En direct

Des initiatives pour transformer les bâtiments en banques de matériaux
Les collectivités ont jusqu'au 1er novembre pour envoyer à la FNTP leur clause de marchés portant sur la gestion des déchets de chantier. - © HildaWeges - stock.adobe.com

Des initiatives pour transformer les bâtiments en banques de matériaux

Nohmana Khalid |  le 25/09/2018  |  Droit de l'environnementBâtimentEconomie circulaire

Des réseaux d’acteurs se sont réunis pour échanger sur l'économie circulaire à l’échelle du bâtiment, le 20 septembre, à Bruxelles. De nombreux outils de conception sont en cours de développement et seront diffusés à partir de février 2019.

« Le potentiel de récupération, de réemploi et de transformation du bâtiment existant est énorme ainsi que la quantité de matières premières à injecter dans les nouveaux projets », affirme Caroline Henrotay, coordinatrice du projet européen Bamb à Bruxelles environnement (BE), administration en charge de l'environnement et de l'énergie de la région Bruxelles capitale. Ce dernier a réuni le 20 septembre plusieurs réseaux d’acteurs européens et internationaux planchant sur la question de la circularité dans le bâtiment afin de faire le point.

Le secteur de la construction consomme au total 40% de l’énergie mondiale et est responsable de 30% des émissions de gaz à effet de serre en résultant. Il est à l'origine de plus de 40% des déchets générés sur la planète. Autant de chiffres rappelés par Pekka Huovila, coordinateur du programme des bâtiments et de la construction soutenables du réseau international One planet network (1). Or, adopter les principes de l’économie circulaire pourrait améliorer significativement la productivité de l’industrie de la construction et lui faire économiser au moins 100 milliards de dollars par an, selon le Forum mondial de l’économie de 2016, a-t-il indiqué.


Des outils expérimentés sur des bâtiments

Présent à la tribune, le consortium Bamb (Buildings as material banks) a l’ambition de faire des bâtiments des banques de matériaux. A cet effet, ce dernier partage les connaissances sur le sujet, forme un réseau d’acteurs autour du bâtiment circulaire et développe de nombreux outils.

Objectif : « Eviter de faire les mêmes erreurs de conception que dans le passé sur le neuf et l’ancien, explique Caroline Hanrotay. Nous nous assurons que les outils en cours de développement seront pertinents et opérationnels en les expérimentant sur six projets pilotes de construction ». Résultat : « Le bâtiment circulaire, c’est possible et techniquement faisable », affirme Jan Boström de Sandahus (2), qui aspire à ce qu’il devienne la norme.


Bâtiments réversibles


Bamb développe quatre outils pour concevoir des bâtiments réversibles : un sur la réutilisation potentielle des produits et des bâtiments, un autre sur les capacités de transformation du bâtiment, un protocole de conception pour une construction dynamique et circulaire et enfin, un simulateur virtuel. Ils seront disponibles en gratuit ou en payant à partir de février 2019, date à laquelle l’expérimentation arrive à son terme. Un modèle d’évaluation est aussi développé pour prendre des décisions en vue d’une gestion efficiente des ressources sur les bâtiments neufs.


Passeports de matériaux


Déjà disponible, la plateforme des passeports de matériaux fait voyager vers un futur circulaire. Les fabricants y décrivent le potentiel de réutilisation des matériaux. Les concepteurs et les entrepreneurs indiquent comment les produits sont attachés au bâtiment pour connaître leur degré de récupérabilité. Les exploitants expliquent comment les matériaux sont entretenus. Ces données sont ensuite utiles aux architectes ou encore aux démolisseurs pour connaître la valeur résiduelle de ce qui peut être démonté, réutilisé ou revendu. Actuellement, près de 300 matériaux y sont recensés.

La France n’est pas représentée au sein du consortium Bamb, mais des structures françaises participent à son réseau d’acteurs (the stakeholder network). Pour tirer parti de ses travaux, tout architecte, constructeur, donneur d’ordre, etc. peut y prendre part.


Des freins en pratique


A l’étranger, l’Hexagone est perçu généralement comme étant assez en avance sur l’économie circulaire avec sa législation nationale qui a intégré rapidement les possibilités ouvertes par les textes européens (loi sur la transition énergétique de 2015, réforme des marchés publics de 2016, feuille de route pour l’économie circulaire de 2018, etc.). Pourtant, les projets de construction circulaire peinent à émerger sur le terrain. Peu sont encore connus. Il y a, par exemple, l’ensemble tertiaire Pulse d’Icade (Seine-Saint-Denis)  ou encore l’écoquartier de Parc-Centrale (Châtenay-Malabry).

La rigidité des procédures de marchés publics, les normes de construction, notamment en matière de sécurité, la législation applicable aux immeubles de grande hauteur ou aux établissements recevant du public, ou encore les politiques d’assurance et de contrôle des matériaux barrent parfois la route aux innovations circulaires, constatent les praticiens. Néanmoins, chaque projet a son contexte et présente des opportunités à saisir. Le consortium Bamb ou encore le réseau One planet network invitent à se lancer dans la construction circulaire avec une réflexion partenariale menée très en amont du projet. L’Institut national de l’économie circulaire ouvre d’ailleurs un programme pour accompagner tout acheteur, public comme privé, dans cette voie en 2019.

(1) One planet network est un réseau d’acteurs qui met en œuvre l’objectif 12 de l’Agenda du développement durable pour 2030 des Nations Unies, à savoir la production et la consommation responsable à travers six programmes, dont celui sur les bâtiments et la construction soutenables et celui sur les marchés publics durables.

(2) Sundahus est une structure suédoise qui propose des solutions pour « faire des choix conscients de matériaux dans l’industrie suédoise ». Ce partenaire du Bamb a pour mission « d’établir de nouvelles chaînes de valeur circulaire en développant notamment un cadre pour les passeports de matériaux ».

Commentaires

Des initiatives pour transformer les bâtiments en banques de matériaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur