En direct

«Dans la transformation des quartiers HLM, l’action de l’Anru a été décisive», Nicolas Binet, urbaniste et géographe
Nicolas Binet, urbaniste et géographe, est l'ancien responsable du Groupement d’intérêt public (GIP) Mission rénovation urbaine (MRU) à Marseille. - © Charlotte Dubois
Interview

«Dans la transformation des quartiers HLM, l’action de l’Anru a été décisive», Nicolas Binet, urbaniste et géographe

Propos recueillis par Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 22/03/2021  |  LogementBouches-du-RhôneMarseilleAnru

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Urbanisme
Logement
Bouches-du-Rhône
Marseille
Anru
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Après plus de dix années passées à la tête du Groupement d’intérêt public (GIP) Mission rénovation urbaine (MRU) à Marseille, Nicolas Binet, urbaniste et géographe de formation, fraîchement retraité, dresse un bilan de son action. Il le fait dans le livre « La vie plus belle ? Retour sur vingt ans de rénovation urbaine », paru fin 2020 aux Editions de l’Aube, qu’il a écrit avec Yves Laffoucrière, ingénieur civil des ponts et architecte. Les deux hommes, spécialistes reconnus des problématiques liées au logement et à l’aménagement des villes, reviennent tout particulièrement sur l’action de l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru).

Pourquoi ce livre ?

Nous avions envie de prendre du recul et d’essayer de dégager ce qui constitue, à nos yeux, des réussites et ce qui nécessite des progrès. C’est un témoignage de praticiens de la rénovation urbaine : Yves Laffoucrière, avec une vision nationale en tant qu’ancien patron de l’Immobilière 3F, et moi-même, avec un ancrage plus opérationnel sur l’aménagement et l’urbanisme.
L’ouvrage résulte aussi de notre envie de développer les propos que nous avions tenus lors de nos interventions dans le cadre des Rencontres palladiennes organisées par Gilbert Emont, directeur de recherche IEIF et directeur de l’institut Palladio.

Quels sont les points positifs de la nouvelle politique de rénovation urbaine initiée en 2003 par Jean-Louis Borloo ?

Dans la transformation des quartiers HLM, l’action de l’Anru a été décisive. Nous en sommes convaincus.
Au début des années 2000, les choses n’avançaient pas très vite. En créant un guichet unique, Jean-Louis Borloo a permis d’accélérer le mouvement en mobilisant tous les acteurs dans une approche transversale des projets : les services de l’Etat, les bailleurs, les collectivités, etc. Cela est valable tant dans la conduite des projets que dans leur financement. Ont en effet été aussi mis autour de la table la Caisse des dépôts, le 1 % logement, les bailleurs sociaux, etc.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

«Dans la transformation des quartiers HLM, l’action de l’Anru a été décisive», Nicolas Binet, urbaniste et géographe

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil