En direct

Des Jeux tournés  vers l’avenir
PHOTO - 647378.BR.jpg - © John Evans/oda

Des Jeux tournés vers l’avenir

le 15/06/2012  |  EuropeBâtimentSportParisTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Europe
Bâtiment
Sport
Paris
Technique
Valider
Stratégie -

Sur un ancien site industriel des plus pollués, l’aménagement du parc olympique marque le coup d’envoi d’un immense projet de régénération urbaine à l’est de Londres. La stratégie adoptée : une planification phasée sur 20 à 30 ans, qui anticipe le devenir des équipements construits spécialement pour les JO et en fait l’armature, avec un parc paysager de 150 ha, de cinq nouveaux quartiers.

A six semaines de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, les retombées de l’événement pour la capitale font encore débat. La stratégie a pourtant été clairement posée dès la candidature en 2005 : organiser les premiers « jeux durables », aussi bien en planifiant méticuleusement le devenir de chaque équipement qu’en s’appuyant sur les investissements olympiques pour enclencher d’autres projets. « Sur un euro investi, 75 centimes seront destinés à la régénération urbaine », martèle la London Legacy Development Corporation, structure créée par la mairie de Londres et le gouvernement pour gérer le développement du site olympique au-delà de 2012.

Cette stratégie tire les leçons des Jeux précédents. « Nous ne voulions pas d’éléphants blancs, ces stades qui font la fierté de la ville le temps d’un été, pour finalement être sous-utilisés, voire totalement fermés au public », soutient Kay Hugues, de l’Olympic Delivery Authority (ODA), chargée d’encadrer la construction des équipements et infrastructures nécessaires aux jeux. A la place, optimisation des sites existants (voir carte ci-contre), souplesse dans la conception des nouveaux équipements qui seront soit démantelés soit reconfigurés pour répondre aux besoins quotidiens (voir pages 40 à 49), et stratégie évolutive pour le parc olympique (voir page 30) ont été les mots d’ordre.

D’un événement éphémère à un projet urbain d’envergure

Et ceci explique le choix du site pour le parc olympique. Dans un secteur industriel déshérité, à 8 kilomètres du centre de Londres, il s’insère dans un puissant rééquilibrage de l’agglomération vers l’est, dans le sillage de Greenwich et de Canary Wharf. Son lien avec la rivière Lea offre l’opportunité de créer un immense parc paysager (voir page 32), prolongé par un corridor vert le long de la vallée. « Installer les Jeux ici était enfin l’opportunité d’investir dans un site laissé-pour-compte », estime Chris Jopson de Populous Architects, impliqués dans la candidature, le Masterplan puis en charge de la réalisation des équipements temporaires de l’événement. Et d’anticiper. En s’appuyant sur les atouts d’une connectivité désormais excellente (voir page 36) et du parc, le départ est donné pour un projet urbain massif sur les trente années à venir. « Au total, cinq quartiers et plus de 10 000 logements seront construits d’ici à 2040 » (voir page 34). De quoi faire rougir notre Grand Paris, qui peine à transformer les discours en permis de construire. Aurait-il évolué autrement si Paris avait gagné en 2005 ?

Une dépollution de sol de très grande ampleur

Avant de construire les équipements olympiques, il a fallu assainir le sol du site, largement contaminé par des métaux lourds (arsenic, plomb, mercure…) et des hydrocarbures. De 2007 à 2010, deux millions de tonnes de terres ont ainsi été traitées, donnant lieu à l’une des plus grandes opérations de dépollution de l’histoire du Royaume-Uni. « La quasi-totalité des volumes a été nettoyée par lavage du sol », explique Guy Pomphrey, de Deme, filiale du groupe Vinci, en charge de la dépollution de 1,2 million de tonnes de terres. En extrayant la fraction de polluant du volume desol, cette technique a permis de réutiliser sur site (plates-formes et couches de fondation des routes, modelés paysagers...) 85 % des terres excavées.

Chiffres clés

246 hectares pour le parc olympique

34 équipements

150 ha d’espaces verts créés

Entre 8 000 et 12 000 logements construitsd’ici à 2040

11 millions de billets d’entrée vendus

11,6 milliards d’euros d’investissement public(source Locog)

2 100 entreprises engagées, pour 9,4 milliardsd’euros de contrats

Cet article fait partie du dossier

Londres 2012

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur