Des artisans créent leur showroom : la réussite de Thomas Roux, menuisier
Thomas Roux Menuiserie

Des artisans créent leur showroom : la réussite de Thomas Roux, menuisier

Laurent Duguet |  le 21/05/2021  |  Menuiserie extérieureMenuiserie intérieureMenuiseriesPoint de vente100 % second œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Menuiserie extérieure
Menuiserie intérieure
Menuiseries
Point de vente
100 % second œuvre
Moi, artisan
Lot-et-Garonne
France
Lot
Stores et fermetures
Valider

Créer un showroom pour compléter son activité est un investissement important pour un artisan. Cet espace de démonstration et site commercial sert à conquérir de nouveaux clients ou à se diversifier. Mais il faut en maîtriser toutes les contraintes, n’est pas commerçant qui veut. Thomas Roux, gérant de Thomas Roux Menuiserie à Saint-Sylvestre-sur-Lot (Lot-et-Garonne), nous fait part de son expérience positive.

« Après l’ouverture en 2011 d’un premier showroom de 500 m² à côté de l’atelier, créé sur un concept d’îlots, je viens d’en ouvrir un deuxième à Prayssac (Lot). Même s’il est plus petit (70 m²), c’est un copié-collé du premier, avec fenêtres, portes, portes de garage, tout ce qui est relatif à la menuiserie extérieure. Ces deux points de vente couvrent chacun une zone de chalandise de 25 à 30 km sans être trop éloignés l’un de l’autre. Natif de la région, j’ai choisi l’implantation en fonction d’un potentiel de clients dans un environnement marqué par le vignoble.

Après vingt ans dans la menuiserie, je constate que le showroom rassure les particuliers, qui peuvent vérifier la réalité de nos prestations. C’est un atout face à la concurrence d’entreprises qui naissent dans un garage au milieu des copeaux et prennent des chantiers avant de disparaître sans payer leurs charges. Mon premier point de vente me permet de réaliser un chiffre d’affaires de 2,5 M€ par an ; le deuxième, que l’on peut comparer à un satellite, devrait générer une activité de 500 000 à 600 000 € par an. Un troisième pourrait voir le jour en 2022.

Les magasins sont en nom propre, même si je réalise des partenariats pour les promotions, les catalogues. C’est aussi une solution, en plus du développement sur Internet, face à l’absence actuelle des foires et salons. Avec le nouveau showroom, je vais recruter deux poseurs et deux commerciaux (profil BTS négoce vente) dans les prochains mois. J’ai débuté seul dans la pose avec un chiffre d’affaires de 300 000 €. L’évolution n’est possible que si on veut gérer, déléguer et créer des emplois. »

Commentaires

Des artisans créent leur showroom : la réussite de Thomas Roux, menuisier

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil