En direct

Des solutions techniques pour baisser les charges

françoise vaysse, elisabeth allain-dupre, nathalie coulaud, corinne montculier, virginie pavie, françois sagot |  le 04/09/1998  |  LogementEquipementEnvironnementEnergies renouvelablesProduits et matériels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Equipement
Environnement
Energies renouvelables
Produits et matériels
Logement social
Performance énergétique
Energie
Conception-réalisation
Paris
Savoie
Saône-et-Loire
Drôme
France
Technique
Immobilier
Santé
Valider

Sommaire du dossier

  1. Les usagers - Les jeunes: la nouvelle cible des HLM
  2. Les usagers - Les personnes agées: le nouveau concept de résidences en HLM
  3. Les usagers - Les démunis: quelle politique de logement ?
  4. Les nouveaux métiers - HLM: des emplois stratégiques
  5. Les zones tendues - Metz: l'Opac joue la technopole
  6. Les zones tendues - Pessac: à la recherche d'une cohérence
  7. Les zones tendues - Rodez: stratégie locale de développement
  8. Les zones tendues - Bourgoin-Jallieu: muscler le centre-ville
  9. Des missions de plus en plus diversifiées - L'accueil des populations spécifiques
  10. Des missions de plus en plus diversifiées - Les organismes d'HLM, acteurs urbains
  11. Des missions de plus en plus diversifiées - La réhabilitation: mission importante pour les organismes d'HLM
  12. Des missions de plus en plus diversifiées - La démarche qualité des organismes d'HLM
  13. Des missions de plus en plus diversifiées - L'activité immobilière des organismes d'HLM
  14. Offrir une gamme complète de services - Domotique: les locataires de l'Office de Pau sont satisfaits
  15. Offrir une gamme complète de services - Gestion de proximité: les ouvriers occupent les quartiers
  16. A la découverte du monde HLM - La marche forcée vers les services: garantir les prestations de base
  17. Offrir une gamme complète de services - Animation: un soutien aux projets des locataires
  18. Offrir une gamme complète de services - Insertion: de nouveaux gisements d'emplois
  19. Offrir une gamme complète de services - Suivi social: l'Opac de l'Ain recrute une conseillère
  20. Offrir une gamme complète de services - A la découverte du monde HLM
  21. A la découverte du monde HLM - 5 grandes familles
  22. Mission sociale des HLM - Les points de vue de Roger Quilliot,Yves Baise, Jacques Badet et Jacques Berké
  23. Mission sociale des HLM: les expériences - Insertion par l'économique
  24. Mission sociale des HLM - La grande peur du recentrage
  25. Mission sociale des HLM - Les chiffres du mouvement HLM: lente paralysie de l'accès au parc
  26. Mission sociale des HLM : les expériences - Logement des démunis
  27. Mission sociale des HLM: les expériences - Un bilan social voit le jour en Paca
  28. Mission sociale des HLM: les expériences - Gestion de l'habitat
  29. Quel ancrage social ?
  30. Le réancrage social des HLM
  31. Gestion locative : Boulogne-sur-mer : un exemple de démolition-reconstruction de maisons individuelles
  32. Gestion locative : La montée de la tension
  33. Gestion locative : La « réunion du mardi », baromètre social de la « Plaine du Lys »
  34. Patrimoine : Des logements neufs pour les démunis à Paris
  35. Attributions du label Qualitel HPE 3 étoiles
  36. Qualitel dans l'expectative
  37. Patrimoine : Le prix du PLA a progressé plus vite que l'inflation en région parisienne
  38. Patrimoine : La réhabilitation vulnérable
  39. Patrimoine : «L'état du patrimoine, premier facteur de préservation du lien social»
  40. Revirement sur la démolition
  41. Finances Comment faire face au coût du logement social ?
  42. Finances : Le très social est-il déficitaire ?
  43. Gestion locative Face à des occupants plus pauvres, la pratique évolue
  44. Patrimoine : La construction au ralenti
  45. SOMMAIRE DOSSIER HLM
  46. La dure loi de la demande
  47. Entretien LOUIS BESSON : « Différencier l'offre pour pouvoir proposer un logement à tous »
  48. Le congrès HLM de Marseille
  49. Un parc social mieux adapté aux ressources des plus modestes
  50. Vandoeuvre Réhabilitation par tranches d'une cité
  51. Nantes Restructuration d'un pavillon vétuste
  52. Marseille Fondations sur micropieux, parkings en rez-de-chaussée
  53. Où créer des logements sociaux ?
  54. Des solutions techniques pour baisser les charges
  55. Qualité d'usage : comment optimiser les plans
  56. TVA sur la réhabilitation du locatif social
  57. Orly Construire à moins 25 % : pari gagné
  58. Renouvellement urbain Les organismes d' HLM condamnés à réussir
  59. Entretien DANIEL LEBEGUE « Nous sommes prêts à passer à la vitesse supérieure »
  60. Un « Monsieur ville » chez 3F
  61. DANIEL GRANDE, directeur du GIE Villes et Quartiers
  62. Patrimoine Une échelle de risques chez Efidis
  63. Refaire la ville : six exemples Malakoff Cité du Million : une démolition-reconstruction à taille humaine
  64. Refaire la ville : six exemples Marseille Trois bailleurs remodèlent la cité du « Plan d'Aou »
  65. Refaire la ville : six exemples Sartrouville La redécouverte des Indes
  66. Refaire la ville : six exemples Eure Gestion dynamique du patrimoine : l'Opac colle au marché
  67. Refaire la ville : six exemples Bordeaux Une restructuration en douceur pour les « Hauts de Garonne »
  68. Refaire la ville : six exemples Meaux Un double pari : assainir les finances et sauver le patrimoine
  69. HLM Des solutions pour diminuer les charges
  70. EAU Une expérimentation sur les consommations
  71. CHAUFFAGE Isolation renforcée pour diminuer les coûts
  72. CHAUFFAGE Une photographie des charges des locataires
  73. COGENERATION Production de chaleur et d'électricité combinée
  74. Effectuer un audit de chaufferie
  75. L'apres-démolition
  76. Entretien avec Paul-Louis Marty, délégué général de l'Union sociale pour l'habitat
  77. Les architectes créent de nouveaux liens entre ville et habitat
  78. Logement social 800 000 « passoires thermiques » à rénover
  79. Mobilisation des régions Des financements indispensables pour boucler les réhabilitations thermiques
  80. Mobilisation des organismes La baisse des charges des locataires justifie les efforts
  81. Alsace CUS Habitat recherche l'efficience économique
  82. Savoie Albertville, pionnier de l'éco-prêt
  83. Philippe Tilloux, directeur de Périgueux habitat « Il ne faut pas se contenter de raisonner en réduction des charges »
  84. Picardie Oise-Habitat démarre sans aide la modernisation de trois immeubles
  85. Aquitaine La performance énergétique, axe stratégique d'Agen Habitat
  86. Bretagne Isolation par l'extérieur pour Aiguillon Construction
  87. Bretagne Des panneaux photovoltaïques comme brise-soleil chez Habitat 35

-La diminution des charges ne passe plus seulement par la limitation des consommations de chauffage. -Une réflexion énergétique globale s'impose pour la construction des logements.

Les difficultés financières rencontrées par une partie des locataires rendent les charges liées à la consommation d'énergie ou d'eau parfois insupportables. Or, les solutions pour les faire baisser dépendent beaucoup de la date de construction des bâtiments. Dans le neuf, on s'achemine plutôt vers une conception énergique d'ensemble (voir l'encadré «Points à examiner», p. 64). Cette évolution est d'ailleurs prise en compte dans l'élaboration de la future réglementation thermique. Mais celle-ci ne concernera que les logements neufs, et ne touchera donc que très progressivement le parc social. D'après des études menées dans le parcsur des logements récents, le chauffage ne semble plus être le poste le plus important de dépenses, sauf dans le cas d'appareils électriques (voir encadré page suivante).

Cette situation est due au renforcement de l'isolation thermique des bâtiments (durcissement par étape de la réglementation), à la multiplication des appareils électroménagers et à l'augmentation des consommations d'eau chaude sanitaire, relativisant les autres postes de dépense. Olivier Sidler, à l'origine de ces campagnes de mesure, estime que « l'électroménager et l'éclairage sont jusqu'à deux fois plus coûteux que le chauffage. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les principales sources d'économie portent respectivement sur la production de froid, le bon asservissement du circulateur des chaudières individuelles au thermostat d'ambiance, l'utilisation de lampes à basse consommation, la suppression de la mise en veille d'appareils comme les téléviseurs ou les magnétoscopes ». Ce constat amène des gestionnaires d'HLM à recruter des « éco-ambassadeurs » chargés d'aider les locataires à mieux utiliser leurs appareils de chauffage ou électroménagers voire de les conseiller sur l'achat de matériels à faible consommation.

Réhabilitation lourde

D'autres solutions plus lourdes existent lorsqu'on se trouve en présence de logements anciens mais elles supposent une réhabilitation d'ensemble dont l'objectif n'est pas seulement d'abaisser les charges mais aussi d'améliorer le confort des locataires. Ainsi, une opération désormais classique consiste à doter l'immeuble d'une isolation. En général, elle est exécutée par l'extérieur pour des raisons de commodité. Elle est complétée par la mise en place de menuiseries équipées de doubles vitrages. Ces dispositions permettent de réduire notablement les déperditions énergétiques par les parois. Le changement de la chaudière, surtout si elle a plus d'une dizaine d'années d'âge, constitue un poste d'économie intéressant (voir tableau sur les économies potentielles p. 61). Un générateur à haut rendement ou mieux, à condensation, permet de réduire de plus de 20 % les consommations de chauffage.

Souvent, le chauffage électrique est incriminé mais son remplacement suppose une nouvelle installation pas toujours facile à mettre en place. Sans aller jusque-là, il existe des solutions pour améliorer ce mode de chauffage. Les nouveaux convecteurs disposent d'une sortie frontale, d'une régulation électronique et, parfois d'émetteurs rayonnants. Parallèlement, des systèmes de gestion sont capables de gérer l'intermittence de l'occupation en abaissant automatiquement la température. Des dispositifs complémentaires comme des délesteurs diminuent la puissance souscrite auprès du distributeur d'énergie.

En plus de l'énergie, l'eau constitue un autre poste de dépense dont le coût ne cesse d'augmenter. Il devient alors indispensable d'individualiser les consommations grâce à des compteurs. Leur rôle est avant tout de sensibiliser les occupants. On estime que la consommation d'eau par habitant et par an, en région parisienne, représente environ 150 m3 pour un coût unitaire de 14 francs TTC. Si la consommation d'eau s'est stabilisée, son prix, lui, ne cesse d'augmenter, notamment en raison du coût de traitement des eaux usées. Il existe des dispositifs économiseurs. Par exemple, pour les cuvettes des WC, des mécanismes permettent de choisir une chasse d'eau de 3 ou 6 l, suivant les besoins.

Selon le Centre scientifique et technique du bâtiment, un réservoir de 6 l au lieu de 9 l réduit déjà la consommation de 20 %. Si, de plus, on ajoute une double commande, l'économie d'eau pour une famille de 4 personnes atteint une centaine de litres par jour. Les mitigeurs, ou mieux des appareils thermostatiques, garantissent la température de l'eau désirée. Ils évitent donc de faire couler l'eau pendant le réglage d'autant que celle-ci est chauffée.

D'autres solutions existent. Ainsi, lors de la conception des installations, il faut réduire au minimum la distance des canalisations entre le point de production d'eau chaude et les points de consommation ou récupérer les eaux pluviales (voir l'expérimentation de Meillonnas page précédente).

TABLEAU : DES GAINS ENERGETIQUES IMPORTANTS Economies potentielles sur le chauffage et l'eau chaude sanitaire

Un générateur à haut rendement permet de réduire de plus de 20 % les consommations de chauffage.

GRAPHIQUE : ENERGIES UTILISEES POUR LE CHAUFFAGE ET L'EAU CHAUDE DANS LE PARC HLM.

Le chauffage est le plus souvent collectif

Points à examiner lors de la conception

Orienter les bâtiments judicieusement pour bénéficier de l'ensoleillement maximum (conception bioclimatique).

Renforcer l'isolation des parois (label HPE 3 ou 4 étoiles) et recherche de l'inertie pour absorber les fluctuations de température.

Choisir un mode de chauffage minimisant les consommations d'énergie ; utilisation de chaudières collectives à haut rendement, voire à condensation.

Veiller à la consommation électrique des services généraux (ascenseurs, VMC, éclairage...)

Diminuer les consommations électrodomestiques (interrupteur d'arrêt pour les appareils en veille, éclairage basse consommation, appareils de cuisson...)

Réduire à 6 l des chasses d'eau des WC et utiliser des mécanismes à double commande 3 l/6 l.

Utiliser des mitigeurs thermostatiques et réduire les distances de canalisation d'eau chaude.

Distribuer des livrets d'accueil pour aider les occupants à mieux se servir des appareils, voire organiser la visite d'un conseiller.

POUR EN SAVOIR

PLUS...

Séminaires

Le Comité de liaison des énergies renouvelables a organisé un séminaire sur la maîtrise de l'énergie dans les logements sociaux. Cler, 28 rue Basfroi, 75011 Paris. Tél. : 01.46.59.04.44.

Ouvrages de référence

Cabinet Olivier Sidler : « Logements à faibles besoins en énergie, région Rhône-Alpes, Ademe, conseil général de Savoie, ODH 26. « Synthèse des campagnes de mesures sur les usages électriques spécifiques », Communauté européenne et Ademe.

Actes du colloque organisé par EDF, le CFE et l'Ademe sur « La maîtrise de la demande d'électricité », les 25 et 26 nov. 1997 à Paris.

« Les énergies renouvelables en Ile-de-France - Architecture climatique », rédigé par le Cler pour le compte de l'Agence régionale de l'environnement et des nouvelles énergies en Ile-de-France. Arene, 6 rue Monsieur, 75007 Paris. Tél. : 01.53.85.61.75.

Etude Habitudes de consommation des ménages

Le cabinet Olivier Sidler a mené plusieurs campagnes de mesures afin d'évaluer les consommations des ménages. La première d'entre elles, réalisée avec le concours de la Communauté européenne et de l'Ademe, a été réalisée en Saône-et-Loire sur 114 logements, pendant un mois. La seconde, réalisée dans la Drôme, a permis de suivre 20 logements pendant deux ans. La première année toutes les consommations ont été suivies. La seconde année, les appareils ont été remplacés par des équipements plus performants. Les résultats de ces campagnes de mesures montrent que grâce à une amélioration des appareils et à une modification des comportements des occupants, le gisement d'économie moyen se situe entre 1 200 et 1 800 kW par an, selon le logement.

Issy-les-Moulineaux Un bâtiment bioclimatique

La résidence de « la Ferme », à Issy-les-Moulineaux en région parisienne (photo), compte 95 logements répartis sur sept étages. Sa réalisation a été guidée par le souci de l'Office public d'HLM de la ville de minimiser les consommations énergétiques. L'objectif est atteint puisque le montant global de la facture énergétique est de 52 francs TTC/m2/an. Ce chiffre, établi par rapport aux premières saisons de chauffe, concerne la consommation de chauffage et d'eau chaude sanitaire, l'abonnement, l'électroménager, la cuisine et l'éclairage, soit 1 085 francs/m2/an pour un logement de 70 m2. Il faut ajouter à ce montant 985 francs TTC, pour ce même logement, pour l'électricité des services généraux. D'un point de vue constructif, l'enveloppe a bénéficié d'une conception bioclimatique : des locaux tampons sont placés au nord pour minimiser les déperditions tandis que de larges baies vitrées et des vérandas sont associées à la façade principale, orientée au sud. Cette dernière disposition permet de récupérer les apports solaires notamment, par un préchauffage de l'air neuf destiné à la ventilation des logements. Côté isolation, un complexe de polystyrène de 10 cm d'épaisseur, placé à l'extérieur de la façade, est utilisé. Les fenêtres sont équipées, quant à elles, de doubles vitrages de type 4-12-4 mm, parfois faiblement émissifs, lorsqu'ils sont placés au nord. Des volets roulants isolants occultent les fenêtres. L'inertie du bâtiment est garantie par des murs et des planchers en béton. En ce qui concerne le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire, l'immeuble est doté d'une chaufferie collective fonctionnant au gaz naturel. Les chaudières dont l'une est à condensation et l'autre à haut rendement, totalisent une puissance de 522 kW. Le montant des travaux s'élève à 46 millions de francs pour une surface habitable totale de 7 580 m2. Le label Haute performance énergétique (HPE) 4 étoiles a été attribué. FICHE TECHNIQUEMaître d'ouvrage : OPHLM d'Issy-les-Moulineaux. Maître d'oeuvre : ED Architectes. BET énergie : Cabinet Olivier Sidler. Entreprise générale : SAEP. GRAPHIQUE : ESTIMATION DE LA FACTURE ELECTRIQUE DES SERVICES GENERAUX DE « LA FERME»Le montant des consommations est de 985 francs TTC pour un loge-ment de 70 m2. Des économies sont possibles sur les VMC, les circulateurs, les ascenseurs. PRECISION MTPB 4948 du 25/9/98 p.99 Nous donnons le montant de la facture énergétique globale de 52 francs TTC/m2/an, pour un immeuble à Issy-les-Moulineaux. Pour un logement de 70m2 cela correspond à 1085F/an, pour les seuls chauffage et eau chaude sanitaire

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Ain Récupération des eaux pluviales

Une première expérimentation de récupération des eaux pluviales a été réalisée par l'OPAC de l'Ain, sur un immeublede 12 logements (programme de bâtiments à haute qualité environnementale du Plan construction et architecture).

Cette technique encore peu utilisée en France, en raison notamment d'une réglementation contraignante, se pratique couramment Outre-Rhin. Elle a d'ailleurs fait l'objet d'un avis technique émanant du Service des recherches et d'ingénierie en protection sanitaire (SRIPS) de la mairie de Paris (désigné comme expert par le ministère de la Santé).

Pour la résidence «Le Pré de la Cour», à Meillonnas, l'eau de pluie récupérée en toiture sert à alimenter les chasses des WC et un point d'eau placé dans le local à poubelles. Comme l'eau n'est pas de qualité alimentaire, les canalisations comme les points d'alimentation, font l'objet d'un affichage spécifique.

L'eau est d'abord stockée dans un réservoir tampon de 750 l correspondant à l'autonomie d'une journée puis dans une quinzaine de réservoirs de 1 000 l chacun. Les points de puisage sont dotés de robinets temporisés et les chasses de WC de double commande 3 l/6 l. Comme le souligne Joël Guerry du cabinet Enerpol Ingénierie, concepteur de l'installation, « bien que la répartition par postes de consommation des ménages soit assez mal connue, nous sommes partis sur la base de 180 l par semaine et par habitant pour une chasse de 6 l. Le coût de l'installation ramené par logement est de 9 700 francs TTC. »

De son côté, Jacques Laffont de l'OPAC de l'Ain indique que « les premiers relevés révèlent une consommation d'eau froide par logement d'environ 40 m3/an contre, habituellement, 80 à 100 m3 ». Le gain est donc de 500 francs par an et par logement, compte tenu d'un prix unitaire de l'eau de 12 francs. Ramené à l'investissement initial, l'amortissement atteindrait 20 ans. Toutefois, plusieurs paramètres sont défavorables : il s'agit d'une première opération, ensuite l'immeuble compte peu d'appartements et, enfin, le coût unitaire de l'eau est relativement faible.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : Opac de l'Ain.

Architecte : Atelier 3.

Moniteur environnement : Enerpol Ingénierie.

Economiste : Cosinus.

BET (équipements techniques) : Enerpol Ingénierie.

Entreprise (lot plomberie sanitaire) : Climsanit.

Bureau de contrôle : Veritas.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire en pisé

Construire en pisé

Date de parution : 10/2020

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2020

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2020

Date de parution : 10/2020

Voir

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil