En direct

Des investissements plus conséquents pour la voie d'eau
- ©

Des investissements plus conséquents pour la voie d'eau

Defawe Philippe |  le 28/01/2008  |  France entièreCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Transports
Collectivités locales
Valider

C'est dans une conjoncture morose pour le trafic fluvial que François Bordry, président de Voies Navigables de France (VNF), a présenté ses voeux lundi soir. En effet, le trafic fluvial affiche en 2007 une stabilité des tonnages transportés avec près de 62 millions de tonnes. En tonnes-kilomètres, l'activité est en baisse. François Bordry y voit deux explications : la clémence de l'hiver dernier a ralenti les trafics de charbon tandis que les échanges céréaliers étaient moindres du fait d'une médiocre campagne 2006/2007 et de la spéculation sur les marchés à l'export. Pour autant, François Bordry se félicité de "la poursuite de la diversification des marchés", notamment celui du conteneur qui a crû de 10% en 2007. Fort de ce constat, François Bordry a rappelé l'importance de disposer d'infrastructures en bon état pour développer le transport fluvial, pilier du report modal.

Accélérer la reconstruction des barrages
Sans oublier le canal Seine Nord qui a fait l'objet d'une intense campagne de communication lors du Grenelle de l'Environnement (voir encadré), le président de VNF s'est attaché à réaliser un premier bilan du contrat d'objectifs et de moyens passé entre l'Etat et son établissement qui s'achèvera en fin d'année. Pour l'année 2007, 158,5 millions d'euros ont été investis sur le réseau, ce qui permet d'atteindre 95% de l'objectif pour les trois premières années du contrat. 35 millions ont été consacrés à la sécurisation des digues et des tunnels ainsi qu'à la reconstruction des barrages manuels. 90 millions ont été investis dans la modernisation et la fiabilisation du réseau magistral avec notamment la poursuite du programme de reconstruction des barrages de l'Oise et des opérations de relèvements des ponts et de recalibrage de voies dans le Nord-Pas de Calais et sur la Moselle. "Globalement, sur les quatre années du contrat, l'établissement aura investi 621 millions", a rappelé François Bordry estimant que ces niveaux d'investissement "restent toutefois insuffisants pour garantir à court terme la régénération du réseau". Sur les 144 barrages manuels identifiés, seuls 10 ont été reconstruits au cours des quatre dernières années et 6 sont en cours. "Ce programme de reconstruction doit encore être accéléré pour être achevé dans les 10 ans qui viennent."

Davantage de moyens
Pour y voir plus clair dans la gestion de son patrimoine, VNF disposera bientôt des études établissant un état exhaustif de l'ensemble de ses ouvrages. Objectif : la définition d'un schéma directeur de maintenance des voies navigables pour mettre en oeuvre une maintenance préventive et mieux hiérarchiser et piloter les investissements sur le réseau.
Mais d'ores et déjà, à l'instar de son homologue de Réseau Ferré de France, François Bordry réclame un renforcement de ses capacités d'investissement. "Une capacité d'investissement qui ne doit pas reposer exclusivement sur la seule fonction "transport" mais sur l'ensemble des usages de son réseau. En effet, la voie d'eau est concernée par nombre de priorités définies lors du Grenelle de l'Environnement : maintien de la ressource, préservation de la biodiversité, massification des flux de transports, production d'énergie hydroélectrique… "Le prochain contrat d'objectifs et de moyens Etat-VNF 2009-2013 pourrait être l'occasion d'une contractualisation sur toutes les fonctions des voies navigables de façon à qualifier et quantifier pour chacune d'entre elles les actions qu'aura à conduire l'établissement." Et d'ajouter, "je souhaite que le prochain comité interministériel d'aménagement et de la compétitivité des territoires entérine l'impulsion donnée au plus haut niveau de l'Etat pour la réalisation des grands projets fluviaux."

Julien Beideler

La Bourgogne va tester la décentralisation des voies navigables


Les régions ont renforcé leurs engagements en 2007 dans les contrats de projets."Le niveau de contractualisation sur le réseau magistral atteint 780 millions d'euros, soit près de 90% d'augmentation par rapport aux précédents contrats de plan". Le président de VNF y voit "l'intérêt croissant des territoires pour le mode fluvial." D'ailleurs, s'agissant du réseau régional décentralisable, la région Bourgogne s'est portée candidate pour expérimenter la reprise de ses voies. Une convention d'expérimentation sera rapidement signée qui rendra effective la décentralisation des trois canaux bourguignons dès 2008. Objectif de la région : inscrire le tourisme fluvial au cœur du développement de son économie touristique.

Canal Seine Nord Europe : décret d'utilité publique imminent


S'agissant de l'avancement du projet Seine Nord Europe, "le projet de décret portant l'utilité publique du projet a été adressé la semaine dernière au conseil d'Etat" a précisé François Bordry. La mission de financement du projet confiée à Yves Cousquer et Bernard Scemama devrait rendre son rapport final au cours du deuxième trimestre. Le président de VNF indique qu'une fois ces deux étapes franchies, l'appel à candidature sera lancé "en vue de l'établissement du contrat de partenariat".

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur