En direct

Déchetterie gratuite, bennes de tri… les élus locaux partagent leurs idées pour lutter contre les dépôts sauvages
- © ©celeste clochard - stock.adobe.com

Déchetterie gratuite, bennes de tri… les élus locaux partagent leurs idées pour lutter contre les dépôts sauvages

Augustin Flepp |  le 23/11/2018  |  Collectivités localesDéchets de chantier

Le Congrès des maires a invité plusieurs élus locaux à partager les solutions efficaces et simples qu’ils ont adoptées pour aider les particuliers et les professionnels à mieux gérer leurs déchets de chantier.

Une montagne de déchets abandonnés le long d’une route ou au bord d’une rivière. La gestion des dépôts sauvages est un véritable casse-tête pour les collectivités confrontées à cette plaie qui gâche les paysages et pollue l’environnement. Les déchets des petits chantiers, qu’ils soient produits par des particuliers ou des professionnels, font partie des plus grands contributeurs de ces décharges à ciel ouvert. « C’est trop cher », « c’est trop loin », répondent certains professionnels à propos des déchetteries professionnelles mises à leur disposition, tel est le résultat d’une enquête réalisée par l’association des maires de France auprès d’une centaine d’artisans.

Il existe pourtant des solutions de collecte et de valorisation des déchets adaptées à leurs besoins, comme ont pu l’exposer plusieurs élus locaux lors d’une table ronde organisée au Congrès des maires le 21 novembre.

Service de collecte à la demande


Guy Geoffroy, le maire de Combs-la-Ville (77), s’est longtemps interrogé sur les moyens les plus efficaces de lutter contre les dépôts sauvages qu’il qualifie de « trous dans la raquette ». « Nous devons faire prendre conscience aux mauvais élèves qu’ils ont une responsabilité dans le respect de l’environnement », a défendu l’élu. « Nous passons beaucoup de temps à réfléchir sur ce sujet-là et parfois nous sommes à court d’idées ». La commune de 22 000 habitants a mis en place plusieurs dispositifs auprès des particuliers et des professionnels : service de collecte à la demande pour les déménagements, mise à disposition de bennes pour les petits chantiers (70 euros).


Dans l’Yonne, le président de la communauté de commune du Jovinien, Nicolas Soret, a d’abord souligné le déficit de déchetteries auquel est confronté son territoire. « Il y a une déchetterie professionnelle dans le nord et une dans le sud. Les professionnels doivent parfois réaliser plus de 100 km pour y déposer leur déchets ».

Pour financer ces installations, la collectivité a fait le choix de faire contribuer les propriétaires, via une redevance incitative, au-lieu de la taxe sur les enlèvements des ordures ménagères. « Quand l’artisan intervient chez un propriétaire, le service d’enlèvement et de dépôt ont déjà été payés par le propriétaire qui a financé cette taxe », précise Nicolas Soret. Sur la gestion des dépôts sauvage, « nous avons essayé de réarmer l’élu local, de le réoutiller en le conseillant de prendre des photos lors d’un flagrant délit car l’essentiel des dépôts de plainte sur les atteintes à l’environnement sont désespérément classés sans suite ».

La communauté de communauté plaide aussi pour que la reprise des déchets soit également imposée aux distributeurs de matériaux grand public.

Trier, c'est gratuit !


Jean-Yves Menou, président du syndicat mixte tri et recyclage des déchets Ouest Côtes-d’Armor-Valorys, rappelle que son territoire a été confronté à l’arrivée de micro-entrepreneurs qui sont entrés en concurrence avec les entreprises artisanales. « Nous avons vu remonter le nombre de dépôts sauvage dans les années 2000 parce que l’accès aux décharges était réglementé, il fallait présenter un badge », précise l’élu.


La collectivité a décidé de bousculer l’ancien modèle des déchetteries professionnelles qui limitait la fréquence de passage des professionnels et la quantité de déchets à déposer vers un dispositif gratuit, à condition de trier ses déchets. En cas de non-respect de ce règlement, les professionnels doivent s’acquitter d’une amende de 100 euros pour l’accès à la déchetterie et 100 euros par m3.
« Ce dispositif gratuit coûte environ 300 000 euros à notre syndicat mixte pour un budget global de 15 millions d’euros, indique Jean-Yves Menou. « C’est un coût acceptable par rapport à la gestion onéreuse d’une décharge sauvage, en particulier lorsque les sols sont pollués ».

Commentaires

Déchetterie gratuite, bennes de tri… les élus locaux partagent leurs idées pour lutter contre les dépôts sauvages

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Mener un projet de construction ou d'aménagement en coût global

Mener un projet de construction ou d'aménagement en coût global

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur