En direct

Défilé de logements à Paris
PHOTO - 643562.HR.jpg - ©

Défilé de logements à Paris

Marie-Douce Albert |  le 01/06/2012  |  ParisAménagementArchitectureBâtimentLogement social

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paris
Aménagement
Architecture
Bâtiment
Logement social
Immobilier
Logement
Technique
Valider

Au nord-ouest de la capitale, rue Pierre-Rebière, s’achève une opération expérimentale de rénovation urbaine. Confiée à de jeunes architectes, la conception a été conduite de manière collective, avec l’objectif de faire émerger d’autres modèles d’habitations.

ZAC de la Porte-Pouchet, acte 2. Après la réhabilitation de la tour Bois-le-Prêtre (récompensée par l’Equerre d’argent 2011), l’achèvement du chantier de la rue Pierre-Rebière - 146 logements sociaux et 51 logements privés - marque la deuxième étape de la rénovation urbaine de ce quartier excentré du XVII e arrondissement de Paris. L’opération vise à reloger les habitants de la tour Borel et d’une partie de la barre Borel, trop proches du boulevard périphérique, qui seront démolies. Au-delà de cet objectif, l’opération se singularise par son caractère expérimental. Gestion du foncier, jeu d’acteurs, conception… Chaque étape du projet a fait l’objet d’une solution inédite. A commencer par l’implantation de ces logements neufs : dans une ville en manque notoire de terrains, les études préalables se sont focalisées sur l’emprise de la rue Rebière, un « foncier invisible ». Plutôt malfamée, cette artère séparant le cimetière des Batignolles de l’arrière d’établissements scolaires était large de 25 mètres environ. La diviser en deux a libéré une bande constructible de 600 mètres sur 12 mètres. Paris Habitat et la Ville de Paris ont testé ensuite une méthode de conception collective en faisant appel, en 2006, à des architectes peu connus, jeunes équipes ou agences étrangères, à même de se prêter au jeu. La conception des 18 lots a ainsi fait l’objet d’un workshop, un atelier où les participants ont pu discuter de leurs projets, les confronter, les améliorer, sous la houlette du collectif Périphériques, désigné architecte-conseil de l’expérience.

Prescriptions légères

Au préalable, les équipes « avaient été retenues sur dossier, et non sur esquisses, afin de pouvoir réellement travailler ensemble », précise Véronique Barry Delongchamps, directrice de l’aménagement et du renouvellement urbain chez Paris Habitat. Pour permettre cette procédure, chacune s’est vue allouer un nombre restreint de logements à réaliser. De leur côté, les architectes coordonnateurs de la ZAC ont établi des prescriptions légères, dont le maintien de vides entre les lots pour créer des transparences. Pour le reste, les règles urbaines habituelles ont fait loi, dont l’interdiction de créer des vues principales sur le cimetière. L’échange a été productif, permettant par exemple à Stéphane Maupin de céder du terrain à l’Atelier Bow-Wow, ou aux agences Avignon-Clouet et Atelier provisoire de marier leurs bâtiments. Pour Dominique Alba, aujourd’hui directrice de l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur), le résultat « est juste. Sa diversité et sa sobriété font de Rebière une rue de faubourg, mais du XXI e siècle ». Un regret cependant, partagé par beaucoup : le travail en commun s’est arrêté au seuil du chantier. Avec, pour conséquence, des discussions incessantes entre les architectes et BET multiples et l’unique entreprise générale.

Fiche technique

Aménageur : Semavip. Architectes coordonnateurs de la ZAC : MG-AU Michel Guthmann, Trévelo & Viger-Kohler (TVK). Maîtrise d’ouvrage : Paris Habitat (logements sociaux), Nexity (logements privés). Coordination du workshop de conception : Périphériques Architectes. Principales entreprises : logements sociaux, Léon Grosse (entreprise générale) ; logements privés, STPB (gros œuvre). Surfaces habitables : 9 700 m² de logements sociaux et 2 900 m² de logements privés. Calendrier : automne 2006 - printemps 2007 : tenue du workshop. Février 2012 : achèvement des logements privés. Juin 2012 : livraison prévisionnelle des logements sociaux. Coût des travaux au mètre carré : 1 450 euros HT en moyenne pour les logements sociaux; 1 932 euros, HT pour les logements privés, parking inclus.

Marie-Anne Belin, directrice générale de la Semavip.

Réaménager la porte Pouchet nécessitait de dégager du foncier dans une capitale qui en manque. Ce foncier « invisible », la Semavip l’a trouvé en rachetant une partie de la rue Rebière - 6 182 m 2 - à la ville pour accueillir des logements. Les emprises des bâtiments qui seront détruits en bordure de périphérique accueilleront de leur côté des activités compatibles avec cet environnement. Elles contribueront à apporter de la diversité dans un quartier qui n’en a pas actuellement.

David Trottin, Périphériques Architectes, architecte-conseil, coordinateur du workshop.

Le projet de la rue Rebière a été mené sur le principe de « moins de cadre » et « plus de discussion ». En partant de la règle urbaine la plus simple, ici le PLU, nous nous sommes mis en position de raconter une histoire commune. Pour éviter le collage de bâtiments qui se découvrent au dernier moment, il s’agissait de créer des relations conviviales, des amitiés entre les immeubles, comme entre les architectes. Tout le monde a vraiment joué le jeu.

Hélène Schwoerer, directrice de la programmation et de la stratégie chez Paris Habitat.

Le foncier révélé par la partition de la rue Rebière était atypique. Cette bande de terrain, longue et étroite, n’aurait pas permis de recréer un urbanisme, un paysage parisien classique. L’idée a donc été de générer une architecture différente, d’autres modes d’habitat mais aussi de faire émerger de jeunes professionnels. Dès le départ, il s’agissait de faire quelque chose que nous ne savions pas faire en échappant aux processus habituels.

Michel Guthmann (MG-AU, à gauche) et Antoine Viger-Kohler (TVK), architectes coordonnateurs de la ZAC de la porte Pouchet.

Sur cette parcelle fine, adossée au cimetière et dotée d’un vis-à-vis triste, l’enjeu était de produire des logements de qualité qui pouvaient bénéficier de vues et de lumière. Pour faire respirer la rue, le projet a été organisé en séquences, rythmées par des ouvertures transversales. Ce fractionnement autorise des vues latérales qui permettent aux habitants de profiter, en biais, des arbres du cimetière.

Yanick Quémeras, directeur général de Paris-Val-de-Seine chez Nexity - Immobilier Résidentiel.

Nous nous sommes approprié le processus mis en place pour l’ensemble de la rue. Nos deux équipes d’architectes ont été choisies avec les différents acteurs du quartier et nous avons pris part au workshop. Un tel dialogue prend du temps. La mise au point du projet a pris quasiment douze mois, ce qui est pour nous inhabituel. Mais le résultat s’en ressent. Architecturalement, nous nous sommes éloignés des codes présupposés de la promotion.

Andrea Bego-Ghina, directeur d’agence chez Léon Grosse.

Nous avions appréhendé la diversité architecturale et le fait qu’il s’agissait, non pas de 150 logements mais de, plus ou moins, 10 chantiers de 15 logements. Le projet a mobilisé davantage de personnel d’encadrement qu’un chantier classique. Mais la mise en œuvre s’est révélée complexe en raison de la multiplicité des intervenants. Les échanges ont été chronophages. Si c’était à refaire, nous exigerions que, comme pour la phase conception, un maître d’œuvre coordinateur soit nommé.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur