En direct

Déchets du BTP : la filière du recyclage surfe sur la reprise d’activité du bâtiment
En 2017, le volume de déchets collecté par les professionnels du recyclage BTP a progressé de 1,5% - © Négoce

Déchets du BTP : la filière du recyclage surfe sur la reprise d’activité du bâtiment

Augustin Flepp |  le 19/10/2017  |  ImmobilierEntrepriseshygiène

Selon la dernière enquête de l’Observatoire Federec, le volume collecté par les professionnels du recyclage dans le BTP a progressé de 1,5%, soutenu par la construction neuve et les travaux du Grand Paris. A l’inverse, la situation demeure préoccupante pour la filière bois qui peine à trouver des débouchés existants dans le domaine de la valorisation énergétique.

Légère hausse d’activité pour les recycleurs de déchets du BTP. Portée par le Plan déchets et le démarrage des travaux du Grand Paris, la filière a collecté 39,6 millions de tonnes en 2016, soit une progression de 1,5% par rapport à 2015, rapporte l’Observatoire Federec qui a dévoilé le jeudi 19 octobre les résultats du marché du recyclage. Ce volume s’inscrit dans la même courbe d’activité en hausse du bâtiment (+1,9%). La majorité de la collecte provient de la démolition et de la déconstruction (63%), suivi par la réhabilitation (29%) et la construction neuve (8%).

Le chiffre d’affaires des professionnels du secteur a également enregistré une hausse de 1,5% (1742 millions d’euros). « Ce chiffre repose essentiellement sur les prestations de collecte et de traitement qui sont facturées aux détenteurs des déchets et qui sont en augmentation en 2016, tirées par l’activité construction neuve en hausse », analyse Federec.

En Ile-de-France, les travaux du Grand Paris offrent de belles perspectives d’activité pour les professionnels du recyclage. La branche BTP de la Fédération, en association avec le SRBTP et la société du Grand Paris, travaille sur un label visant à promouvoir l’excellence des plateformes de valorisation des déblais du Grand paris.

Les ferreux en hausse, les non ferreux se stabilise

Du côté des métaux ferreux, le volume collecté a connu une hausse de 4,5%, en passant de 11,6 à 12,1 millions de tonnes. « L’année 2016 a été particulièrement marquée par la volatilité des cours et la rapidité des changements d’orientation du marché qui sur-réagit à la moindre annonce politique, économique ou climatique », observe Federec. Le chiffre d’affaires de la filière a, en revanche, enregistré une légère baisse (-2,83%). Ce recul traduit l’évolution de la provenance de la ferraille, avec plus de volumes issus de la collecte (achats au détail) que de la production industrielle (ferroviaire, automobile…). De plus, l’étude révèle que les ventes de matières premières recyclées destinées à la consommation française ont légèrement progressé, passant de 51% à 54%, tandis que les exportations à destination de l’Europe ont diminué (de 46% à 43%).

Pour la filière des métaux non ferreux, l’année 2016 a rimé avec stabilité. En effet, les professionnels ont collecté 1,79 millions de tonnes d’aluminium, d’inox, de cuivre… contre 1,7 millions il y a deux ans. Leur chiffre d’affaire a, en revanche, reculé de 6%. Une partie en partie liée au réajustement du cours de référence. Pour l’enquête 2016, Federec a en effet modifié sa méthode de calcul en ne tenant plus compte du LME (London Metal Exchange) mais les prix moyens de vente des déchets d’aluminium sur le marché.

Le bois en sur-stockage

Pour les recycleurs de déchets bois, la situation reste tendue. Si les tonnages de bois collectés ont progressé de 5,8%, le chiffre d’affaires a fortement chuté (-16%) pour atteindre 169 millions d’euros. Cette évolution traduit la saturation des débouchés existants qui pousse les professionnels à s’orienter vers de modes de traitement moins vertueux et plus coûteux (enfouissement, incinération).

Les fabricants de panneaux qui représentent l’un des principaux clients des recycleurs ont renforcé leur critère de sélection (bois massif), ce qui nécessite de revoir régulièrement les critères de qualité des déchets bois. A cela s’ajoute les cours particulièrement bas des énergies fossiles, qui concurrencent directement la filière bois sur le marché de la valorisation énergétique. Federec affirme qu’il a à nouveau alerté les pouvoirs publics afin de mieux gérer les sur-stocks et les contraintes d’écoulement des matières.

La filière du verre a connu une hausse de 2,4% du tonnage collectée en 2016. Le recyclage du verre d’emballage (90% du marché) demeure relativement stable, soumis parfois aux fluctuations de la consommation des ménages et des conditions météorologiques. Cependant, les taux de valorisation progressent grâce à l’amélioration des équipements de tri. Pour les professionnels, c’est le verre industriel qui offre le plus de perspective de développement, notamment sur le verre plat de bâtiment, dont les méthodes de collecte actuelles ne sont pas compatibles avec la qualité demandée par les verriers.

Commentaires

Déchets du BTP : la filière du recyclage surfe sur la reprise d’activité du bâtiment

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur