En direct

Evénement

Désamiantage

françoise vaysse, nicole salez, jean-michel gradt, patrice drouin, michel octernaud |  le 28/02/1997  |  BâtimentEntreprisesDéchetsSeine-MaritimeTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Entreprises
Déchets
Seine-Maritime
Technique
Environnement
Valider

Le marché de l'amiante devrait s'avérer très prometteur pour les entreprises spécialisées dans le diagnostic, le désamiantage, la réhabilition et le traitement des déchets (« Le Moniteur » du 10 janvier p.33). Au cours des cinq prochaines années, le désamiantage de quelque 20 millions de m2 devrait en effet générer au moins 30 milliards de francs de travaux et d'interventions, dont 2,5 % pour le diagnostic, 43 % pour le désamiantage des bâtiments contaminés, 51 % pour la réhabilitation et 3,5 % pour le traitement et l'élimination des déchets.

Les maîtres d'ouvrage et les propriétaires concernés ont, en principe, jusqu'au 31 décembre 2001 pour faire désamianter leurs bâtiments contaminés. Ce qui explique l'engouement de nombreux groupes pour ce marché très «porteur».

Isotherma/Harfleur La première qualifiée garde raison

Basée à Harfleur, en Seine-Maritime, Isotherma, PME spécialisée dans l'isolation, est actuellement la seule société française à avoir obtenu en octobre dernier la qualification 1513 de Qualibat (traitement de l'amiante en place : flocage et calorifugeage) pour une durée de cinq ans. Six autres sociétés ne sont qualifiées qu'à titre probatoire. Cette qualification va être de plus en plus exigée par les pouvoirs publics et les maîtres d'ouvrage. Pour la PME, « elle est le résultat d'un long processus interne, le désamiantage n'étant pas traité comme un chantier classique. Les précautions à prendre sont, à l'évidence, beaucoup plus nombreuses. Je ne suis pas sûr que toutes les entreprises faisant du désamiantage partagent cette analyse, explique le PDG d'Isotherma, Bernard Houssaye. Mais, malgré ce développement spectaculaire, nous n'avons pas l'intention de mettre tous nos oeufs dans le même panier et d'abandonner certains de nos métiers traditionnels, en particulier l'isolation industrielle, les échafaudages et le second oeuvre du bâtiment ».

CHIFFRE D'AFFAIRES 1996 : 320 millions de francs ; 320 salariés.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur