En direct

Dans le nord de Paris, un hôtel logistique replace le fret au cœur de la cité [diaporama]
Implanté le long des voies ferrées de la gare du Nord, le nouvel hôtel logistique de Sogaris se déploie sur 400 m de long. - © © A.26 Architectures

Dans le nord de Paris, un hôtel logistique replace le fret au cœur de la cité [diaporama]

le 11/06/2018  |  NégoceArchitectureTechniqueBâtimentParis

A la Porte de la Chapelle, dans le XVIIIe arrondissement, Sogaris vient d’inaugurer une halle logistique de 400 m de long qui répond aux exigences du e-commerce tout en assurant de nombreuses fonctions urbaines.

L’hôtel logistique du quartier Chapelle International (XVIIIe arrondissement), inauguré le 8 juin, est une nouvelle porte d’entrée logistique dans la capitale. Réalisation unique à ce jour en Europe, il répond aux exigences de la nouvelle logistique du commerce électronique, de l’environnement et de l’insertion urbaine. «Le e-commerce fait entrer la logistique dans la cité, demande une gestion optimale du dernier kilomètre et impose la présence d’hôtels logistiques en cœur de ville», explique Jean-Bernard Bros, président du conseil d’administration de Sogaris, maître d’ouvrage. Désormais, les activités productives et industrielles — notamment sous la forme du fret — se réimplantent à Paris.

Une halle de 400 m de long

Pour cet hôtel logistique, A.26 Architectures a conçu un grand bâtiment HQE de 44 000 m2 implanté le long des voies ferrées de la Gare du Nord. «C’est un signal d’entrée dans Paris, visible nuit et jour», souligne Philippe Gallois, président d’A.26 Architectures. Côté voies ferrées, la façade est constituée d’un bardage en bois de forme sinusoïdale offrant un bel effet de perspective. Au cœur du bâtiment au rez-de-chaussée, le Terminal ferroviaire urbain (TFU), vaste halle de 15 200 m2 sur 400 mètres de long et 65 mètres de large, constituée d’une belle structure poteaux-poutres en béton armé. Une bretelle de voie ferrée entre dans le TFU et deux ponts roulants (bientôt trois) déchargent des caisses mobiles de 20 pieds (6,06 m x 2,44 x 2,59) sur des véhicules à gaz non polluants de 19 et 26 tonnes. Quatre navettes par jour transportent chacune 60 caisses mobiles. L’environnement est gagnant: l’hôtel logistique efface les itinéraires de 500 camions par jour en Ile-de-France et économise 1 500 tonnes de carbone par an.

«Un véritable morceau de ville»

Mais cet hôtel logistique — 65 millions d’euros HT de travaux — ne se cantonne pas à des activités de fret. Il remplit de nombreuses fonctions urbaines: «C’est un véritable morceau de ville», remarque Anne Hidalgo, maire de Paris. Au rez-de-chaussée et au premier étage, on trouve des bureaux (4 500 m2), un centre de fitness (2 600 m2), un restaurant, une école de commerce (1 300 m2). Au sous-sol, le data center (2 030 m2) de la Ville et des Hôpitaux de Paris, la chaudière biogaz de la CPCU, des locaux techniques (2 000 m2), un parking et des aires de livraison (5 100 m2), les locaux du magasin professionnel «Métro» (filière cafés, hôtels et restaurants 10 500 m2). Enfin, à R+2, sur le toit, une ferme urbaine (6 000 m2), la plus grande de Paris, dotée d’une serre chauffée (1 200 m2) par l’énergie récupérée du data center. Créant 10 emplois, cette ferme produira, au printemps prochain, des plantes aromatiques et des légumes: une production annuelle de 52 tonnes vendue à des magasins du XVIIIe arrondissement. Des terrains de sports, ouverts cet été, occuperont l’autre partie de cette «cinquième façade» sur 4 000 m2.

Plus de deux ans de travaux

«Pour bien gérer ce chantier mené sans interruption du trafic — de septembre 2015 à décembre 2017 — nous avons fait face aux spécificités du monde ferroviaire. Lorsque les six grues nécessaires au chantier ont été montées, des mesures de sécurité ont été prises pour neutraliser le danger des caténaires», précise Ben Burke, chef de projet et associé d’A.26 Architectures. Il ajoute: «Nous avons aussi, par exemple, réglé la question des vibrations au passage des trains sinon le data center n’aurait pu fonctionner de façon satisfaisante.»

Un autre projet dans le quartier Bercy-Charenton

Grâce à son caractère multifonctionnel, l’hôtel logistique s’inscrit dans l’urbanisme du futur quartier Chapelle International doté de 6 000 m2 d’équipements publics, 900 logements et 33 000 m2 de bureaux, livrés jusqu’en 2021. Il fait d’ailleurs figure de prototype: un deuxième exemplaire d’hôtel logistique est prévu sur le quartier Bercy-Charenton. C’est le projet «Symbiose», lauréat de l’appel «Inventons la Métropole du Grand Paris».

Maîtres d’ouvrage: Sogaris et Ville de Paris (ferme et data center).

Maître d’œuvre: A.26 Architectures.

BET structure: Egis Bâtiments.

BET acoustique: Accord/Venathec.

BET ferroviaire: Egis Rail.

Paysagiste: Genest.

AMO HQE: Dauchez-Payet.

AMO data center: Critical Building.

Entreprises: GCC (gros œuvre); Colas (VRD); ETF (lot ferroviaire).


Commentaires

Dans le nord de Paris, un hôtel logistique replace le fret au cœur de la cité [diaporama]

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur