En direct

« Des raisons d’espérer pour les routes »

Propos recueillis par Pierre Delohen |  le 11/01/2013  |  TransportsCollectivités localesAllierCantalHaute-Loire

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Collectivités locales
Allier
Cantal
Haute-Loire
Puy-de-Dôme
France entière
Valider
AUVERGNE -

Le Syndicat professionnel régional de l’industrie routière (Sprir) d’Auvergne a lancé une enquête régionale sur le patrimoine routier. Etat des lieux avec Alain Poinot, son président.

Que retenez-vous ?

Plus de 150 communes - 53 de l’Allier, 27 du Cantal, 20 de la Haute-Loire et 53 du Puy-de-Dôme - ont répondu. Elles représentent plus du quart de la population et 4 807 km de routes communales. Ces communes consacrent une moyenne de 19 % de leur budget à l’entretien de leur patrimoine routier avec un minimum de 18,20 % pour celles de l’Allier et un maximum de 19,40 % pour celles du Puy-de-Dôme. L’évolution du budget des routes sur les cinq dernières années reflète une situation contrastée : 13,7 % des communes concèdent une baisse, et 45,1 % d’entre elles admettent une stabilité. Signe encourageant dans la conjoncture actuelle difficile, 28,8 % soulignent une hausse (1).

Que savez-vous de l’état du réseau routier communal ?

Quelque 61 % des communes le considèrent comme moyen, avec plus d’un tiers qui l’estime dégradé ou très dégradé. Ce qui, dès aujourd’hui, est inquiétant. Trois freins sont recensés par les communes pour assurer une politique pérenne d’entretien : les difficultés de financement pour 94 % d’entre elles, le manque d’assistance technique et le manque d’information. Sur ces deux derniers points, nous allons nous mobiliser selon nos moyens.

Vous nourrissez cependant des raisons d’espérer…

A une écrasante majorité de 83 %, les collectivités admettent sans détour que la route reste un enjeu majeur ! Et les citoyens la considèrent toujours comme indispensable et méritant une attention soutenue en termes d’évolution et d’entretien au nom de la sécurité.
Au Carrefour des élus, Bernard Auby, vice-président du Puy-de- Dôme, n’a pas manqué de le souligner, lui qui n’a de cesse de remonter le budget alloué à l’entretien des routes. Dominique Bidet, président de l’Association de maires ruraux de l’Allier, a regretté que la route devienne la variable d’ajustement budgétaire. Mais pour Bernard Auby, l’intercommunalité peut permettre de faire ensemble ce qu’on ne peut plus faire tout seul.

PHOTO - 692139.BR.jpg
PHOTO - 692139.BR.jpg - © SPRIR AUVERGNE

(1) 12,4 % des communes ne se prononcent pas.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur