En direct

DES ESPACES À VIVRE GREFFÉS EN FAÇADE

VIRGINIE PAVIE |  le 20/09/2018  |  Gironde

ANNÉES 1958-1962 4 -

Des extensions de 40 à 60 m 2 en façade ont permis de relever le niveau de performances de ces logements bordelais tout en améliorant le confort d'usage et en renouvelant l'image urbaine de cet ensemble.

La rénovation énergétique de l'habitat social est souvent réduite à un ensemble de solutions techniques, alors qu'elle doit beaucoup aussi à l'ambition du programme et à la démarche architecturale mise en œuvre. La récente réhabilitation menée par l'agence Lacaton & Vassal sur les 530 logements des bâtiments GHI de la Cité du Grand Parc à Bordeaux (33) en offre une illustration aboutie. Dans le cadre de ce premier volet, qui préfigure un programme de requalification de l'ensemble des logements du bailleur social Aquitanis - soit 2 400 sur les 4 000 du quartier -, l'amélioration des performances thermiques tient en grande partie aux jardins d'hiver apposés en avant des façades sud, pour les bâtiments H et I, et des façades est et ouest pour le bâtiment G. « Le jardin d'hiver, en plus du nouvel espace et usage apportés aux locataires, remplit une fonction bioclimatique et d'isolant thermique puisqu'il fait tampon entre la zone extérieure et la zone intérieur du logement », souligne Raphaël Fourmond, responsable de la cellule Requalification et renouvellement du patrimoine chez Aquitanis. Selon les estimations du BET thermique, la différence de température entre l'intérieur et l'extérieur des appartements peut atteindre plus ou moins 7 °C.

Gain de surface

Représentant 40 à 60 m 2 de surface supplémentaire, les espaces transforment en profondeur le logement en lui apportant lumière et fluidité, et en offrant aux habitants l'usage d'une nouvelle pièce semi-extérieure. En façade, leur intégration joue sur la linéarité et la répétitivité du bâti, construit suivant une logique industrielle. D'une profondeur de 3,90 m, les extensions se composent de modules en béton préfabriqué, fondés sur pieux et accrochés aux nez des planchers existants. Elles sont fermées par des parois mobiles en polycarbonate que complètent des rideaux d'ombrage réfléchissants formant [...]

Cet article est réservé aux abonnés CTB, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur