En direct

Des logements parisiens se contorsionnent entre deux époques

Marie-Douce Albert |  le 21/04/2016  |  Architecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Architecture
Valider

Rue du Château-des-Rentiers, dans le XIIIe arrondissement, l’immeuble livré en 2014 par l’agence Explorations Architecture a dû trouver sa place dans un tissu urbain contrasté… Un exercice de transition qui lui a permis d’affirmer son propre caractère.

La construction d’un immeuble de logements au 36 de la rue du Château-des-Rentiers a été parmi les derniers actes du réaménagement de ce quartier du XIIIe arrondissement de Paris, et l’opération a été à l’image de ce qui a été accompli dans cette ZAC lancée à la fin des années 1980. Dans un périmètre de 6,3 hectares, il s’agissait alors de tirer profit de parcelles vacantes ou de la démolition de bâtis vétustes mais tout en réussissant à intégrer les nouvelles constructions dans le tissu faubourien existant.

Sur la parcelle dévolue à l’agence Explorations Architecture par la RIVP, dans le cadre d’une procédure négociée, l’exercice a tourné à l’acrobatie. Le bâtiment à réaliser devait en effet faire la transition entre deux édifices décalés : un immeuble en briques typique du tournant du XXe siècle et une architecture très « seventies », toute de métal et verre. « Entre ces deux écritures, nous avons opté pour un langage minimal », explique Benoît Le Thierry d’Ennequin. Les 11 logements et l'espace commercial en rez-de-chaussée, livrés au printemps 2014, sont donc sertis dans une enveloppe métallique unitaire. Pour cela, 570 m² de cuivre brun ont été mis en œuvre. « Sa teinte chaleureuse peut évoquer la brique présente alentour », remarque l’architecte qui avoue « bien aimer ces matériaux naturels qui peuvent évoluer avec le temps. Dans le cas présent, le cuivre a été pré-oxydé. Il est donc plus ou moins stabilisé mais il devrait foncer encore un peu ». Plutôt que de s’effacer entre ces deux voisins, le bâtiment en a finalement tiré un certain caractère.

Maîtrise d’ouvrage : RIVP.

Maîtrise d’œuvre : Explorations Architecture.

BET : Intégrale 4 (structure), ETB Antonelli (fluides).

Surface : 1 400 m².

Coût de construction : 2,1 m € HT.

Entreprise générale : LGB.

Livraison : avril 2014.

Commentaires

Des logements parisiens se contorsionnent entre deux époques

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur