En direct

Décès de Ricardo Bofill
Ricardo Bofill (à d.) sur le chantier du quartier Antigone à Montpellier avec le maire de l'époque Georges Frêche. - © Archives de la Ville de Montpellier
Disparition

Décès de Ricardo Bofill

CHESSA Milena |  le 14/01/2022  |  Ricardo BofillEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Profession
Ricardo Bofill
Europe
Valider

L’architecte espagnol s’est éteint à l’âge de 82 ans. Il avait transformé le paysage urbain à Montpellier.

L’architecte espagnol Ricardo Bofill s’est s’éteint le 14 janvier 2022 à Barcelone, ville dans laquelle il était né en 1939 et avait fondé son atelier, Taller de Arquitectura, en 1963. Il s’était entouré d’une équipe pluridisciplinaire comprenant le critique littéraire Salvador Clotas, le poète José Agustín Goytisolo et l’économiste Julia Romea.

« Cet esprit transversal demeure présent », a communiqué l’agence après le décès de son fondateur. Ses deux fils Ricardo Emilio et Pablo, à la tête de la société depuis plusieurs années, dirigent actuellement une équipe « plurielle » composée d’une centaine de professionnels de trente nationalités différentes.

Parmi les quelque « 1000 projets dans 40 pays », l’agence retient ceux réalisés sur le sol espagnol comme les ensembles résidentiels Walden 7 à Barcelone et la Muraille rouge à Calp.

A l’étranger, elle cite l’Université Mohammed VI et ses campus annexes à Ben Guerir et à Rabat (Maroc), ainsi que les sièges sociaux de Shiseido Ginza à Tokyo (Japon) et de Cartier à Paris.

Ses réalisations en France

Ricardo Bofill est l’auteur de plusieurs constructions en Ile-de-France, inspirées de l’architecture monumentale historique : les Arcades du lac à Saint-Quentin-en-Yvelines en 1981, le Palais d’Abraxas à Marne-la-Vallée en 1982, la place des Colonnes à Cergy-Saint-Christophe en 1985 et la place de Catalogne à Paris la même année. Mais c’est à Montpellier qu’il a marqué le paysage urbain avec les livraisons du quartier Antigone en 1985 et de l’hôtel de région en 1989.

« Quand les maires plaçaient le logement social en périphérie, Ricardo Bofill défendait la réalisation du logement social dans la ville, en posant une esthétique architecturale méditerranéenne », rappelle aujourd’hui Michaël Delafosse, actuel maire et président de Montpellier Méditerranée Métropole. Avec Georges Frêche, ils ont porté le projet novateur d’Antigone, développant la ville vers la mer. Au moment où les voitures étaient omniprésentes, il réalise une artère piétonne d’1,5 kilomètre. »

L’élu indique avoir convié l’architecte catalan et sa famille dans la commune l’été dernier. « C’était la première fois depuis plus de 20 ans qu’il marchait dans le quartier Antigone, raconte-t-il. Le désir commun qui était le nôtre était de continuer le travail, avec la percée vers le centre historique, mais aussi de questionner son œuvre, de s’interroger pour enrichir le quartier. (…) Il était débordant de projets. »

Afin de lui rendre hommage, un lieu en cœur de ville de Montpellier devrait prochainement porter le nom de Ricardo Bofill.

Sur le même sujet Ricardo Bofill : « J’ai voulu transplanter l’architecture classique dans la modernité »

Commentaires

Décès de Ricardo Bofill

Votre e-mail ne sera pas publié

BOURDEAU

14/01/2022 20h:54

Ricardo Bofill: un génie pur. L'architecte qui a le plus apporté, le plus prolongé, le plus inventé après la mort de Le Corbusier. Il a été déterminant sur le projet d'Evry avec Henri Ciriani. Puis, chassé de France par le Maire de Paris en 1977. Bofill écrivait en 1980 qu'il voulait bâtir une oeuvre en 3 périodes: celle de l'après-modernité fondée sur l'abstraction et la spatialité, celle de la remémoration des invariants de l'architecture classique (monumentalité, proportions, minéralité), enfin celle (inavouée) d'une architecture qui se confondrait avec la Nature, notamment le désert de sable. Avoir nagé dans les piscines au sommet de Walden 7 a été pour moi un bain pour me purifier des pollutions grises qui aiment encaserner le peuple. Michel Bourdeau

Votre e-mail ne sera pas publié

daniel Baillet

20/01/2022 18h:40

bonjour je suis très attristé par ce décès de cet inconnu qu'il m'a toujours semblé connaitre, dès que j ai franchi l'entrée du Chai magistral de Lafite Rothschild, parfaitement rond avec un puits de lumière. Mon ignorance de l'architecture est d'autant plus importante, pour imaginer au delà de la prouesse technique, la part d'imaginaire et de rêve de ce très grand artiste. Mes pensées vont à sa famille, et ses proches, tellement chanceux d'une telle filiation, même si la douleur est aujourd'hui la plus forte. Merci Monsieur RICARDO BOFILL

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil