En direct

Des clics citoyens pour les arbres réunionnais
La restauration d'un biotope adapté à la ponte de tortues marine a fait partie des actions menées par l'Ecole du jardin planétaire de la Réunion - © © Sylvain Vaissière/EJP

Des clics citoyens pour les arbres réunionnais

Laurent miguet |  le 23/08/2017  |  Paysage

Les arbres remarquables de la Réunion se mettent au diapason de la démocratie participative et des nouvelles technologies. L’Ecole du jardin planétaire de l’île lance en septembre le projet Moabi : cette application mobile de référencement porte le nom d’un arbre typique des forêts tropicales africaines, menacé par les hommes, malgré sa longévité de 700 ans.

Le référencement des arbres remarquables de l’île de la Réunion offre à l’école du jardin planétaire (EJP) du département d’outre-mer l’occasion de franchir une nouvelle étape de sa démarche pédagogique et participative. A partir de septembre, l’établissement multisites invitera les habitants et randonneurs à transmettre leurs contributions, depuis leur tablette, smartphone ou autres terminaux connectés. Runware, prestataire informatique, a créé l’application qui permettra à l’école de traiter et modérer les remontées d’information pour mettre en forme la base de données.

Essaimage

L’ambition déborde des frontières réunionnaises : des premiers contacts avec l’île Maurice pourraient lancer un essaimage dans les territoires de l’Océan indien ; le suivi du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) ouvre des voies de mutualisation en métropole, où d’autres membres de la fédération nationale des CAUE étudient le lancement de cartes participatives d’arbres remarquables.

Arbre symbole

Nom du projet, mais aussi d’un arbre tropical africain menacé de disparition malgré une longévité de 700 ans, Moabi véhicule le sens de la démarche soutenue par le Parc national de la Réunion, la fondation Crédit Agricole et le Jardin d’Eden : « Le nom de l’application a été adopté non seulement pour les remarquables qualités du Moabi, la force de son symbole et les menaces qui pèsent sur lui, mais également pour l’universalité de sa prononciation, dans tous les pays », décrypte Sylvain Vaissière, chargé de mission à l’EJP. Moabi rend aussi hommage à un intervenant charismatique et inspirateur de l’établissement associatif née en 2014 : Francis Hallé, auteur du documentaire « Il était une forêt ».

Jardin planétaire

Premier essaimage du concept d’université populaire des jardins et paysages, initié par Gilles Clément - ancien patron de stage de son homonyme réunionnais – l’école a décliné la même idée fondatrice que sa grande sœur née en 2012 dans l’Essonne : appréhender la planète comme un jardin clôt placé sous la responsabilité collective de chacun de ses habitants. Paysagiste concepteur établi à la Réunion depuis 2004 et directeur de l'école, Sébastien Clément a établi sa programmation en réponse aux demandes de la population interrogée par questionnaire. La croissance exponentielle de l’activité a récompensé cette approche participative : d’un atelier par semaine, la cadence a triplé, voire quadruplé en vitesse de pointe.

Reconnaissance

Depuis février 2014, l’EJP a encadré 190 activités qui ont réuni plus de 9000 personnes et mobilisé 90 intervenants, dans une cinquantaine de sites répartis aux quatre coins de l’île. Limitée par un budget de 90 000 euros et un encadrement réduit à deux temps partiels, la structure associative, présidée par la jardinière Sabrina Florency, jouit de nombreux soutiens publics et privés. Elle a inspiré le coup de cœur 2016 de la fondation Nicolas Hulot, et le prix régional 2014 du fonds Maif pour l’Education.

Ses prestations comprennent la diffusion de connaissances théoriques et pratiques, l’art événementiel et les actions citoyennes, dont témoigne l’exemple du projet Life Forêt sèche, porté par le parc national avec le soutien de l’Europe : les ateliers accompagnés par l’école ont porté d’abord sur les semis, puis sur les plantations susceptibles de revitaliser des biotopes menacés. L’une des actions les plus visibles a coïncidé avec le premier anniversaire de l’EJP, en 2015 : à l’Eperon (commune de Saint-Gilles-le-Haut), l’école a donné naissance au premier marché bio permanent de la Réunion.

Commentaires

Des clics citoyens pour les arbres réunionnais

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur