En direct

Dernière ligne droite pour le projet de LGV Bretagne – Pays de la Loire
Le projet de LGV Bretagne – Pays de la Loire est estimé à 3,4 milliards d'euros. - © © RFF

Dernière ligne droite pour le projet de LGV Bretagne – Pays de la Loire

J-Ph. Defawe |  le 21/07/2010  |  Ille-et-VilaineContrat de partenariatEntreprisesMarchés publicsFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Ille-et-Vilaine
Contrat de partenariat
Entreprises
Marchés publics
France
Sarthe
Loire-Atlantique
Hérault
Réglementation
Commande publique
Transports mécaniques
Valider

Réseau ferré de France (RFF), qui doit choisir à la fin de l'année le titulaire du contrat de partenariat public-privé (PPP) concernant la réalisation et l'exploitation de la ligne à grande vitesse (LGV) Le Mans-Rennes, a invité Bouygues TP, Eiffage et Vinci Concessions à rendre leurs offres finales.

Les trois candidats avaient remis leurs offres initiales le 16 décembre 2009. La lettre d'invitation à remettre les offres finales qui vient de leur être adressée comporte en particulier les précisions nécessaires pour la remise de leur meilleure offre pour la mi-octobre.
"Les trois groupes continuent, et on est bien dans la continuité du projet. Tout se passe comme prévu", a commenté un porte-parole du gestionnaire des voies ferrées françaises.

Le vainqueur sera choisi à la fin de l'année. Il se verra confier la construction et la maintenance de la ligne nouvelle pendant la durée du contrat, en contrepartie de financements publics et de loyers versés par RFF. L'organisation des circulations restera sous la responsabilité de RFF. Ce sera la première ligne à grande vitesse réalisée en "contrat de partenariat".

Officiellement baptisé "Ligne à grande vitesse Bretagne - Pays de la Loire", le tronçon Le Mans-Rennes (182 kilomètres de lignes nouvelles entre Le Mans et Rennes auxquelles s'ajoutent 32 kilomètres pour le barreau de Sablé-sur-Sarthe et les raccordements sur le réseau existant) est le prolongement à l'ouest du TGV Atlantique.
L'objectif est de gagner 37 minutes sur le trajet Paris-Rennes (pour atteindre 1h26) à partir de 2015 et 8 minutes entre Paris et Nantes (1h52).

Le projet est estimé par RFF à 3,4 milliards d'euros, un devis que certains proches du dossier jugent sous-estimé.
Rappelons que RFF vient de confier à Vinci la réalisation de la ligne nouvelle Tours-Bordeaux, et a reçu en mai des offres des trois mêmes groupes de BTP pour la construction du contournement de Nîmes et Montpellier.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur