En direct

Des mégablocs de béton produits à la chaîne

Emmanuelle Picaud |  le 03/08/2018  |  RéalisationsBouches-du-RhônePrincipauté de MonacosoutènementMatériel de chantier

Préfabrication -

A Marseille, des caissons de soutènement sont réalisés à l'aide d'un coffrage glissant et d'une formulation sur mesure.

Le chantier qui s'étend sur 10 000 m2 a des allures de fourmilière géante. Sur les quais du Grand port maritime de Marseille, des centaines de compagnons s'affairent pour fabriquer en un temps record les caissons qui assureront le soutènement de la future extension marine de Monaco. Il est prévu de construire un remblai renforcé par ces 18 structures en béton armé, qui ont l'apparence de cubes géants. Mais la fenêtre de tir est serrée : dix-huit mois, soit deux fois moins de temps que ce qu'auraient exigé des méthodes traditionnelles.

Pour tenir ces délais, il a été prévu de réaliser un maximum d'étapes dans le port de Marseille en amont de la livraison. Les compagnons y assurent les opérations de ferraillage et le coulage des premiers mètres de voiles. La construction des poteaux Jarlan, qui forment la façade et jouent le rôle de brise-vagues, est aussi exécutée dans le port, tout comme le remplissage d'une partie du ballast. Une fois à l'eau, les caissons sont mis en console pour pouvoir être tractés par bateau jusqu'à Monaco. Les finitions (fin du ballastage et dalle de couverture) seront effectuées directement dans la principauté.

Coulage ininterrompu de béton. Pour fabriquer l'ensemble des caissons, pas moins de 81 000 m3 de béton, incorporant quelque 18 000 tonnes d'armatures - dont 3 500 tonnes d'acier inoxydable -, sont nécessaires. Chaque caisson est haut de 26 m, mesure 30 à 40 m de large et 30 m de profondeur, pour une masse avoisinant 11 000 tonnes. Les architectes et les ingénieurs voulaient que la rive formée par la ceinture de caissons reproduise la courbure de la côte. Les ingénieurs ont donc imaginé leur base sous une forme trapézoïdale et non carrée. Les caissons sont raidis par des voiles verticaux, découpant la structure en alvéoles d'environ 6 x 6 m. Conséquence directe de cette conception, le linéaire de voile à réaliser est plus important que pour un coffrage classique.

En effet, « la vraie spécificité de ce chantier, c'est le coffrage glissant », commente Jacques Resplendino, directeur technique infrastructure maritime chez Bouygues TP Monaco. Concrètement, la première partie du caisson (pose du radier et coulage des voiles courants) est réalisée à l'intérieur du caissonnier. Le béton est coulé 24 h/24, 7 j/7 pendant une période de seize jours, alors qu'avec un coffrage traditionnel, l'opération aurait été beaucoup moins rapide.

Les premiers caissons viennent d'arriver à Monaco.

Après avoir érigé une hauteur de voile de 12 m, un premier ballastage du caissonnier est réalisé dans le port de Marseille afin d'amorcer l'immersion du caisson : environ la moitié du radier est immergée dans l'eau (soit 44 cm). La poursuite de la construction des voiles au coffrage glissant augmente son poids et la structure s'enfonce progressivement dans l'eau, jusqu'à 5 à 6 m. A ce stade, le caisson ne flotte pas encore. Un deuxième remplissage des ballasts du caissonnier est donc réalisé pour immerger le caisson d'au moins 14 m et le mettre en flottaison grâce au principe de la poussée d'Archimède.

Conséquence de l'opération, certaines portions de voile sont mises à l'eau à seulement trois jours d'âge, alors qu'il faut en temps normal attendre 28 jours pour que le béton parvienne à maturité. « Pour permettre l'immersion au jeune âge des bétons, nous mettons une peinture époxy en phase aqueuse qui joue un rôle d'écran et ralentit la pénétration du sel présent dans l'eau de mer. De plus, nous avons travaillé sur la formulation du béton qui permet de garantir une probabilité d'enrouillement inférieure à 10 % au bout de cent ans », détaille Benoît Saunier, chef de service au sein du bureau d'études Bouygues TP. Les efforts entrepris semblent payer, puisque les équipes du chantier ont pris de l'avance. « Nous sommes à une cadence de deux caissons par mois. C'est au-delà de nos objectifs », se félicite-t-on chez Bouygues TP. Les premiers caissons ont d'ailleurs été livrés fin juillet à Monaco.

Concédant : Principauté de Monaco. Concessionnaire : Société anonyme monégasque L'Anse du Portier. Principales entreprises : Bouygues TP Monaco Infrastructure Maritime, Bouygues TP, Egis Ports, Egis Monaco (ingénierie conception).

Contrôleur technique (infrastructure maritime) : Socotec/Cowi.

PHOTO - 14308_866209_k2_k1_2035405.jpg
PHOTO - 14308_866209_k2_k1_2035405.jpg - © EMMANUELLE PICAUD
PHOTO - 14308_866209_k3_k1_2035402.jpg
PHOTO - 14308_866209_k3_k1_2035402.jpg - © BOUYGUES TP
PHOTO - 14308_866209_k4_k1_2035406.jpg
PHOTO - 14308_866209_k4_k1_2035406.jpg - © BOUYGUES TP
PHOTO - 14308_866209_k5_k1_2035410.jpg
PHOTO - 14308_866209_k5_k1_2035410.jpg - © EMMANUELLE PICAUD
PHOTO - 14308_866209_k6_k1_2035411.jpg
PHOTO - 14308_866209_k6_k1_2035411.jpg - © VALODE & PISTRE
PHOTO - 14308_866209_k7_k1_2035412.jpg
PHOTO - 14308_866209_k7_k1_2035412.jpg - © EMMANUELLE PICAUD

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur