En direct

Des opportunités pour les investisseurs en immobilier d'entreprises

le 12/03/1999  |  ImmobilierCollectivités localesBas-RhinGirondeHaute-Garonne

-Strasbourg n'offre aucune surface de bureaux neufs en centre-ville. -La pénurie guette également les locaux d'activités. -Auguste Thouard sonne l'alerte.

« Des milliards de francs ne demandent qu'à se placer dans l'immobilier d'entreprises à Strasbourg, et nous n'avons aucune opération à proposer. » Yves Noblet, directeur associé d'Auguste Thouard pour l'Est de la France, tire la sonnette d'alarme : « Une fenêtre de tir s'ouvre aux investissements immobiliers jusqu'en 2001. Si les promoteurs ne réagissaient pas, l'Alsace perdrait des projets pour longtemps. » Selon le promoteur, la région de Strasbourg a déjà perdu l'occasion de placer 20 000 à 30 000 m2 d'entrepôts en 1998.

Le nord de l'agglomération messine offre la solution de rechange privilégiée, face à la pénurie de projets strasbourgeois.

Cette tension n'a pas empêché la capitale alsacienne de battre, pour la deuxième année consécutive, un record de transactions, à des prix exceptionnels pour la province, sur le créneau des locaux d'activités. En effet, l'étude régionale annuelle d'Auguste Thouard fait état de 160 000 m2 placés en 1998. Le prix de location moyen des entrepôts neufs atteint 300 francs le mètre carré.

Le marché strasbourgeois des bureaux souffre de symptômes encore plus préoccupants : l'offre a fléchi de 11,6 % entre 1997 et 1998, pour atteindre son plus bas niveau depuis 1993, et les bureaux neufs ont totalement disparu du centre-ville. Résultat : les ventes chutent à 5 160 mètres carrés, leur plus mauvais score de la décennie.

A Mulhouse, les premiers symptômes de pénurie ne guettent pour l'instant que les locaux d'activités. Avec 100 000 mètres carrés, dont 26 000 pour le Campus Décathlon de Wittenheim, la deuxième agglomération alsacienne a, comme Strasbourg, atteint des sommets sur le marché des transactions. Elle rejoint ainsi le club des métropoles régionales les plus dynamiques dans les locaux d'activités, avec un volume d'affaires comparable à celui de Bordeaux ou de Toulouse. Une forte croissance de la demande, qui est passée de 45 300 à 66 600 m2, a accompagné ces résultats, tandis que l'offre diminuait de 20 % pour atteindre 95 000 m2.

La métropole du sud de l'Alsace présente en revanche une physionomie plus sereine sur le marché des bureaux. Bien équilibrées entre le centre et la périphérie, les transactions grimpent de 15,5 % pour atteindre 12 100 m2. L'offre reste stable à 31 000 m2, face à une demande de 10 200 m2, en progression de 10,5 %.

GRAPHIQUE

EVOLUTION DES TRANSACTIONS DANS LA CUS DE 1988 A 1998

Ci-contre : le nombre de mètres carrés commercialisés est stationnaire autour de 40 000 m2 depuis cinq ans.

OFFRES A 1 AN DISPONIBLES FIN DECEMBRE 1998

La faiblesse de l'offre neuve (graphique ci-dessus) en est la raison principale.

Strasbourg Lancement de deux projets de bureaux

Les groupes Bouygues et Quillery prévoient de lancer en 1999 deux projets d'immeubles de bureaux dans la communauté urbaine de Strasbourg.

A Wolfisheim, la suite du programme des Prismes démarrera à la fin de l'année. Bouygues Immobilier prévoit la livraison à la fin 2000 des deux immeubles de 1500 m2 chacun. Les formes architecturales et le montant des travaux restent à définir. Kesser, filiale régionale du groupe, exécutera l'ouvrage en tant qu'entreprise générale.

A Strasbourg-Hautepierre, HDW, filiale de Quillery, devrait également lancer cette année la construction de l'immeuble Charles-Péguy. Conçu par l'architecte strasbourgeois Claude Bucher sur une surface utile de 2 100 m2, l'ouvrage comprendra trois étages. HDW annonce 10,4 millions de francs de travaux. Les deux promoteurs misent sur des prix de ventes proches de 8 000 F/m2.

Mulhouse 8 000 m2 de bureaux en zone franche

La zone franche des Coteaux, au sud-ouest de Mulhouse, a inspiré son plus gros projet au jeune promoteur mulhousien HP Projekt : 8000 m2 de bureaux baptisés Melpark. « Compte tenu de la commercialisation en cours, une première tranche de 3 000 m2 pourrait démarrer dès juin prochain », annonce Paul Heyberger, gérant d'HP Projekt.

La société, créée il y a deux ans, s'est associée avec les mêmes partenaires que lors de sa première opération : Bik Architecture et Kesser (filiale de Bouygues), maître d'oeuvre et constructeur de la résidence universitaire Jacques-Preiss à Mulhouse, assumeront également ces fonctions sur le projet Melpark. Kesser implantera son agence haut-rhinoise sur ce site.

Le montage du projet a également associé le cabinet strasbourgeois Jean-Claude Schmitt, actionnaire de la SCI Melpark, en fonction d'un partage des programmes de la zone franche des coteaux : HP Projekt joue le rôle de chef de file sur l'opération Melpark et contribue, sous le leadership de Jean-Claude Schmitt, aux implantations commerciales programmées à proximité de l'hypermarché Cora des Coteaux.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Commentaires

Des opportunités pour les investisseurs en immobilier d'entreprises

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX