En direct

Des filières industrielles en pleine mutation

le 10/06/2011  |  Collectivités localesLoire-AtlantiqueVendée

Economie -

«L’aire métropolitaine Nantes-Saint-Nazaire doit être écoperformante, créative et internationale », prévient Jean?François Gendron, président de la chambre de commerce et d’industrie de Loire-Atlantique.

La labellisation par l’Etat, le 9 mai, de l’Institut de recherche technologique (IRT) Jules-Verne va dans ce sens. L’ambition est de créer un centre de recherche mondial sur les matériaux (composites, métalliques et structures hybrides) et leurs procédés de fabrication préservant l’environnement, tant pour la construction navale que l’aéronautique, l’automobile ou l’énergie. Quelque 500 millions d’euros sont alloués à ce projet capital pour permettre aux filières industrielles classiques de franchir des sauts technologiques.

Les énergies renouvelables en tête

Cet IRT regroupera dans plusieurs plates-formes technologiques un millier d’étudiants et autant de chercheurs académiques et industriels dont DNCS Research, le centre de R & D du leader de la navale de Défense, qui y développera son navire du futur et ses diversifications dans les énergies renouvelables, secteur émergeant sur la métropole. Des industriels ont rebondi sur l’engouement pour l’énergie solaire en fabriquant de panneaux photovoltaïques intégrés à la toiture (Systovi), ou en proposant, comme Vuelto, des solutions globales couplant installations, maintenance et financement d’installations solaires. En matière d’éolien en mer, collectivités et entreprises comptent saisir l’opportunité de l’implantation d’un parc éolien au large du Croisic (banc de Guérande, 80 éoliennes produisant 400 MW) et d’un probable second en Vendée (Les deux îles, 100 éoliennes, 600 MW), pour se spécialiser dans ce secteur d’avenir. Le chantier naval STX vient de présenter des solutions innovantes en la matière. Toutefois, l’éolien offshore n’est qu’une facette des ambitions nanto-nazairiennes qui comptent tirer profit du potentiel des ressources marines : énergie houlomotrice et thermique des vagues (projet Sem-Rev porté par l’Ecole centrale de Nantes), production industrielle des micro-algues… Ainsi, Nantes et Saint-Nazaire accueilleront du 7 au 9 septembre la deuxième édition de la convention d’affaires Biomarine business.

Favoriser l’écoconstruction

« Un territoire qui saura occuper une place déterminante sur les énergies renouvelables aura des débouchés énormes », assure Philippe Grosvalet, convaincu « d’avoir tous les atouts pour réussir cet enjeu ». Le nouveau président du conseil général de Loire-Atlantique accorde une importance tout aussi primordiale à l’écoconstruction, dont l’un des fers de lance est le pôle génie civil écoconstruction à Nantes. En matière de construction durable, le bois occupe une place privilégiée dans la métropole, qui concentre l’essentiel des 37 000 emplois de la filière régionale réunie au sein d’une association. Ainsi, Atlanbois veut montrer l’exemple avec son siège conçu par Barré-Lambot, vitrine d’une construction tertiaire en bois. La construction du « bâtiment B » sur l’île de Nantes débutera cet été.

DESSIN - 563134.BR.jpg
DESSIN - 563134.BR.jpg

Commentaires

Des filières industrielles en pleine mutation

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur