En direct

De plus en plus de courant "géothermique"

DEVIGE-STEWART Thierry |  le 25/08/2003  |  InternationalEnergies renouvelablesEnergieEuropeFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Environnement
Energies renouvelables
Energie
Europe
France
Santé
Technique
Valider

Le courant "géothermique", produit à partir de nappes d'eau souterraines très chaudes, est en plein développement, indique une étude publiée dans le numéro d'août de Systèmes solaires. A l'échelle mondiale, la capacité installée des centrales électriques géothermiques a progressé de 22% en sept ans pour atteindre 8.356 mégawatts (MW) fin 2002, selon cette revue européenne qui fait autorité dans le domaine des énergies renouvelables.
La capacité (ou puissance) installée permet de produire de l'électricité pendant une heure. Sur la base d'un fonctionnement annuel de 6.300 heures, une capacité installée de 8.356 MW correspond à une production d'électricité de 52 millions de MWh (mégawatts/heure) sur un an, a précisé à l'AFP un expert de la revue, Frédéric Tuillé.
Le continent américain reste le plus grand utilisateur de cette technologie avec 3.387 MW installés en 2002 et les Etats-Unis le numéro un mondial (2.018 MW). Mais le recours à cette technologie a regressé de 28% en sept ans en raison de l'épuisement progressif de la nappe californiennee dite des Geysers.
Le nouveau monde est désormais talonné par l'Asie où la filière a fait un bond de 63% depuis 1995 à 3.220 MW en 2002.
L'Europe fait encore pâle figure avec 1.180 MW installés (+ 63% par rapport à 1995) dont 883 MW pour l'Union européenne (+38%). L'Italie est le seul producteur significatif (862 MW installés en 2002).
La France avance à tout petits pas (4,3 MW) grâce à la centrale de Bouillante en Guadeloupe.
Les nappes d'eau ou de vapeur utilisables pour le courant géothermique ont une température comprise entre 100 et 350 degrés. Elles sont surtout situées sur la ceinture de feu, zone volcanique des deux bords du Pacifique, où elles sont exploitables à faible profondeur.
Des nappes de l'écorce terrestre, situées à une profondeur de 2.000 à 3.000 mètres, sont également utilisées.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur