En direct

Des géologues se mettent en quatre pour les déchets radioactifs
PHOTO - Tech70 ingenie prix11.eps - ©

Des géologues se mettent en quatre pour les déchets radioactifs

O. b. |  le 29/09/2008  |  RéalisationsDéchetsConception-réalisationEnergieMeuse

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Déchets
Conception-réalisation
Energie
Meuse
Haute-Marne
Architecture
Environnement
Valider

Deuxième prix ex æquo Jean-Michel Bosgiraud (Arts et métiers-Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs), Jacques Delay (Ecole nationale supérieure de géologie), Jean-Michel Hoorelbeke (Mines de Paris) et Patrick Lebon (ENSG), ingénieurs à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Ils sont primés pour les études et recherches pour la conception et la réalisation du Laboratoire de recherche souterrain de Meuse/Haute-Marne.

En juin 2005, à quelques mois de l’ultimatum fixé par la loi, l’Andra rendait un rapport de plus de 10 000 pages au ministre de la Recherche. A l’intérieur, rien de moins que la preuve de la faisabilité d’un stockage des déchets les plus radioactifs en couche géologique profonde, capable de confiner les radiations pendant des centaines de milliers d’années. Cette preuve, c’est l’équipe de quatre ingénieurs géologues, menée par Jean-Michel Hoorelbeke, qui l’a apportée, grâce au laboratoire de recherche souterrain de Bure (Meuse).

Pour eux, le compte à rebours de treize ans pour concevoir, construire et exploiter le laboratoire a débuté en 1992. Un délai très court, tant les contraintes étaient nombreuses. Il a notamment fallu associer au creusement des deux puits profonds de 500 m et des galeries souterraines une analyse scientifique systématique, afin de connaître les moindres détails du sous-sol argileux et de la construction. Des activités imbriquées où les équipes scientifiques et les équipes travaux avaient souvent des intérêts divergents.

Pour maîtriser les risques, l’équipe de l’Andra, à la fois maître d’ouvrage et maître d’œuvre de coordination générale, a donc dû planifier minutieusement chacune des étapes du projet. Aux défis technique et scientifique, s’est rapidement ajouté celui de la communication. Tout au long de ce projet très exposé, ces spécialistes ont ainsi dû rassurer, argumenter et convaincre tous les acteurs : producteurs de déchets radioactifs, contrôleurs (autorité de sûreté nucléaire, experts indépendants), comités scientifiques, collectivités et public. Ils ont joué le jeu de la pédagogie, souvent avec plaisir. Les enjeux sociétaux du projet ont même galvanisé l’équipe. Psychologie, instinct politique et humilité : Jean-Michel Hoorelbeke résume en ces trois qualités les raisons du succès. Si le laboratoire est opérationnel, l’aventure n’est pourtant pas terminée pour l’équipe. Fin 2014, la demande d’autorisation pour la construction du site de stockage devra être déposée. Pour un début de stockage potentiel à l’horizon 2025. Déjà demain.

Maître d’ouvrage et d’œuvre de coordination : Andra.

Ingénierie : Arcadis, Antea, Coyne & Bellier, Sodeteg et des bureaux d’études des entreprises Bouygues, Dumez, GTM.

Principale entreprise : Bouygues travaux publics.

Caractéristiques : laboratoire souterrain pour étudier le stockage des déchets radioactifs de haute activité à vie longue.

Livraison : septembre 2007.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur