En direct

Déchets du BTP:
Démolition - © © Mglcel / Flick'r

Déchets du BTP: "on sort d'une période de gaspillage"

Propos recueillis par Eric Leysens |  le 22/07/2011  |  TechniqueMatériauxParis

La majorité des chantiers de construction et de démolition sont situés dans les centres urbains, éloignés des carrières et des décharges. Directeur général de la société Yprema, Dimitri Jourdan explique que l' implantation de centres de valorisation de déchets, en ville, est indispensable.

La production de déchets issus de la démolition de bâtiments est estimée entre 400 à 500 kg par habitant et par an. Le bâtiment génère donc, en Ile de France, environ 5 millions de tonnes de déchets chaque année. Un chiffre qui situe le potentiel du marché de la valorisation en zones urbaines. La société Yprema lance une unité de traitement de déchets du BTP à Massy et envisage une autre implantation près de Paris. Pour son directeur général, Dimitri Jourdan, l'ordonnance de décembre 2010 sur la valorisation des déchets, dont un décret d'application vient d'être récemment publié, marque un tournant. Le recyclage va, selon lui, s'accélérer rapidement dans le monde du bâtiment.

La gestion des déchets du BTP constitue une problématique émergente. A quand remonte sa prise en compte par les acteurs de la construction ?

La prise en compte de cette problématique s'est faite progressivement mais a réellement été accélérée il y a  7 mois, avec la transposition d'une directive-cadre européenne. Elle est apparue en 1975. Cette année-là,  on a établi que le responsable de la gestion du déchet, jusqu' à son élimination, était son producteur. En 1992, on a défini déchets inerte et ultime (sans solution de recyclage). A  partir de 2000, on a obligé les préfets à recenser tous les déchets. Mais, c'est depuis décembre 2010, avec la transposition de la directive-cadre européenne en ordonnance, qu'un déchet peut enfin acquérir le statut de produit.  Cette ordonnance donne également  un objectif chiffré, pour le BTP, de 70% de déchets recyclés d'ici 2020.

Aujourd'hui, quelle part des déchets du BTP est recyclée ?

Entre 15 à 20 %.

Ne pensez-vous pas que le saut de 15% à 70%, en moins de 9 ans, va être difficile ?

Le contexte va pousser au développement du recyclage des déchets. En Ile-de-France, on manque de matériaux, les carrières sont éloignées et les décharges croissent inexorablement. Les sites de recyclage, bâtiments intégrés en site urbain, se révèlent donc être non seulement écologiquement intéressants mais également économiquement. Par contre, en région, la proximité des carrières peut faire que ces dernières soient préférables financièrement. Là, le changement des mentalités est donc indispensable. Même si la part de 70% ne reste qu'un horizon vers lequel il faut tendre, elle a le mérite d'obliger à opérer un changement des habitudes. Il faut également avoir à l'esprit  qu'en Hollande, qui dispose de beaucoup moins de carrières, la part de déchets recyclés dans le bâtiment se situe déjà à ce niveau.

Quelle pratique du BTP peut-on changer facilement et rapidement ?

Pour le remplissage des  tranchées, on continue à utiliser des matériaux naturels, nobles qui ne sont évidemment pas renouvelables. Cette pratique me semble complètement aberrante.

Commentaires

Déchets du BTP: "on sort d'une période de gaspillage"

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur