Performance énergétique

Des logements à visée bas carbone à Strasbourg

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Lauréat d’une consultation de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, le promoteur régional Alcys va développer, dans le quartier de la Meinau, un programme qui vise le récent label Bâtiment Bas Carbone (BBCA).

Le projet prend place sur un terrain d’un peu plus de 40 ares que la Ville a cédé dans le quartier en renouvellement urbain (Anru) de la Meinau, afin d’y amener de l’habitat privé. La mairie et l’Eurométropole (agglomération) ont organisé dans ce but une consultation de promoteurs, remportée fin septembre dernier par Alcys. La seconde phase de la procédure a consisté en un concours entre les deux agences présélectionnées par le promoteur, Ixo Architecture et K&+ Architecture Globale. C’est ce dernier cabinet strasbourgeois qui a été retenu par le jury en fin d’année dernière. Le bureau d’études Illios et la paysagiste Françoise Maire complètent l’équipe.

Les 66 logements se répartissent entre 50 appartements en deux immeubles jusqu’à R+4 avec attique et 16 maisons individuelles ou groupées, pour un montant d’opération de 11 millions d’euros hors taxes. Le dépôt de permis en mars devrait permettre un lancement des travaux à la fin de cette année pour une durée prévisionnelle de 20 mois.

Pour ce programme, baptisé EkO2, Alcys annonce viser le label Bâtiment Bas Carbone (BBCA) entré en vigueur l’an dernier et dont il deviendrait ainsi un pionnier à Strasbourg. Pour ce faire, il mise sur les matériaux biosourcés, à commencer par le bois qui sera utilisé comme ossature des maisons, ainsi qu’en plancher intermédiaire d’une partie des constructions, dans sa version lamellé-croisé («cross laminated timber», CLT). Les immeubles d’habitat collectif auront une structure mixte de bois et de «minéral», point sur lequel le choix du matériau précis reste à effectuer. L’ensemble vise la performance énergétique RT 2012 -20%.

 

Objectif qualité de l’air intérieur

 

Electricité «verte», alimentation à plus de 70% en énergies renouvelables (dont la géothermie), recyclabilité des matériaux et organisation favorable à l’économie circulaire sont inscrites au programme, comme des points impondérables pour décrocher le BBCA. Le volet paysager se caractérisera par les plantations en pleine terre, en cœur d’îlot, le stationnement en sous-sol étant repoussé à la périphérie du terrain.

Alcys entend aussi placer l’accent sur la qualité de l’air intérieur. Le promoteur mettra en application pour la première fois son propre «label» en la matière, appelé Q2A. «Nous l’avions conçu depuis quelque temps, nous pensons que le moment est bien venu pour le rendre opérationnel», commente-t-il. Ce cahier des charges se décline en une vingtaine de points relatifs à la conception (ventilation hydro-réglable A, exclusion «si possible» d’antennes téléphoniques à proximité, etc.) au choix des matériaux et au suivi de la qualité. Le maître d’ouvrage s’adjoindra les services de la start-up strasbourgeoise In’Air Solutions qui développe des méthodes et appareils pointus de mesure de la qualité de l’air intérieur.

Servi par la TVA réduite à 5,5% qui s’applique au site, Alcys escompte également conjuguer l’ambition environnementale avec la modération des prix de sortie, il annonce un niveau de référence de 2 640 euros TTC/m2.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X