En direct

Des pistes pour booster l'apprentissage

Caroline Gitton |  le 29/06/2018  |  Conjoncture

Malgré ses imperfections, ce dispositif est plébiscité par les employeurs du BTP selon une étude du « Moniteur ».

Le savoir-être des jeunes est au cœur de leurs préoccupations.

Alors qu'Emmanuel Macron ambitionne de doubler le nombre d'apprentis, les employeurs du BTP font figure de bons élèves. Dans ce secteur, ils sont près de sept sur dix à en avoir déjà recruté au moins un. C'est ce qui ressort du baromètre réalisé entre avril et mai par « Le Moniteur », en collaboration avec le Comité de concertation et de coordination de l'apprentissage du bâtiment et des travaux publics (CCCA-BTP) auprès de 252 décideurs du secteur (dirigeants, DRH, directeurs techniques… ). Côté prévisions, 60 % des personnes interrogées envisagent de faire appel à des apprentis ouvriers dans les trois prochaines années. En outre, 46 % prévoient d'embaucher des profils de techniciens, et 32 % d'ingénieurs.

L'enquête livre aussi une photographie du rapport des entreprises au dispositif. Où il apparaît que l'apprentissage bénéficie d'une image positive auprès de huit répondants sur dix. Mieux : le passage par cette formation en alternance dans la carrière d'un candidat fait figure de critère de recrutement décisif aux yeux des trois quarts des employeurs. Et 23 % d'entre eux comptent même sur les apprentis pour renforcer les compétences techniques en matière de BIM dans leur structure.

Le comportement au travail en ligne de mire. La motivation des jeunes cristallise par ailleurs l'attention des décideurs. Elle s'impose même dans les deux premiers critères d'embauche d'un apprenti chez 86 % des employeurs utilisant le dispositif, devant le savoir-être en entreprise (46 %) et l'adaptabilité (30 %). Et pour cause : six personnes sur dix témoignant de difficultés rencontrées avec ces jeunes pointent en premier lieu un manque d'implication.

Autres écueils évoqués à ce titre, le non-respect des contraintes (51 %), ou encore le manque d'initiative (34 %). Dans le même ordre d'idées, la crainte d'un investissement insuffisant est le motif principalement invoqué par les décideurs n'ayant jamais eu recours au dispositif (22 %).

« Les chefs d'entreprise souhaitent recruter et former des jeunes motivés qui disposent du savoir-être nécessaire, résume Jean-Christophe Repon, président du CCCA-BTP. Il est important que les apprentis se sentent à leur aise dans les CFA et chez les employeurs qui les accueillent, qu'ils se plaisent et soient investis dans l'apprentissage de leur métier : c'est notre principal axe de travail, dans les centres comme dans les entreprises. » Le baromètre identifie aussi les leviers susceptibles d'encourager les plus réfractaires à faire appel au dispositif, à commencer par une simplification des démarches administratives (41 %). Les employeurs concernés seraient également plus enclins à accueillir des apprentis en contrepartie d'un avantage financier significatif (40 %), et si le rythme d'alternance correspondait davantage aux besoins de l'entreprise (32 %).

« Les apprentis doivent se sentir à leur aise dans les CFA et les entreprises. » Jean-Christophe Repon , président du CCCA-BTP.

Des doléances qui, pour certaines, trouvent un écho dans le projet de loi « Avenir professionnel » actuellement débattu au Parlement. Le texte doit en effet, à compter du 1er janvier 2020, supprimer la procédure d'enregistrement des contrats d'apprentissage, au profit d'un simple dépôt. Autre mesure attendue : la possibilité, pour les entreprises, d'embaucher ces alternants toute l'année, alors qu'ils doivent aujourd'hui se décider entre la rentrée de septembre et fin décembre pour conclure leurs contrats d'apprentissage.

La réforme doit également harmoniser le régime des aides aux employeurs. De son côté, le CCCA-BTP déploie, à la rentrée prochaine, Net Parcours Alternance BTP, une sorte de carnet de liaison numérique destiné à renforcer la synergie entre l'entreprise, le formateur et l'apprenti, tout en simplifiant la planification, l'organisation et le suivi du parcours de formation.

Valoriser les atouts des métiers du secteur. Mais à l'heure des campagnes de recrutement dans le BTP, la pénurie de jeunes dans le secteur constitue le principal frein rencontré par les chefs d'entreprise dans leurs recherches d'apprentis (39 %). « Il nous appartient dès lors de communiquer davantage auprès du grand public et des familles, sur nos métiers et sur les perspectives de carrière offertes dans le secteur de la construction », complète Jean-Christophe Repon.

Comme l'atteste tout d'abord le baromètre, 85 % des entreprises intègrent les jeunes en CDI à l'issue de leur formation. « Les apprentis qui rejoindront le secteur y trouveront de surcroît une qualité de vie au travail, avec des métiers qui évoluent, une expérience renouvelée chaque jour, mais aussi de réelles possibilités de carrière », plaide encore le président. Autant de gages d'épanouissement pour les jeunes qui choisiraient les métiers du BTP.

PHOTO - 13773_836241_k2_k1_1966763.jpg
PHOTO - 13773_836241_k2_k1_1966763.jpg
PHOTO - 13773_836241_k3_k1_1966764.jpg
PHOTO - 13773_836241_k3_k1_1966764.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur