En direct

Aux Grandes-Serres de Pantin, les tubes de l’été
Installation «Boite à tubes #1» de la plasticienne Nadine Schütz aux Grandes-Serres de Pantin. - © Nadine Schütz / ADAGP - Paris 2021

Aux Grandes-Serres de Pantin, les tubes de l’été

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 04/06/2021  |  CultureSeine-Saint-DenisAcoustiqueImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Culture
Seine-Saint-Denis
Acoustique
Immobilier
Valider

Les anciennes halles industrielles des ateliers Pouchard, en cours de reconversion, accueillent une installation sonore de la plasticienne Nadine Schütz.

Dans ce qui reste des ateliers Pouchard (fabrication et négoce de tubes métalliques pour l’industrie) à Pantin (Seine-Saint-Denis), à savoir de vastes nefs non-classées, Alios Développement donnera naissance à un programme immobilier mixte ambitieux : Les Grandes-Serres.

La présence d‘ateliers d‘artistes sur place, et l'usage créatif de l‘espace en général (tournages, expos, défilés), offrent déjà une nouvelle vie au lieu.

Si aujourd'hui les machines se sont tues, «délocalisées»… à Mitry-Mory (Seine-et-Marne), l’écho puissant de leurs rugissements subsiste encore au travers de la «Boite à tubes #1».

Il s’agit là d’une installation sonore de la plasticienne, architecte et docteure en acoustique environnementale Nadine Schütz, actuellement en résidence artistique à Paris, compositrice invitée de l’Institut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam), l’un des départements du Centre Georges-Pompidou.

La «Boite à tubes #1» s’inscrit dans cette dynamique. Elle prend place dans le volume de la grande halle, dans le local d’un poste de contrôle existant, hérissé de tubes d’acier reliés à un dispositif électroacoustique de diffusion sonore qui donne à entendre des enregistrements - voix, bruits de machine, d’outils, de tôle, etc. - effectués par la plasticienne in situ et retravaillés.

Patrimoine sonore

Des enregistrements et une démarche qui se veulent archives du patrimoine sonore industriel et immatériel du lieu. Un travail complété par des mesures de la signature acoustique de la halle, ainsi que par des bruitages réalisés par l’artiste dans ce vaste espace réverbérant.

La composition est construite sur deux niveaux d'écoute : une narration continue autour d’un des thèmes «passé», «présent» et  futur» du site ; un deuxième niveau constitué d’extraits imaginés comme des refrains (trois au total), qui circulent dans la composition sur les trois faces de la «cabane» du poste de contrôle : bruits de sciage des tubes, enregistrés en ateliers, réarrangés dans leurs caractéristiques tonales.

Cet opus premier s’inscrit dans un probable projet plus vaste d’œuvres sonores pérennes, inspirées d’une lecture musicale et poétique de la mémoire industrielle du site et de sa transformation, qui feront résonner à nouveau l’histoire des ateliers Pouchard...

Commentaires

Aux Grandes-Serres de Pantin, les tubes de l’été

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil