantes, marquées de manière indélébile :
? nom ou marque et adresse du fabricant ou du fournisseur ;
? le numéro et la date de la norme à laquelle se conforme le détecteur ;
? la date de fabrication ou le numéro du lot ;
? le type de batterie à utiliser ;
? disposer d'informations fournies avec le détecteur, comprenant le mode d'emploi pour l'installation, l'entretien et le contrôle du détecteur, particulièrement les instructions concernant les éléments devant être régulièrement remplacés.

Commentaires

Détecteurs de fumée : où, quand, quoi et comment ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Mener un projet de construction ou d'aménagement en coût global

Mener un projet de construction ou d'aménagement en coût global

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur