En direct

Dans la peau (Inox) du serpent

MARGOT GUISLAIN |  le 12/10/2012  |  LoiretAcierArchitectureCultureInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Loiret
Acier
Architecture
Culture
International
Profession
Bâtiment
Produits et matériels
ERP
Valider
Musée en Corée -

Cette impressionnante masse d’acier brillant, tapie dans le site archéologique de Jeongok (Corée du Sud), abrite un musée de la Préhistoire, conçu par les architectes français de l’agence X-TU.

Lové sur un site archéologique majeur de Corée du Sud, un bâtiment d’une centaine de mètres de long, intégralement enveloppé d’acier inoxydable, serpente dans un paysage rendu à lui-même, débarrassé des constructions qui le parasitaient. C’est dire l’importance qu’accorde le pays au musée de la Préhistoire de Jeongok, conçu par Anouk Legendre et Nicolas Desmazières (X-TU), qui a vu le jour en raison de la découverte récente de « bifaces » (pierres taillées) attestant de la présence humaine en Corée au paléolithique moyen. « Nous avons imaginé un bâtiment-pont réalisé en acier, à la manière d’un ouvrage d’art, pour replacer le visiteur dans la situation de ces hommes préhistoriques qui arpentaient la nature », explique Anouk Legendre, qui ajoute que le choix d’une enveloppe Inox valorise la tradition de l’acier dont témoignent les nombreux chantiers navals du pays. Un héritage qui a aussi assuré les architectes d’une mise en œuvre irréprochable par l’entreprise locale.

Du double au simple

« Les logiciels créent aujourd’hui des formes de plus en plus complexes que nous fragmentons en éléments compatibles avec les process industriels, explique Jean-François Blassel, ingénieur et directeur chez RFR. C’est le cas avec ce musée où il nous a fallu décomposer les doubles courbures de la peau (acier de 4 mm d’épaisseur) en une dizaine de géométries élémentaires, elles-mêmes segmentées en surfaces développables à simple courbure (cônes, cylindres, etc.). Une fois mis en forme, les panneaux cintrés sont assemblés de manière à restituer le plus fidèlement la forme d’origine. » Les plus grands éléments, longs de six mètres sont, au plus, larges de soixante centimètres. Complexité morphologique oblige, la structure (acier) et la peau ont été dissociées, permettant de glisser dans l’intervalle les équipements techniques et les passerelles de maintenance. De nuit, les perforations de l’enveloppe laissent filtrer une lumière dont la lente pulsation évoque le souffle régulier d’un « serpent » au repos, fort des 300 000 ans d’histoire dont il est dépositaire.

PHOTO - 670171.BR.jpg
PHOTO - 670171.BR.jpg - © Renaud dessade
PHOTO - 671083.BR.jpg
PHOTO - 671083.BR.jpg - © nicolas leduc / RFR / X-TU Architectes
PHOTO - 670170.BR.jpg
PHOTO - 670170.BR.jpg - © photos : Kim Kyoung Ha / X-TU Architectes
PHOTO - 670172.BR.jpg
PHOTO - 670172.BR.jpg - ©
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : gouvernement provincial de Gyeonggi. Maîtrise d’œuvre : Legendre et Desmazières (X-TU), architectes. Jong Soung Kim, architecte associé. BET : RFR (structure, façades), Alto (fluides), OGI (VRD), Peutz (acoustique), 8’18’’ (lumière). Entreprise générale : Hyundai. Surface : 6 700 m 2 Shon. Coût : 48 millions d’euros HT.

Cet article fait partie du dossier

ACIER

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 07/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur