En direct

Débat national sur la transition énergétique : Philippe Martin pointe la nécessité de « convaincre l’opinion publique »
Débat national sur la transition énergétique - © © Ministère de l'Ecologie, du développement durable et de l'Energie

Débat national sur la transition énergétique : Philippe Martin pointe la nécessité de « convaincre l’opinion publique »

le 08/07/2013  |  Etat

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Etat
Valider

La transition énergétique ne se fera pas sans les entreprises, la transition énergétique ne se fera pas sans l’Europe, la transition énergétique ne se fera pas sans les territoires, la transition énergétique ne se fera pas sans l’opinion publique (ce qui reste à faire…). Certes, mais quelle est cette transition énergétique ? Cette analyse peut paraître un peu provocatrice alors que le débat national sur la transition énergétique (DNTE) touche à sa fin.

Reste que plus l’échéance approche, plus il est manifeste que le débat cherche à fixer des objectifs, renvoyant à plus tard la définition de la ou des trajectoires possibles pour les atteindre. Lundi 8 juillet au matin, en ouverture de l’avant-dernière réunion plénière du comité de pilotage du DNTE consacrée à l’apport « de la dynamique régionale », Philippe Martin a mis le doigt sur une difficulté (!) en affirmant que « l’opinion publique (devait) être convaincue de la nécessité de la transition énergétique ».

Le nouveau ministre de l’Énergie se distingue ainsi quelque peu de son prédécesseur pour qui le débat citoyen était une réussite. Pour convaincre, Laurence Tubiana, membre du comité de pilotage et « facilitatrice » du débat, a plaidé pour des conclusions « exigeantes » eu égard à l’énergie consacrée au débat par l’ensemble des parties prenantes. Philippe Martin a d’ailleurs tenu à montrer sa détermination en déclarant que « sur moi, il n’y a qu’un seul lobby qui a de l’influence, c’est celui de l’intérêt général et des générations futures ».

Un « document de travail provisoire » daté du 4 juillet a été remis aux participants lundi 8 juillet. Il s’agit de « méta-propositions » ou du « squelette » de propositions soumis au comité de pilotage du DNTE après le clash du 20 juin.
Quinze propositions sont déclinées dans ce document, propositions qui devront, d’ici le 18 juillet, dernière séance du débat, prendre corps. Parmi celles-ci on notera la disparition du Facteur 2 (réduction par 2 de la consommation finale d’énergie). Le document souligne que « certains acteurs considèrent que cet objectif est incontournable. D’autres le considérant excessif proposent de le ramener à un rythme plus évolutif, avec une réduction minimale de 20 % à 2050 et suggèrent de conduire une transition au rythme du développement des nouvelles technologies ». Il  faudra trancher.

Quant aux remontées des territoires, 30 propositions regroupées autour de 5 thèmes ont été présentées et discutées lundi (voir focus).

« Cette journée (du 8 juillet) doit être placée sous l’idée de l’intégration et de la cohérence », a indiqué en ouverture des débats Laurence Tubiana. Et dans le flot de propositions, la gouvernance n’a pas manqué d’être le point d’attention de nombreux participants.

Quant à la nouvelle organisation de la distribution d’énergie (notamment électrique), le débat n’a, lui, toujours pas abouti.

Les Régions appellent le gouvernement à prendre des "options ambitieuses"

L'Association des Régions de France a remis lundi 8 juillet au tout nouveau ministre de l'Écologie et de l'Énergie, Philippe Martin, un rapport qui "fournit au gouvernement une boîte à outils de 30 propositions très concrètes".

Les régions proposent, entre autres, de "rendre progressivement obligatoire la rénovation des bâtiments les plus énergivores (logements et bureaux)", de "développer des plans ambitieux de formation aux métiers" de la transition énergétique, d'instaurer un "cadre juridique, administratif et tarifaire simple et pérenne pour le développement des énergies renouvelables", de "développer fortement la recherche sur le stockage de l'énergie et investir massivement dans l'évolution des réseaux".

Côté financement, l'ARF suggère de "créer un dispositif financier pour la rénovation thermique (...) adapté à chaque situation (copropriétaires, propriétaires occupants, propriétaires bailleurs, logements sociaux, entreprises) et de "mobiliser les banques publiques (BEI, BPI, CDC) mais aussi les banques privées à qui pourrait être affectée une partie des Livrets Développement Durable (LDD)".

Enfin, comme l'acte III de la décentralisation reste encore à écrire, les régions plaident pour que l'État "attribue une compétence énergie aux collectivités territoriales".

Commentaires

Débat national sur la transition énergétique : Philippe Martin pointe la nécessité de « convaincre l’opinion publique »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur