En direct

Déplacements Des zones d’activités se mettentà l’heure de la mobilité durable

Laurent miguet |  le 12/09/2008  |  ConjoncturetransportBas-Rhin

Le premier plan de déplacements interentreprises (PDIE) du Bas-Rhin vise à trouver des alternatives à l’utilisation de l’automobile dans des zones d’activités de la périphérie de Strasbourg.

L’Espace européen de l’entreprise et la zone du Mittelfeld, sites phares du développement économique de l’agglomération de Strasbourg avec 5 300 salariés dans 387 entreprises se mettent à l’heure du pétrole cher. Entre les utilisateurs, l’aménageur, les collectivités, l’Etat et les établissements consulaires, un consensus s’est noué en 2007 autour d’une « charte d’engagement des partenaires ».

La chambre de commerce et d’industrie de Strasbourg et du Bas-Rhin a joué le rôle de catalyseur, à travers une étude préalable qui affiche son objectif dès son préambule : « Etudier la question de l’accessibilité des zones d’activités par des modes de déplacements alternatifs aux véhicules individuels, pour des raisons économiques, environnementales et de sécurité routière. » L’engagement dans une démarche reproductible s’est traduit par le recrutement du premier « chargé de mission PDIE » (voir ci-contre), intégré dans une chambre de commerce française, exemple suivi depuis lors par Orléans.

Responsabilités partagées

Dès cette année, en application de la charte d’engagements, la cadence des bus a été améliorée. Loin de nuire à la dynamique, l’alternance de 2008 à la tête de la communauté urbaine a renforcé la détermination des élus : « La communauté urbaine a dégagé les crédits d’études pour construire une passerelle cyclable à l’horizon 2011-2012, à la place du pont de Hausbergen, identifié comme un point noir », annonce Raphaël Nisand, maire de Schiltigheim et vice-président de la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) chargé des zones d’activités. Francis Raul, président de la SEM municipale E puissance 3, chargée de l’aménagement du site de 96 ha, a officiellement demandé à la CUS de prolonger la ligne D du tram, jusqu’à l’entrée de la zone.

« Les décisions à prendre en termes d’aménagement se situent surtout à l’extérieur du périmètre de la zone », estime Samuel Maillot, responsable de l’antenne strasbourgeoise du spécialiste suisse des transports doux Roland Ribi et Associés. L’étude met aussi en évidence les responsabilités des utilisateurs : alors que les voitures ne manquent jamais de places pour se garer, les abris à vélo disponibles ne couvrent pas les besoins des cyclistes qui génèrent déjà 4 % des trajets réguliers… Et bientôt beaucoup plus, si le PDIE (1) tient ses promesses.

PHOTO - INIT Strasbourg velo.eps
PHOTO - INIT Strasbourg velo.eps

Commentaires

Déplacements Des zones d’activités se mettentà l’heure de la mobilité durable

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur