Profession

Décès de l’architecte-urbaniste catalan Manuel de Solà-Morales

Mots clés : Architecte - Métier de la construction

Le lauréat du Grand Prix d’urbanisme Europe, décerné par la France en l’an 2000 « pour l’ensemble de son œuvre et pour la force de ses concepts urbains », s’est éteint le 27 février à Barcelone à l’âge de 73 ans.

« Son décès est une perte significative pour les passionnés de la ville pour lesquels il était un chef de file et un aiguillon pour réinventer constamment la ville contemporaine, face aux défis qui sont les siens », a souligné Benoist Apparu, ministre délégué au Logement dans un communiqué. Diplômé en architecture et économie à Barcelone et en urbanisme à Harvard, Manuel de Solà-Morales a fondé en 1968 un groupe de recherche sur la morphologie urbaine nommé Laboratori d’urbanisme de Barcelona.

« Après avoir abordé la question de la ville de manière théorique, il est passé à l’acte avec une œuvre magistrale [à Barcelone] : l’Illa, à la fois centre de commerces et de bureaux et ouvrage urbain magnifique sur la Diagonal qui établit un dialogue fort avec le quartier (réalisé avec Rafael Moneo, 1986-93), décrit le ministère du Logement. La recomposition du Moll de la Fusta (1998) a impulsé la transformation du bord de mer, en résolvant avec élégance et pertinence un problème d’infrastructure. Il avait récemment en charge à Barcelone un quartier de 2000 logements dans l’opération de la Sagrera – projet laboratoire, particulièrement soutenu par la municipalité car emblématique d’une réflexion sur la manière de produire du logement à Barcelone, priorité majeure de la ville. »

Manuel de Solà-Morales a travaillé dans toute l’Europe : Anvers, Arnhem, Badalone, Berlin, Gênes, Groninghen, La Haye, Louvain, Malaga, Naples, Porto, Rotterdam, Trieste, etc. En France, où il était membre de l’académie d’architecture (2003), il a participé à la reconquête des friches portuaires de Saint-Nazaire (1998-2002). Le projet urbain, baptisé Ville-port, consistait à composer progressivement un quartier en s’appuyant sur l’ancienne base sous-marine, qui devait être « domestiquée », puis habitée d’équipements culturels.

 

Tous ses projets sont à retrouver sur www.manueldesola.com

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X