En direct

Dans le Jura, l'éclairage public en pleine révolution culturelle
Environ 10 000 ballons fluorescents ont été remplacés par des leds, comme ici à Rochefort-sur-Nenon. - © SIDEC

Dans le Jura, l'éclairage public en pleine révolution culturelle

CHRISTIANE PERRUCHOT |  le 16/11/2018  |  JuraEclairage urbainElectricité

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Jura
Eclairage urbain
Electricité
Valider

« La qualité de l'éclairage public n'est pas un investissement prioritaire pour les maires ruraux, il suffit qu'il fonctionne », lâche Grégoire Jay, responsable énergie et réseaux électriques au Syndicat mixte d'énergies, d'équipements et d'e-communication du Jura (Sidec). Partant de ce constat, la charte « Eclairons juste le Jura » a été élaborée il y a dix ans pour accompagner la réflexion des élus sur l'impact des dispositifs sur la pollution lumineuse et diminuer leur consommation.

Programme incitatif. Cette démarche pédagogique de sensibilisation a payé. La quasi-totalité des 506 communes du Jura ont signé la charte, plus de 400 ont réalisé un diagnostic de leur parc, gratuit pour les communes rurales. Un programme incitatif, engageant le Sidec à financer la moitié de l'investissement, a permis de remplacer 10 000 ballons fluorescents par des leds, soit un sixième des équipements. Avec les nouveaux points lumineux installés lors d'opérations d'aménagement, le syndicat esti me à 18 M€ les travaux réalisés depuis 2009. Et à 300 000 euros les économies d'énergies annuelles pour les communes.

Le Sidec a aussi créé un service de maintenance qui engage les communes pour six ans. Un tiers du parc départemental est ainsi couvert. Une cartographie du patrimoine (points lumineux, coffrets, armoires… ) alimente un logiciel de gestion de la maintenance. Les mairies déclarent les pannes en ligne, ce qui enclenche une alerte, puis un ordre de service à une entreprise d'électricité habilitée. Le logiciel prévoit aussi un remplacement automatique des lampes qui approchent de leur fin de vie. Le service est facturé sur une base de 18 euros par unité.

Le syndicat veille par ailleurs à l'implication des entreprises locales avec des marchés à bons de commande de quatre ans, découpés en 18 lots géographiques. La rédaction simplifiée de l'appel d'offres sous une forme proche d'un questionnaire à choix multiples facilite l'accès aux plus petites structures qu'une procédure classique pourrait décourager. « C'est un changement de culture pour les maires », analyse Grégoire Jay.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur