En direct

Des plaques à base de ciment plus résistantes

Bernard Reinteau |  le 12/12/1997  |  TechniqueBâtimentFrance entièreEuropeCommunication

-L'interdiction de l'emploi de matériaux à base d'amiante a obligé les fournisseurs à modifier totalement leurs productions.

L'annonce, le 3 juillet 1996, de l'abandon pur et simple de la fibre d'amiante a bouleversé les stratégies des industriels du secteur de la couverture en fibres-ciment, mais ne les a pas laissés sans réponse. D'autres pays avant la France avaient franchi le pas. En Italie, l'interdiction de l'amiante remonte à plus de deux ans. Les sociétés Edil Fibro et SIL produisent des plaques de couverture et de sous-tuilage en fibres-ciment renforcées de fibres de PVA (polyvinyle acétate). De même, en Allemagne, la technique du composite ciment-verre (CCV) avait déjà fait ses preuves.

En France, Eternit a opté pour la technique du PVA, déjà exploitée et validée par ses partenaires de Belgique et de Suisse. Quatre unités de production sont opérationnelles. « Nous offrons aujourd'hui des produits de nature différente et de qualité équivalente, voire supérieure, à ceux que nous proposions en amiante-ciment, déclare Henry de Belsunce, directeur marketing d'Eternit. Leur résistance aux chocs est deux à trois fois supérieure à celle des anciens éléments de couverture. »

Résistance accrue

De son coté, Saint-Gobain a constitué une nouvelle entité industrielle de production de plaques de couverture : Nova Tech. Installée dans les locaux désamiantés d'Everite, cette entreprise présente une gamme de plaques et petits éléments de couverture en composite ciment-verre.

Leur formulation est inspirée des produits allemands en Wellcrete. Les premiers produits sont sortis des chaînes en septembre dernier. L'appréciation exprimée par les visiteurs sur Batimat est laconique : « Ca sonne comme une ardoise et ça ne casse pas. » Les plaques Centaure résistent à 600 J, et les Atlas Profil, à 1 200 J.

Cette amélioration de performance est en réalité commandée par la normalisation sur la sécurité apportée par ces produits. La norme NF P 33-303 est attendue dans les prochaines semaines. Elle portera sur la résistance de la plaque à la chute d'un sac de 50 kg d'une hauteur de 120 cm. Le succès à ce test sera obligatoire pour obtenir un avis technique.

En second lieu, cette norme établira le classement de la couverture (structure, fixation et plaque) selon sa résistance à des chocs de 600, 900 et 1 200 J. Les produits sont aussi appréciés selon des normes européennes de résistance au vieillissement et au gel, la NF EN 494.

PHOTO :

La nouvelle norme «obligera» les matériaux à résister à la chute d'un sac de 50 kg d'une hauteur de 1,20 m.

Commentaires

Des plaques à base de ciment plus résistantes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX