En direct

Déconstruction Réhabilitation durable d’une halle en acier

ISABELLE DUFFAURE-GALLAIS |  le 09/08/2007  |  NordParisAcier

Au bord du faisceau de voies ferrées de la gare de l’Est, à Paris (18e), l’ancienne halle Pajol désaffectée se prépare pour une nouvelle vie. Un concours d’architecture est en cours pour y créer une auberge de jeunesse, une salle de spectacles, une bibliothèque de quartier et des commerces, ainsi qu’un jardin couvert se prolongeant à l’extérieur. La Semaest, chargée d’aménager l’ensemble de la ZAC Pajol, a fait réaliser un diagnostic de cet édifice à double nef d’acier afin d’évaluer son potentiel structurel.

Le programme a prévu la déconstruction d’une partie de la halle : une travée au nord et trois complètes plus quatre demies au sud, pour ne conserver que dix travées de 14 m. Une nef de ce bâtiment de 140 × 40 m sera occupée par le programme bâti, l’autre étant réservée au jardin public couvert. Après avoir vérifié la faisabilité du réemploi de la structure, Jean-Frantz Katzwedel, ingénieur de la société Nemo-K, a assuré la maîtrise d’œuvre de la déconstruction partielle. Un chantier réalisé sous le signe du développement durable, à la demande de la Semaest et de la mairie du 18e arrondissement.

L’appel d’offres exigeait que l’entreprise de déconstruction soit associée à une entreprise de construction métallique maîtrisant les techniques anciennes pour ne pas affaiblir la structure conservée, voire pour la renforcer, lors du démontage des travées supprimées.

Déchets recyclés sur place. Ce sont ainsi les entreprises Genier-Deforge et Eiffel qui ont réalisé cette délicate opération. En limite du bâtiment conservé, elles ont procédé au dérivetage des pièces métalliques, abandonnant l’oxycoupage jugé trop brutal pour les structures conservées. Pour répondre aux exigences de chantier à faible impact environnemental, les déchets de démolition ont été triés et recyclés sur place ou évacués par train. Après retrait des enduits plâtre, les 4 000 m3 de matériaux inertes (béton et briques) ont été concassés sur place et utilisés pour réaliser une rampe et une voie de circulation. Quant aux 900 tonnes de poutrelles métalliques, elles ont été découpées en tronçons de 1,50 m et chargées sur trois convois pour être acheminées par voie ferrée à l’usine sidérurgique Vallourec de Valenciennes. Bilan : 140 camions évités, soit 28 000 km de route et 8,4 tonnes d’équivalent carbone et une économie de 60 000 euros.

PHOTO - TECH 411 PAJOL 1.eps
PHOTO - TECH 411 PAJOL 1.eps
PHOTO - TECH 411 PAJOL 3.eps
PHOTO - TECH 411 PAJOL 3.eps

Commentaires

Déconstruction Réhabilitation durable d’une halle en acier

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur