En direct

Des marchés qui restent très convoités

HUGUES HAENTJENS |  le 24/10/1997  |  Second œuvreNégoceProduits et matérielsArchitectureGros œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Second œuvre
Négoce
Produits et matériels
Architecture
Gros œuvre
France
Puy-de-Dôme
Professionnels
Valider

- Les travaux de second oeuvre dans le bâtiment sont demeurés relativement stables en valeur ces trois dernières années. -Les marchés des produits du second oeuvre se sont mieux comportés que ceux du gros oeuvre, malgré une année 1996 généralement médiocre.

Les produits de construction dédiés au second oeuvre opèrent sur des marchés globalement mieux orientés que ceux des matériaux de gros oeuvre et d'enveloppe. C'est traditionnel et parfaitement logique : ces marchés profitent plus des actions de réhabilitation et de rénovation. Ainsi, 55 % des 436 milliards de francs de travaux engagés dans le bâtiment en 1996 concernaient l'amélioration et l'entretien, selon la Fédération nationale du bâtiment (FNB), soit 241 milliards de francs (contre 242 milliards en 1995).

L'an dernier, la baisse des mises en chantier des bâtiments résidentiels et tertiaires, conjuguée à un retrait des dépenses de réhabilitation, a eu une influence négative sur les travaux et sur les ventes de produits. Cependant, considérés sur une plus longue période, en particulier ces trois dernières années, les travaux de second oeuvre sont restés quasiment stables en valeur, à un niveau élevé comparativement aux années précédentes, voisin de 300 milliards de francs.

Selon les métiers, cette évolution ne s'est pas opérée de la même manière. Ainsi, le secteur de la couverture-plomberie a progressé régulièrement depuis 1994 pour atteindre un montant de 53,6 milliards de francs de travaux l'an dernier. L'installation électrique, le génie climatique, la menuiserie-serrurerie et l'aménagement-finitions, relativement stables en valeur, ont néanmoins accusé un léger recul pour 1996.

Dans ce contexte, les marchés des produits industriels destinés à la construction varient fortement. Parmi les marchés les mieux orientés, on peut citer, par exemple, les chaudières qui, situées au plus haut en 1996, s'acheminent vers une bonne année 1997, tandis que les produits d'électricité destinés au bâtiment, les produits de sécurité (incendie ou gestion d'accès, anti-intrusion, etc.) restent bien orientés...

Mais d'autres paramètres interviennent, tels le nombre d'acteurs, la qualité et la quantité des importations, la technicité des produits le poids croissant des multiples acteurs de la prescription, la pression sur les prix... Comme la plupart des marchés sont aujourd'hui internationaux, les industriels raisonnent de plus en plus souvent à l'échelle européenne, voire mondiale. La conséquence mécanique est l'augmentation de la concurrence. Les fabricants débordent leurs frontières, dans un contexte de croissance européenne qui, au mieux, reste faible. Dans cette situation, l'analyse des industriels tend à s'uniformiser : pour résister aujourd'hui, en dehors de niches de marché très spécifiques, il est nécessaire de posséder une position de leader et d'être très internationalisé. La taille dite « critique » augmente. De cette analyse découlent des mouvements de concentration tels qu'en ont connu les fabricants de chaudières murales au gaz, les fabricants de revêtements de sols, etc. qui aboutissent à la création de groupes internationaux centrés sur leur métier.

Simultanément, en France, la lisibilité des circuits de distribution des matériaux s'est quelque peu brouillée. Le particulier joue un rôle accru dans la prescription des produits. Dans ce contexte, les grandes surfaces de bricolage tiennent une place plus ou moins importante en fonction de la technicité des produits. Certains industriels hésitent encore à intégrer le circuit de la grande distribution et à s'adresser au particulier. L'ambiguïté est très mal vue du circuit professionnel qui, lui aussi, a tendance à se concentrer et à peser sur ses fournisseurs. Les négociants généralistes ou spécialistes réagissent et font valoir les atouts de la proximité, du professionnalisme et du service auprès des professionnels. La confusion des genres aurait plutôt tendance à diminuer.

GRAPHIQUE : Evolution de l'activité du second oeuvre en milliards de francs

Relativement stables. Ces trois dernières années, les travaux de second oeuvre restent à un bon niveau.

L'avis d'une entreprise Henri Chauveta, gérant de SARL à Lezoux (Puy-de-Dôme), entreprise de pose de revêtement de sol

« J'attends avant tout des produits de qualité, adaptés à la pose envisagée sur le plan de la technicité. Nos relations avec les fabricants ont peu à peu pris la forme d'un partenariat, où l'expérience nous guide : le prix n'est certainement pas notre seul élément de choix ; nous apprécions en effet qu'un fournisseur assure un vrai suivi de la qualité de ses matériaux et qu'il puisse nous la garantir. Je m'approvisionne à 95 % en direct avec les fabricants, en particulier chez ceux qui m'assurent une bonne information sur leurs nouveaux produits, leurs techniques, au préalable et directement, lors de réunions spécialisées. Par la suite, je traite avec le commercial, en sachant que je peux à tout instant contacter un technicien disponible. Le négociant ne m'apporte pas, lui, ce type de renseignements techniques. En allant directement vers le producteur, j'obtiens des prix notoirement inférieurs à ceux du négoce ; de ce point de vue, nous sommes dans une situation très différente des carreleurs, par exemple. Mais, encore une fois, le prix n'est pas l'argument principal : la qualité et la technicité du matériau priment. »

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
L'avis d'un négociant Alain Domenget, directeur du marketing chez Brossette BTI, négociant spécialisé en chauffage-sanitaire

« Nous regrettons de constater que la filière des fabricants en chauffage-sanitaire n'est pas en avance dans le domaine du commerce électronique (échanges de données informatisées). Cette disposition améliorerait pourtant la rapidité et la fiabilité des échanges. Mais, surtout, notre crainte endémique, c'est la tentation des fournisseurs à court-circuiter le négociant. Cela arrive régulièrement, et d'ailleurs, pas nécessairement dans des conditions économiques qui le justifient... Parallèlement, la tendance des fabricants à ce que j'appelle la déspécialisation, c'est-à-dire à l'offre d'une gamme complète de produits pour un marché, percute les plans de vente des grossistes. C'est au grossiste de présenter une gamme complète de produits, c'est son rôle, d'autant qu'un seul fabricant est rarement très bon dans tous les segments. Ce qui reste positif, en revanche, c'est la qualité de la logistique des industriels, devenue en effet nécessaire en raison de l'explosion des références au sein des catalogues. Il est donc impossible de tout emmagasiner. Si nous le faisions, nous aurions certainement pour plus de deux ans de stocks ! »

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
L'avis d'un architecte Philippe Mialon, architecte à Nice, ex-président du Saca (syndicat des architectes de la Côte-d'Azur)

« La grande tendance est la facilité de mise en oeuvre des produits. Le problème est que cela se fait peu à peu, au détriment des compétences et de la connaissance des règles de l'art : aujourd'hui, on peut pratiquement exécuter des travaux de couverture, de plomberie... sans en avoir la formation. J'observe aussi une baisse du prix des produits qui permet de maintenir des coûts globaux de construction compétitifs sans amoindrir la qualité de produits... d'une durée de vie néanmoins plus courte. On dispose à présent d'outils très fonctionnels, très efficaces pour opérer nos choix techniques. Là où le bât blesse, c'est que nous manquons d'une information globale sur l'offre "produits", d'une vue d'ensemble sur plusieurs marques par marchés. »

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur