En direct

Darwin réinvestit la caserne Niel

bertrand escolin |  le 06/07/2012  |  GirondeCollectivités localesBâtimentInternationalTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Gironde
Collectivités locales
Bâtiment
International
Technique
Valider
Bordeaux -

Implanté à l’entrée du futur écoquartier Bastide-Niel - dont le projet d’aménagement sur 30 ha a été confié à l’architecte urbaniste Winy Maas -, le projet privé Darwin est le premier à investir (en partie) la friche militaire et ferroviaire de la caserne Niel. Il s’agit de transformer les magasins généraux, quatre bâtiments perpendiculaires aux rives de la Garonne toute proche, en un ensemble tertiaire aux activités créatives et tournées vers l’environnement.

Le groupe incubateur Evolution, actionnaire de l’agence de conseil Inoxia, dirigé par l’entrepreneur bordelais Philippe Barre, est à l’origine du projet. Il a créé une société ad hoc, la SAS Darwin-Bastide, chargée de la maîtrise d’ouvrage de l’opération, avec l’AMO développement durable d’Inddigo et le bureau d’études environnement Nobatek.

Inertie thermique

Principales étapes : acquisition des 10 000 m 2 dans la caserne auprès de la communauté urbaine de Bordeaux (juin 2008), dépôt du permis de construire (juillet 2009), début du chantier à l’automne 2010. Confiée aux architectes bordelais Virginie Gravière et Olivier Martin, la rénovation en BBC des magasins généraux doit permettre une consommation de 69 kWhep/m 2 .an. « Le bâtiment bénéficie déjà de caractéristiques intrinsèques (orientation, compacité, qualité des matériaux, épaisseur des murs en pierre) qui lui assurent une forte inertie thermique. Des systèmes de free cooling sont utilisés, avec une surventilation nocturne, et le renforcement des performances thermiques des enveloppes. L’éclairage naturel est facilité par le maintien au 2 niveau d’un grand plateau en open space, et aux niveaux inférieurs par des puits de lumière », explique Jean-Marc Gancille, directeur du développement durable du groupe Evolution. La toiture abritera 1 000 m 2 de panneaux photovoltaïques produisant 136 500 kWh/an.
Caractéristique du concept selon lequel les utilisateurs s’impliquent dans l’usage des lieux, la métrologie permettra de suivre sur un tableau de bord les consommations d’eau et d’énergie. Le premier bâtiment, livré en septembre, abritera des activités tertiaires liées à l’environnement : paysagiste, entreprise spécialisée dans l’énergie marine, spécialiste des toitures végétalisées. Une galerie couverte entre les deux bâtiments principaux abritera 1 700 m 2 de boutiques « équitables ». « Nous attendons une synergie entre toutes ces activités et les usages de Darwin », précise Jean-Marc Gancille. Suivra le bâtiment B au 1 er semestre 2013. Puis, en 2014, l’aménagement d’un hôtel, d’une crèche, d’un restaurant avec potager en toiture… Coût : 12,4 millions d’euros dont 8 millions de travaux.

PHOTO - 654456.BR.jpg
PHOTO - 654456.BR.jpg - © Rodolphe Escher / Le Moniteur

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur