Logement

Dans les maisons individuelles, 60% des ventilations présentent un défaut de conformité

Mots clés : Air - Bâtiment d’habitation individuel - Maison individuelle

La qualité de l’air intérieur dans les logements sera bientôt scrutée de près. Selon le syndicat des constructeurs de maisons individuelles et des aménageurs LCA-FFB, 60% des installations de ventilation ne sont pas conformes aux obligations réglementaires lors de la livraison d’une maison. En habitats collectifs, un système sur deux ne fonctionnerait pas.

Le sujet pourrait devenir un problème majeur de la construction dans les prochaines années. « Nous avons relevé que 60% des installations de ventilation ne sont pas conformes à la règlementation lors de la livraison d’une maison. Dans le cadre des habitats collectifs, une installation sur deux ne fonctionne pas correctement », alerte Jean-Jacques Barreau, spécialiste technique énergie et réglementations chez LCA-FFB, à l’occasion du séminaire technique organisé par le syndicat des constructeurs de maisons individuelles et des aménageurs entre les 30 novembre et 3 décembre à Rome. « Pourtant, bientôt nous aurons l’obligation d’avoir 100% d’installations conformes à l’objectif. »

Pour Etienne Wurtz, directeur de recherche à l’Institut national de l’énergie solaire, l’explication d’une telle défaillance tiendrait en partie aux exigences des différentes réglementations thermiques. « Depuis l’arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements, que ce soit la RT 2000, la RT 2005 ou encore la RT 2012, tous ces textes ont mis en avant l’étanchéité des bâtiments, afin de réduire la consommation d’énergie, et ont laissé de côté la ventilation. »

 

Vers une obligation systématique de mesure de la ventilation en 2019

 

Outre les problèmes liés à la saturation en vapeur d’eau qui engendre des moisissures, la concentration de polluants dans les pièces Jean-Jacques Barreau avertit les professionnels sur les autres potentiels dommages que pourrait créer un mauvais système de ventilation. « Lorsque l’on établira une attestation de conformité à la ventilation, si les résultats sont mauvais, des travaux devront être réalisés. Or, une ventilation se cache souvent derrière les cloisons ou encore sous l’isolation. Pour la mettre en place, il faudra détruire une partie des structures et cela coûtera beaucoup d’argent. »

 

Sensibiliser les conducteurs de travaux

 

Pour le consultant technique, il s’agit de sensibiliser les conducteurs de travaux d’ici à 2018, date du vote du volet carbone, issu de la future réglementation thermique E+C-. « Il faudra alors se poser les bonnes questions : Sur quels critères peut-on juger qu’une installation est bonne ou non ? Quels travaux devront être réalisés ? »

Pour répondre à ces problématiques, un livre blanc à paraître en 2018 sensibilisera les pouvoirs publics à la problématique de la ventilation. « Il semble que nous allons nous orienter vers une obligation systématique de mesure de la ventilation à l’horizon 2019 », prévient Jean-Jacques Barreau.

Aussi, le consultant technique de LCA-FFB conseille-t-il de procéder à une étude de faisabilité en amont des travaux de construction ou rénovation, afin de mieux s’organiser sur l’implantation d’un futur système de ventilation. « Déjà, quelques outils sont disponibles pour aider les professionnels, comme des kits de mise en œuvre ou encore des fiches d’autocontrôle. »

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X