En direct

Demolition

le 01/10/2008  |  ArchitectureUrbanisme

Immeuble dans le cadre d’une opération ANRU. Le gaspillage, l’amnésie et la démagogie qui accompagnent souvent les tabula rasa sont-ils moindres que les erreurs que celles-ci entendent supprimer ? Pourra-t’on encore longtemps continuer de réinitialiser des bâtiments et des aménagements tous les 30 ans ? L’investissement préalable dans les délais et la matière grise ne serait-il pas plus rentable ?

PHOTO - Demolition.eps
PHOTO - Demolition.eps

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Demolition

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur