En direct

Des fibres de carbone pour renforcer les structures

françois sagot, cécile breau, franck gauthier, roland kuschner, claude mandraut |  le 21/05/1999  |  RénovationProduits et matérielsTechniqueTravaux publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Rénovation
Produits et matériels
Technique
Travaux publics
Valider

Sommaire du dossier

  1. SOMMAIRE - 4867 - REHABILITATION
  2. Panne historique du moteur principal du bâtiment
  3. Climatisation Un «plafond rayonnant froid» pour une tour de bureaux
  4. Structure Un entrepôt transformé en logements
  5. Structure Renforcement de poutres et de poteaux
  6. Structure Rehausse de bureaux par pieux battus
  7. Structure Surélévation de bâtiments HLM
  8. Fondations Le «soil crete» au secours d'un musée
  9. Electricité Sécurité pour la salle des marchés du Crédit lyonnais
  10. Sols textile Décor personnalisé
  11. Bétons Un chantier très diffus
  12. Aménagement intérieur Un bâtiment militaire devient musée
  13. Démarche séquentielle : nouvelle distribution des cartes
  14. Un pont roulant provisoire pour acheminer des balcons
  15. Isolation par l'extérieur pour rénover des logements
  16. Une vêture avec enduit mince sur isolant
  17. Des échanges informatisés pour une opération HLM
  18. Un faux plafond à grandes trames
  19. Mise en sécurité des installations électriques
  20. Des règles de sécurité à respecter
  21. Organisation : la réhabilitation d'une copropriété complexe
  22. Rénover les terrasses en aidant à la gestion de l'eau
  23. Réfection de sol sans décapage mécanique
  24. Sommaire dossier
  25. Une croissance sans enthousiasme
  26. REHABILITATION Les aides dans le parc privé
  27. Façade Restauration à l'identique de la « Maison radieuse »
  28. Transformation d'une usine en collège
  29. Création d'un étage léger pour un cinéma converti en hôtel
  30. Reprise en sous-oeuvre sur deux niveaux de sous-sol
  31. Le Grand-Quevilly : six tours de quinze étages des années 70 totalement «relookées »
  32. INFORMATIQUE Un outil d'évaluation pour la réhabilitation
  33. Un hôtel trois étoiles climatisé au gaz
  34. Protections d'urgence provisoires contre le saturnisme
  35. Remplacer les canalisations en plomb
  36. Reconstruire à l'identique un moulin brûlé
  37. Mise en sécurité électrique pour des immeubles HLM
  38. REHABILITATION La mise en sécurité des installations électriques
  39. Des solutions pour renforcer les structures existantes
  40. LOUIS-MARIE MICHON, ingénieur principal de l'entreprise Pradeau & Morin (Fougerolle) « Il faut identifier les descentes de charges »
  41. JEROME STUBLER, directeur technique du groupe Freyssinet « Nous sommes des dermatologues du béton»
  42. PETER TERRELL, gérant de l'ingénierie Terrell Rooke Associés « Il faut maîtriser les déformations »
  43. Des fibres de carbone pour renforcer les structures
  44. Renforcement d'un plancher en site occupé
  45. Transformation d'un hangar en béton armé
  46. Un plancher en bois composite
  47. Des planchers mixtes connectés
  48. Les bacs collaborants acier-béton
  49. Menuiserie Escalier repliable
  50. Vichy Centre de séjour
  51. Transformations à petits prix
  52. Détection précoce de la corrosion
  53. Un connecteur de planchers mixtes bois béton
  54. Sauvegarder les premiers ouvrages en béton
  55. Les architectes à l'honneur
  56. « Un contexte porteur pour la qualité architecturale des réhabilitations »
  57. NIMES Place des Esclafidous
  58. PARIS-20e Rues Alexandre- Dumas et de Terre-Neuve
  59. AULNAY-SOUS-BOIS Cité des Merisiers
  60. PARIS-16e Rue Félicien-David
  61. LE BLANC-MESNIL Cité du 212
  62. TOULOUSE Cité universitaire Daniel-Faucher
  63. BAYONNE Rues d'Espagne et Lagréou
  64. PARIS-19e Rue de Crimée

Ces tissus constituent une alternative à la technique classique des tôles métalliques collées. La mise en oeuvre s'effectue par marouflage d'une bande souple imprégnée de résine sur le support à renforcer.

A l'instar de l'industrie, l'utilisation de fibres de carbone se développe dans le monde de la construction. Le procédé « TFC » (tissu de fibres de carbone), mis au point par des industriels français (1) - Ato Findley, Freyssinet, Soficar, avec l'appui du Laboratoire central des ponts et chaussées (LCPC) -, permet de renforcer structurellement des ouvrages de génie civil ou des bâtiments en béton armé. Très souple d'utilisation, il constitue une alternative avantageuse à la technique classique des tôles métalliques collées. « Mais attention, ce qui semble simple n'est pas forcément facile à faire, avertit Christian Tourneur, directeur technique de Freyssinet. Il existe des précautions de mise en oeuvre » (voir l'avis d'expert).

En effet, ce procédé modifie les caractéristiques mécaniques de la structure. Il doit faire l'objet des mêmes précautions qu'un renforcement classique. C'est l'une des raisons qui expliquent que la commercialisation comme la mise en oeuvre de ces tissus de fibres sont pour l'instant uniquement confiées à Freyssinet, même si l'entreprise étudie des possibilités de cession de licence.

Une technique économique

Les ouvrages concernés sont multiples : les ponts, soutènements, réservoirs, collecteurs, plates-formes pétrolières, structures porteuses parasismiques de bâtiment, planchers et plafonds, monuments historiques...

Actuellement, 3 000 m2 de surface ont été réalisés avec le procédé TFC. Si Freyssinet ne souhaite pas donner de coût précis compte tenu de la multiplicité des applications, l'industriel avoue qu'il se situe environ 30 % en dessous de la technique classique des plaques métalliques collées.

(1) Le laboratoire de mécanique et technologie de Cachan, Porcher Industries et SGN ont été associés aux travaux.

L'AVIS DE L'EXPERT CHRISTIAN TOURNEUR directeur technique de Freyssinet France «Nous maîtrisons la mise en oeuvre complète»

Le procédé « TFC », que nous avons développé avec Ato Findley, Soficar et le Laboratoire central des ponts et chaussées, constitue aujourd'hui une alternative innovante à la technique des plats collés en acier. Destinée aux ouvrages d'art comme aux bâtiments, elle est en effet basée sur l'utilisation de fibres de carbone, tissées de façon bidirectionnelle. Cette méthode de fabrication donne au tissu une grande souplesse, ce qui lui permet d'épouser facilement les formes du support. La mise en oeuvre est simple : Une première couche de résine est appliquée sur le support, où la bande de tissu est déroulée grâce à un simple dévidoir ; l'ensemble est recouvert par une seconde couche de résine afin d'imprégner la bande.

Cette technique qui est simple doit cependant faire l'objet d'une mise en oeuvre correcte. C'est pourquoi nous en maîtrisons la mise en oeuvre complète pour ne pas qu'elle soit galvaudée. Il s'agit d'un acte de construction important qui peut mettre en cause la tenue structurelle de l'édifice. Il y a donc un problème de responsabilité que nous assurons avec une garantie décennale. De toute façon, les systèmes de renforcement par collage d'armatures additionnelles sont limités par les caractéristiques mécaniques intrinsèques du béton sur lequel ils sont appliqués. Une fois ces limites dépassées apparaissent des phénomènes de délaminage.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil