En direct

Des règles pour l'aménagement des terrasses-jardins

le 17/01/1997  |  Espaces vertsSecond œuvreAménagementProduits et matérielsNormes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Espaces verts
Second œuvre
Aménagement
Produits et matériels
Normes
France entière
Europe
Yvelines
Immobilier
Architecture
Réglementation
Valider

-Le texte comble un vide normatif et clarifie la responsabilité de chacun des intervenants. -La végétalisation extensive est perçue, en France, comme un espace inorganisé.

En gestation depuis deux ans, les nouvelles règles sur l'aménagement des terrasses-jardins ont notamment comme objectif de clarifier la responsabilité de chacun des intervenants dans la réalisation de tels ouvrages, qu'il s'agisse de l'entreprise de maçonnerie, de l'entreprise d'étanchéité ou encore du paysagiste. Elles ont d'ailleurs été établies conjointement par la Chambre syndicale nationale de l'étanchéité (CSNE) et l'Union nationale des entrepreneurs du paysage (Unep).

Selon Jacques Merret, président de la commission technique de la CSNE, « ces règles qui comblent un vide normatif seront publiées au cours du premier trimestre 1997 ».

Liste de plantes interdites ou déconseillées

Comme l'indique André Bruder, de la société Soprema qui a participé à la rédaction du texte, « les terrasses-jardins possèdent, au minimum, une épaisseur de terre de 30 cm et disposent éventuellement, de zones accessibles aux piétons ou aux véhicules. La terre utilisée doit être arable, riche en matière organique et amendée. En aucun cas, la terre souillée par le chantier ne doit être utilisée ».

En raison de sinistres provoqués par certains végétaux, une liste de plantes interdites ou déconseillées est donnée. Par exemple, les bambous sont proscrits car leurs racines sont particulièrement agressives pour les complexes d'étanchéité. De même, certains arbres, dont le développement est trop important, sont interdits.

Un chapitre est consacré à l'aménagement des toitures qui reçoivent des jardinières rapportées. Ces éléments ne doivent pas entraîner de déformation de parties de la toiture, être implantées au droit de points singuliers ni gêner l'écoulement de l'eau.

Végétalisation extensive ou semi-intensive

En dessous d'une épaisseur de 30 cm de terre, il n'existe pas de texte. Ce type de réalisation correspond à une végétalisation extensive ou semi-intensive. Elle rencontre un succès certain dans des pays comme l'Allemagne ou la Suisse, mais se heurte en France à ce qu'André Bruder appelle le « syndrome de Versailles » : « Les Français s'attendent toujours à trouver un jardin bien ordonné. Or, avec une végétalisation extensive, l'aspect obtenu s'apparente davantage à celui d'une plantation naturelle variant avec les saisons. Ce qui sera perçu en France, comme inorganisé sera considéré ailleurs comme naturel. »

La végétalisation extensive présente d'autres avantages. L'entretien diminue fortement puisqu'il passe en moyenne, de trente heures par an pour 100 m2 à une heure et demie par an pour 100 m2. Comme il demande une épaisseur de terre moins importante, la surcharge passe d'une valeur comprise entre 700 et 2 000 kg/m2 à une valeur comprise entre 50 et 350 kg/m2, avec pour conséquence, la possibilité d'utiliser des bacs acier ou une toiture en bois.

PHOTO : En partie courante, une terrasse-jardin comprend les éléments suivants : la maçonnerie porteuse, le pare-vapeur et l'isolant thermique éventuels, le revêtement d'étanchéité et sa protection si nécessaire, la couche drainante, la couche filtrante, la terre. Ici, l'hôtel des Volcans sur l'autoroute A71. (architecte Ricardo Boffil).

Documents révisés ou créés en 1997 et 1998

Les règles pour les systèmes d'étanchéité liquide : leur rédaction est en cours au sein d'une commission tripartite CSNE, SNJF et Apsel, sous l'égide du BNTEC Etanchéité. Elles s'appliqueront aux balcons, loggias, coursives, escaliers ou gradins extérieurs, passerelles, dalles. Le document paraîtra fin 1997.

Les règles pour la réfection complète des couvertures en bardeaux bitumés : rédigées par la CSNE, l'UNCP et le SNFBC, elles ont été éditées en septembre 1996. Elles comblent un vide normatif car les documents techniques unifiés (DTU) et avis techniques ne s'adressent pas aux réhabilitations.

Les règles pour l'étanchéité sous protection asphalte ou enrobés bitumineux de terrasses en parking : une commission sera créée en 1997 au sein de la CSNE.

Norme NF P 11-221 (DTU 14-1, cuvelage) : la révision entamée par la CSNE est terminée, elle se poursuit au BNTEC Etanchéité. Le document devrait sortir courant 1998.

Norme NF P 84-204 (DTU 43-1) : la commission CSNE en charge de la révision en norme-DTU de ce document concernant l'étanchéité des toitures-terrasses avec éléments porteurs en maçonnerie devrait conclure en 1997. Sa parution interviendra en 1997.

Norme NF P 84-208 (DTU 43-5) : cette norme sur la réfection des ouvrages d'étanchéité des toitures-terrasses ou inclinées remplacera les règles professionnelles. Le cahier des clauses techniques est rédigé, le cahier des clauses spéciales est, lui, en cours de rédaction, et la norme devrait sortir début 1998.

Cet article fait partie du dossier

ETANCHEITE DES TOITURES

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur