En direct

Des matériaux recyclés performants

GUILLAUME DELACROIX, PHILIPPE MORELLI, JEAN ROBERT |  le 07/05/1999  |  Produits et matérielsTransportsTravailDéchetsFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Produits et matériels
Transports
Travail
Déchets
France
Europe
Environnement
Valider

Sommaire du dossier

  1. Chantiers d'hiver : les remblais allégés
  2. Remblais : la maîtrise du polystyrène
  3. Une place en billes d'argile
  4. AVIS TECHNIQUES PUBLIES
  5. 1 mm de tolérance sur le parvis du Stade de France !
  6. Les laitiers d'aciérie ont trouvé leur stabilité
  7. 140 000 m2 de revêtement aéronautique
  8. Quand les routiers font de l'assainissement
  9. NOTES D'INFORMATION PUBLIEES
  10. L'A20 en noir et blanc
  11. Des techniques éprouvées, pour le revêtement des chaussées
  12. Béton armé continu sur un enrobé
  13. Adapter l'étanchéité à l'ouvrage
  14. Granulats : responsabilité du producteur
  15. Où en est la recherche ?
  16. La chasse au bruit devient une des priorités
  17. Des matériaux recyclés performants
  18. L'enrobage reste une question fondamentale
  19. Matériels de chantier Contrôle des enrobés
  20. MATERIEL DE CHANTIER Colmatage des fissures
  21. Matériels de chantier Marqueuse pour dosage inversé
  22. Matériels de chantier Fraiseuse à chenille escamotable
  23. Matériels de chantier Largeur de fraisage de 0,5 à 2 m
  24. Matériels de chantier Un tandem de 7 t
  25. MATERIAUX Isolation-étanchéité circulable
  26. MATERIAUX Revêtement à structure métallique
  27. MATERIAUX Microbéton bitumineux pour couche de roulement
  28. MATERIAUX Enrobés silencieux
  29. MATERIAUX Enrobé coulé à froid
  30. MATERIAUX Bitumes pour voirie
  31. MATERIAUX Granulats froids mousse de bitume chaud
  32. Les routes du XXIe siecle
  33. La route communicante au service de la sécurité et du confort de l'usager
  34. Routes : le virage écologique
  35. «Prévoir le recyclage d'une chaussée dès sa conception»
  36. «Des projets d'implantation aux abords des grandes agglomérations»
  37. Régénérer la couche de roulement par retraitement
  38. «Maîtriser la rupture des émulsions de bitume»
  39. Les différentes couches constituant la route

Les entreprises ont du mal à faire admettre à leurs clients que l'utilisation de matériaux recyclés n'est pas synonyme d'une route au rabais. L'emploi de produits de démolition, de mâchefers, de laitiers ou de boues, est bien maîtrisé.

« La question du recyclage n'est pas nouvelle et il est regrettable qu'en France, il y ait tant de mises en décharge », regrette François Perret, directeur du Setra. Pourtant, la protection accrue de l'environnement et la problématique du développement durable poussent au recyclage, et les techniques appliquées à la route dans ce domaine sont maintenant au point.

Selon les entrepreneurs, la relative faiblesse du taux de recyclage dans la route est imputable à la frilosité des donneurs d'ordre, qui mettent en doute les performances obtenues par les matériaux contenant des déchets d'enrobés, de chantier, ou d'usines de traitement des ordures ménagères.

« Nous veillons tous à ne pas trop consommer de matières premières, afin de limiter l'ouverture de nouvelles carrières, assure Albert Marsot, directeur technique d'Entreprise Jean Lefebvre. Or, la route consomme de très gros volumes de matériaux. Il existe donc une grande tradition de recyclage dans nos métiers, pour utiliser les matériaux non classiques. A commencer par les laitiers de haut-fourneau : nous disposons, chez Jean Lefebvre, de 50 à 60 millions de tonnes de terrils. » L'entreprise est aussi leader pour la réutilisation du béton de démolition : après avoir été pionnière en reprenant les produits de démolition de La Villette en 1981, pour les travaux de la RN6, EJL consomme 1,2 million de tonnes chaque année en Ile-de-France, sur un marché d'environ 2 millions de tonnes.

Tri, rabotage, concassage, inertage

Mais, c'est dans les mâchefers d'incinération des ordures ménagères (Miom) que la filiale de Groupe GTM s'est surtout distinguée. « Incités par l'interdiction des mises en décharge et le développement de l'incinération, nous avons mis au point deux procédés de traitement, l'un aux liants hydrauliques (Scorcim), l'autre à la mousse de bitume (Scormousse) », rappelle Albert Marsot. Les deux principales difficultés, dans l'utilisation des Miom, sont aujourd'hui maîtrisées, sinon résolues. Premièrement : le gonflement, dont on s'affranchit en évacuant les métaux non ferreux, et surtout l'aluminium. Deuxièmement : le traitement des produits nocifs, du type métaux lourds, par un traitement spécifique suivi d'un inertage.

Pour Bernard Héritier, directeur technique de SCR-Beugnet, « l'idéal serait qu'aucun kilogramme démoli ne soit mis en décharge. Pour ce faire, nous possédons des machines spécifiques pour le retraitement en place, et il existe des systèmes de récupération des fraisats et des croûtes si le retraitement est impossible ». Le bitume est couramment recyclé par introduction dans la chaîne d'enrobage, au moyen d'un anneau installé après la flamme du four.

Les matériaux composés de plusieurs produits comme les enrobés drainants, véritables pièges à particules, nécessitent, eux, des rabotages et des tris. SCR-Beugnet va sortir de ses usines, ces jours-ci, un atelier spécifique - l'Arc 700 - qui est capable de traiter en place jusqu'à 35 cm de chaussée, en rapportant des liants hydrauliques et/ou bitumineux. « D'autres problèmes se posent avec les laitiers d'aciérie, en raison de la présence de chaux, indique Bernard Héritier. Sous forme de grains, elle s'imbibe d'eau et provoque le gonflement et l'éclatement des cailloux. La solution ? Le tri à l'origine, le concassage, et le vieillissement en tas, par arrosage. »

Eurovia s'intéresse, pour sa part, aux cendres issues de l'incinération des boues des stations d'épuration : « Il est possible de les valoriser pour en faire un liant hydraulique ou un matériau de chaussée », explique Jean-Pierre Marchand, directeur technique.

Le groupe Colas dispose, lui aussi, d'un savoir-faire en la matière et exploite deux usines de recyclage. Mais, la réutilisation des matériaux est jugée délicate : « La route n'est pas une poubelle », estime Michel Chappat, directeur de la recherche et du développement. « Bétons et enrobés sont plus aisément réutilisables dans la route que d'autres éléments de construction. En tout cas, il faut mener et respecter une analyse stricte de la qualité des matériaux. »

GRAPHIQUE : Utilisation des déchets d'enrobés en France en % - Encore 28% de mise en décharge.

Les routiers valorisent actuellement moins de la moitié des déchets d'enrobés, en raison, disent-ils, de la méfiance de leurs clients.

PHOTO : Entreprise Jean Lefebvre se targue d'être le spécialiste du recyclage des mâchefers. Ici : une unité de traitement des Miom.

Les routes allemandes en avance

Elève modèle en matière de collecte sélective des déchets ménagers, l'Allemagne est aussi à la pointe pour utiliser des matériaux recyclés en construction routière.

« En 2010, 13 % des matériaux minéraux de construction - soit plus de 90 millions de tonnes - proviendront du recyclage, contre 7 % actuellement », pronostique Guntram Kohler, de la société Baustoffrecycling AG.

En 1997, sur les 300 millions de tonnes de déchets de chantiers (dont 26 tonnes issues de la démolition de chaussées), environ 50 millions ont été recyclées. Dont plus de la moitié dans les routes, en tant que remblai ou dans les couches de base ou de roulement (asphalte, béton, ou pavés).

« En fonction de leurs charges polluantes, les matériaux recyclés sont classés en plusieurs catégories (de Z0 à Z2), obéissant à des exigences de mise en oeuvre précises définies par la loi allemande sur les déchets (KrW/AbfG) », explique Guntram Kohler. En parallèle, les différents Länder ont mis en place des règles plus ou moins contraignantes, tant en matière d'obligation de recyclage de déchets de chantier qu'en termes d'utilisation dans les appels d'offres. « Conformément aux exigences du VOB (la réglementation des marchés de travaux publics relevant de la construction), les produits recyclés doivent présenter les mêmes caractéristiques techniques que les matériaux d'origine, tout en restant compétitifs en termes de prix », précise Guntram Kohler.

Si l'Allemagne est résolument optimiste pour l'utilisation des matériaux recyclés en construction routière, elle se montre toutefois réticente à valoriser les mâchefers, jugés trop polluants par les ministères allemands. Contrairement à la France, où de nombreux professionnels sont convaincus qu'il s'agit d'un véritable produit de construction.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil